Identifier le patient zéro : où exactement a débuté la pandémie du nouveau coronavirus ?

equipe medicale wuhan
Une équipe médicale à Wuhan, le 3 mars 2020. | AFP

Des études de plus en plus nombreuses suggèrent que la pandémie de COVID-19 n’a peut-être pas commencé au marché de fruits de mer de Huhanan à Wuhan, en Chine, en décembre 2019. Retrouver ses origines pourrait nous aider à empêcher que ce type de catastrophe ne se reproduise à l’avenir.

Tandis que le monde entier mobilise ses forces pour lutter contre la pandémie à coronavirus SARS-CoV-2, un mystère demeure : comment et quand exactement le virus a-t-il infecté l’Homme ? Selon les premières données, nous pensions que cela s’était produit au marché de fruits de mer de Huanan à Wuhan, en Chine, en décembre 2019. Cependant, il y a de grandes chances que ça ne soit pas le cas. Désormais, les scientifiques tentent d’identifier la véritable source de l’infection : ces connaissances pourraient aider à prévenir de futures pandémies impliquant d’autres coronavirus.

Plusieurs indices mènent à une origine différente de celle du marché de fruits de mer

Selon une étude publiée en janvier et qui a analysé les 41 premières personnes hospitalisées pour COVID-19, le tout premier cas était un homme qui présentait des symptômes ayant débuté le 1er décembre 2019. Cependant, contrairement à la majorité des premiers cas, il n’avait aucun lien avec le marché de fruits de mer de Huanan. Depuis lors, personne n’a été en mesure de confirmer où il a été infecté par le virus, ni s’il a même été la toute première personne à le contracter.

Une autre analyse datant de janvier, portant sur les 425 premiers cas de COVID-19 et menée par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies et la Commission nationale de la santé de la Chine, a annoncé que le premier cas confirmé datait du 8 décembre, soit une semaine plus tard.

coronavirus microscope
Le coronavirus SARS-CoV-2 vu au microscope. Crédits : BSIP/UIG Via Getty Images

Par ailleurs, des preuves ultérieures suggèrent que l’épidémie a probablement commencé avant décembre 2019 : les analyses du génome viral suggèrent que le virus est passé des animaux aux humains en novembre 2019, mais que cela aurait très bien pu arriver dès la fin du mois de septembre 2019.

À LIRE AUSSI :
Le coronavirus survit sur la peau cinq fois plus longtemps que celui de la grippe

Cela est conforme au rapport du South China Morning Post sur les documents du gouvernement chinois, qui suggérait que le premier cas de COVID-19 pourrait être une personne de 55 ans de la province du Hubei, qui semble avoir contracté le virus le 17 novembre.

Les premiers cas de décembre ont été signalés par des médecins de Wuhan utilisant un protocole de surveillance conçu pour détecter des pneumonies de causes inconnues. Il s’agit d’un système qui a été mis en place après l’épidémie de SRAS de 2002-2003 pour détecter de nouveaux virus. Suite à cela, les premiers efforts des autorités chinoises pour identifier les cas de COVID-19 se sont concentrés uniquement sur les personnes atteintes de pneumonie virale qui avaient des liens traçables ou des contacts avec le marché de Huanan.

Cette focalisation sur la pneumonie peut signifier que de nombreux cas précoces plus légers n’ont pas été pris en compte. En décembre, les infections s’étaient probablement déjà propagées à l’extérieur de Wuhan.

Une étude de six enfants qui ont contracté le COVID-19 a permis d’identifier une fille qui a développé des symptômes le 2 janvier : sauf qu’elle et sa famille vivent à Yangxin, soit à plus de 150 kilomètres de Wuhan, et aucun d’entre eux n’avait voyagé en dehors du comté pendant un mois avant qu’elle ne tombe malade. Jusqu’à présent, les chercheurs n’ont pas pu identifier comment elle avait été infectée.

wuhan marche coronavirus pandemie covid-19
Le rôle qu’a joué le marché de fruits de mer de Huanan à Wuhan (Chine) dans la propagation du nouveau coronavirus est incertain. Crédits : Imaginechina Limited/Alamy

Une explication à cela pourrait être que le virus s’est propagé à plusieurs reprises sur l’Homme à partir d’animaux. Les scientifiques pensent que les chauves-souris sont en cause concernant le COVID-19, mais Richard Kock du Royal Veterinary College de Londres déclare qu’il est vraiment peu probable d’être contaminé lors d’une rencontre fortuite avec une chauve-souris. « Un scénario plus probable est que d’autres animaux peuvent avoir agi comme intermédiaires, amplifiant le virus et lui permettant d’infecter plusieurs humains par le biais d’une méthode d’essais et d’erreurs », explique-t-il. « Le risque d’émergence de nouveaux virus s’est énormément accéléré », ajoute-t-il.

Le coronavirus provoquant la maladie COVID-19 semble capable d’infecter toute une gamme d’hôtes : des études en laboratoire ont révélé qu’il infecte facilement les macaques et les furets rhésus. Les pangolins de Sunda ont également été suggérés comme hôtes intermédiaires, car ils hébergent des coronavirus similaires au nouveau coronavirus.

À LIRE AUSSI :
COVID : le type de groupe sanguin impacterait bien le risque d'infection et la sévérité des symptômes

Jusqu’à présent, des analyses génétiques ont trouvé dans les pangolins des virus qui correspondent à plus de 90% au SARS-CoV-2, le nouveau coronavirus, mais aucun n’est assez similaire pour être le précurseur direct.

Le rôle du marché de Huanan dans la propagation du virus est incertain

De ce fait, le rôle que le marché de Huanan a pu jouer pour permettre au virus de se propager aux humains est désormais incertain : « Le problème est que la plupart des échantillons du marché de fruits de mer de Huanan ont été détruits », explique Shan-Lu Liu, de l’Ohio State University. « Il est possible que la contamination de l’environnement du marché de fruits de mer soit due à des humains infectés qui y travaillaient, plutôt qu’à une source animale », explique Benjamin Cowling, de l’Université de Hong Kong.

Sur le même thème : Coronavirus; l’Australie lance des essais cliniques concernant l’utilisation du vaccin contre la tuberculose

À noter également que ce marché fait partie des quelque 400 autres marchés situés à Wuhan. « S’il y avait une population croissante d’animaux qui approvisionnaient alors 400 marchés, ainsi que les restaurants, il y a de très fortes chances que des événements (d’infection) croisés aient eu lieu », déclare Kock.

À présent que la transmission interhumaine a propagé le virus à travers le monde entier, certains pensent que la recherche du patient zéro (soit la première personne infectée par le virus) a relativement peu d’importance. « À notre stade de pandémie, ce n’est pas vraiment l’objectif principal de savoir d’où elle vient », explique Julien Riou de l’Université de Berne, en Suisse.

Cependant, Kock explique que l’identification de la source de l’épidémie est absolument cruciale, étant donné que trois coronavirus dangereux et infectant les humains (SARS-CoV, MERS et SARS-CoV-2) ont tous émergé depuis 2002. « En matière d’évolution, c’est très rapide. Le risque que ces infections se produisent a énormément augmenté. Nous devons prendre le dessus », explique-t-il.

En savoir plus sur l’événement qui a conduit à la propagation du nouveau coronavirus aux humains « pourrait nous aider à comprendre comment empêcher que cela ne se reproduise », a ajouté Cowling.

Sources : The Lancet, Journal of Medical Virology, NEJM, Current Biology, South China Morning Post

Plus d'articles
intérieur trous noirs espace-temps
Où mènent les trous noirs ?