3K Partages

À l’heure où la pandémie reprend de plus belle à travers le monde avec une moyenne de plus de 250’000 cas journaliers ces dernières semaines, de nouvelles mesures de confinement déjà mises en place ou à venir, les entreprises pharmaceutiques se battent pour développer un vaccin sûr et efficace contre le coronavirus SARS-CoV-2. Mais selon ce que rapporte le Financial Times, même si la fabrication s’accélère considérablement, il n’y en aura pas assez pour l’ensemble du globe avant la fin de 2024.

« Il faudra quatre à cinq ans avant que tout le monde reçoive le vaccin sur cette planète », a déclaré au Financial Times Adar Poonawalla, directeur général du Serum Institute of India. Faisant valoir la faisabilité, Poonwalla affirme qu’un tel vaccin devrait probablement inclure une seconde injection de rappel, comme pour le vaccin contre la rougeole ou le rotavirus. Cela représenterait donc 15 milliards de doses au total, pour l’ensemble du globe.

« Je sais que le monde veut être optimiste à ce sujet… mais à ma connaissance, jusqu’ici personne dans mon milieu n’a fait cette promesse », a ajouté Poonawalla. Les politiciens, en particulier aux États-Unis, promettent depuis longtemps que les vaccins COVID-19 seront facilement disponibles, même dès la fin de 2020.

En juillet par exemple, Anthony Fauci, expert américain en maladies infectieuses, a déclaré à un panel de la Chambre des représentants qu’il était « prudemment optimiste » quant à la mise à disposition d’un vaccin COVID aux États-Unis à la fin de l’automne ou au début de l’hiver. Mais qu’en est-il des pays en développement ? Poonawalla est à la tête du plus grand fabricant de vaccins au monde, en matière de volume de production. En effet, le Serum Institute produit environ 1,5 milliard de doses chaque année pour plus de 170 pays — mais pour d’autres maladies infectieuses.

Le strict minimum pour freiner la pandémie dans un premier temps

Dans le cadre d’un accord avec AstraZeneca, la société de biotechnologie chargée de distribuer le vaccin développé par l’université d’Oxford, l’Institut prévoit de produire des doses qui ne coûtent qu’environ 3 dollars pour 68 pays. Un accord séparé avec une autre société permettrait d’étendre la portée à 92 pays. Ce n’est peut-être pas une solution miracle, mais un vaccin pourrait nous aider à maîtriser la propagation du virus dans de vastes régions du globe.

Sur le même sujet : COVID-19 ; les essais cliniques de vaccins pourraient être abrégés

Deux vaccins ou plus, avec un taux d’efficacité d’au moins 75 %, « suffiraient à freiner la propagation de l’infection et à endiguer la pandémie (mais pas assez pour reléguer le virus aux oubliettes de l’histoire) », a déclaré Peter Hale, directeur général de la Fondation pour la recherche sur les vaccins aux États-Unis.

Le prochain défi pour le Serum Institute sera de savoir comment administrer un vaccin, qui devra probablement être conditionné à froid pour en garantir la sécurité. « Personne ne veut d’une situation où le vaccin a un potentiel bénéfique pour votre pays, mais qu’il ne soit pas possible de l’utiliser [pour cause de mauvais stockage] », a déclaré Poonwalla.

Source : Financial Times

pas assez vaccins covid jusqu en 2024 avertissent fabricants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3K Partages
3K Partages
Partager via
Copier le lien