La hausse des températures due au changement climatique fait reculer les glaces de l’Île de Baffin, exposant un paysage arctique qui n’a pas vu le Soleil depuis 40’000 ans, si ce n’est bien plus…

L’île de Baffin, également appelée terre de Baffin, est l’une des îles du passage du Nord-Ouest, dans l’archipel arctique canadien (entre le Groenland et la côte nord du Canada). Avec ses fjords profonds et ses anciens glaciers, il s’agit de l’endroit idéal pour étudier les tendances de la glaciation.

Depuis 40 ans, le géologue et paléoclimatologue Gifford Miller de l’Université du Colorado à Boulder, s’y rend presque tous les étés, et les changements qu’il a découverts sont absolument troublants.

Aujourd’hui, l’Arctique se réchauffe deux à trois fois plus vite que le reste du monde. Si la tendance se maintient, Miller pense que ce n’est qu’une question de temps avant que tous les glaciers de l’île de Baffin ne disparaissent complètement. « Contrairement à la biologie, qui a passé ces trois derniers milliards d’années à mettre au point des systèmes permettant d’éviter les impacts du changement climatique, les glaciers n’ont aucune stratégie de survie », explique Miller.

Vous aimerez également : La fonte de glace en Antarctique se révèle bien plus rapide que prévu

« Ils se comportent bien, réagissant directement à la température estivale. Si les étés sont chauds, ils se retirent immédiatement ; si les étés sont froids, ils avancent. Cela en fait l’un des indicateurs les plus fiables des changements de la température estivale », ajoute Miller.

En se promenant le long de ces glaciers qui fondent rapidement, Miller et son équipe ont découvert des mousses et des lichens anciens, qui étaient conservés sous une couverture glacée pendant des millénaires.

Mais à présent, avec le changement climatique qui provoque de plus en plus de fonte de glaces, certaines de ces anciennes plantes commencent à se réveiller de leur long sommeil naturel. « Ce qui est étrange avec ces mousses, c’est qu’un grand nombre d’entre elles peuvent tout simplement recommencer à grossir. Elles sont donc ce qui se rapproche le plus d’un zombie, des morts-vivants », a déclaré Miller dans un court métrage sur le sujet (à découvrir en fin d’article).

calotte glaciere fonte glace ile baffin rechauffement climatique changement climat

Vue aérienne de l’Île de Baffin. Crédits : Tyler Olson/Folotia

En août 2018, les chercheurs ont recueilli 48 échantillons de végétation sur les bords de 30 différentes calottes glaciaires de l’île de Baffin, ainsi que des échantillons de quartz trouvés à proximité. C’est ensuite à l’aide de la datation au radiocarbone que les chercheurs ont déterminé que ces plantes étaient gelées depuis au moins 40’000 ans, voire 120’000 ans.

Les estimations les plus conservatrices nous ramènent à la dernière période glaciaire, lorsque les températures moyennes étaient plus froides qu’aujourd’hui et que les mammouths laineux étaient encore vivants et chassés par les humains. C’était une époque où le plateau de toundra de l’île a été enseveli par la glace que nous voyons aujourd’hui, et qui a enfermé toutes ces plantes dans une tombe qui ne devait pas être ouverte si tôt.

Mais de nos jours, la chaleur que nous ressentons, et qui est due aux changements climatiques (principalement causés par l’activité humaine) est suffisante pour inverser le cours de milliers de processus naturels. Comparés aux données des températures des carottes de glace arctique, les résultats suggèrent que ce siècle est le plus chaud que la région ait connu depuis 115’000 ans.

Il s’agit de changements importants sans précédent, qui se situent loin des limites de la variabilité naturelle, et qui touchent presque toutes les zones de l’île de Baffin. « Vous vous attendriez normalement à voir des plantes de différents âges et dans différentes conditions topographiques », explique l’auteur principal de l’étude, Simon Pendleton, expert en géologie glaciaire à l’Université du Colorado à Boulder.

calotte glaciere fonte glace ile baffin rechauffement climatique changement climat

Crédits : Simon Matzinger/Unsplash

« Un endroit de haute altitude pourrait arriver à conserver sa glace plus longtemps, par exemple. Mais l’ampleur du réchauffement climatique est telle que tout fond maintenant et partout. Nous n’avons encore jamais rien vu d’aussi prononcé », a ajouté Pendleton.

Les auteurs prédisent que si les tendances actuelles se poursuivent et que rien ne change dans les prochains siècles, l’île pourrait être débarrassée de toute sa glace prochainement.

VIDÉO : Fonte de la calotte glacière de l’Île de Baffin.

Source : Nature Communications

2 Réponses

  1. Octopus

    Mouais….
    On parle de mousses et de petites plantes, mais quid des éventuels virus, microbes
    et bactéries congelés qui ne demandent qu’un peu de chaleur (humaine) pour revenir gaiement à la vie et nous conter leurs aventures en mettant probablement fin à la
    notre ?
    Wait and see….!

    Répondre
    • M

      De plus, ce qui me surprend, et que les chercheurs n’ont pas de gants stériles pour faire leurs prélèvements, ne vont-ils pas faussés les résultats soumis au carbone 14 ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.