1.1K Partages

En 2015, David Hole prospectait dans le Maryborough Regional Park, près de Melbourne (Australie). Armé d’un détecteur de métal, il a découvert quelque chose qui sortait de l’ordinaire : une très lourde roche rougeâtre reposant dans de l’argile jaune.

Hole a décidé de l’emporter chez lui, et a tout essayé pour l’ouvrir, convaincu qu’il y avait une pépite d’or à l’intérieur de la roche. Après tout, Maryborough se trouve dans la région de Goldfields, où la ruée vers l’or en Australie a culminé au 19e siècle. Dans le but d’ouvrir la roche, Hole a essayé de nombreuses techniques : scie à rocher, meuleuse d’angle, perceuse, une masse et même de l’acide ! Cependant, toutes ses tentatives ont échoué… Il s’est avéré totalement impossible de fissurer cette pierre.

Mais à présent, nous savons pourquoi tous ses efforts ont été vains. En réalité, il ne s’agit pas d’une pépite d’or, mais d’une météorite rare. « Elle avait ce visuel sculpté et capitonné. Cela se forme quand les météorites traversent l’atmosphère ; elles fondent à l’extérieur et l’atmosphère les sculpte », a annoncé Dermot Henry, géologue du musée de Melbourne, en Australie.

Crédits : Melbourne Museum

C’est parce qu’il était intrigué de ne pas réussir à « l’ouvrir » que Hole a finalement emmené la météorite au musée de Melbourne dans le but de l’identifier. « J’ai analysé beaucoup de roches que les gens considèrent comme des météorites », a déclaré Henry. En réalité, en 37 ans de travail au musée et plusieurs milliers d’examens de roches, ce dernier a expliqué que seulement deux roches présentées par des particuliers se sont avérées être des météorites. Et celle-ci est l’une des deux !

Des chercheurs ont récemment publié un article scientifique décrivant la météorite vieille de 4.6 milliards d’années, qu’ils ont appelée Maryborough, du nom de la ville proche de l’endroit où elle a été découverte.

La météorite pèse 17 kilogrammes, et après que les experts aient utilisé une scie diamantée pour en découper une petite partie, ils ont pu identifier sa composition élevée en fer, ce qui en fait une chondrite ordinaire H5.

Une fois ouverte, les chercheurs ont également pu observer de minuscules gouttelettes cristallisées de minéraux métalliques, appelés chondrules. « Les météorites constituent la forme d’exploration spatiale la moins coûteuse. Elles nous font voyager à travers le temps, nous fournissant des indices sur l’âge du système solaire (y compris la Terre). Dans certaines météorites, il existe des ‘poussières d’étoiles’ encore plus anciennes que notre système solaire, ce qui nous montre l’évolution des éléments du tableau périodique », a expliqué Henry. « D’autres météorites rares contiennent des molécules organiques ; elles constituent des éléments constitutifs de la vie », a-t-il également ajouté.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
meteorite

Crédits : Birch et al./PRSV

À l’heure actuelle, bien que les chercheurs ne soient pas tout à fait certains de la provenance de cette météorite, ni depuis exactement combien de temps elle repose sur Terre, ils ont cependant quelques idées…

Notre système solaire était autrefois un amas de poussières et de chondrites. Finalement, la gravité a entraîné une grande partie de ce matériau sur les planètes, mais les restes se sont généralement retrouvés dans une énorme ceinture d’astéroïdes.

meteorite

Le Dr Bill Burch, conservateur émérite et Dermot Henry, responsable des sciences aux Museums Victoria. Crédits : Sim Schluter

« Cette météorite provient probablement de la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter, et a été repoussée par des astéroïdes qui se sont écrasés, puis un jour, elle est arrivée sur Terre », a expliqué Henry.

Vous aimerez également : Découverte du site de la plus grande collision de météorite au Royaume-Uni

La datation au carbone de la météorite indique qu’elle serait sur Terre depuis 100 à 1000 ans environ. Les chercheurs affirment également que la météorite Maryborough est bien plus rare que l’or ! En effet, il s’agit de l’une des 17 météorites jamais enregistrées dans l’État australien de Victoria et la deuxième plus grosse chondrite, (la première étant un énorme spécimen de 55 kilos, identifié en 2003). « Ce n’est que la 17e météorite trouvée à Victoria, où il y a eu des milliers de pépites d’or ! », a déclaré Henry.

La recherche a été publiée dans le Proceedings of the Royal Society of Victoria, et si vous êtes à Victoria, vous pourrez découvrir comment voir la météorite en personne ici.

Sources : Proceedings of the Royal Society of Victoria

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.1K Partages
1.1K Partages
Partager via
Copier le lien