1.3K Partages

Une nouvelle étude révèle qu’une région du cerveau appelée hypothalamus est plus petite chez les femmes utilisant la pilule contraceptive que chez celles qui n’en utilisent pas. Les résultats mettent en lumière le fait que les contraceptifs oraux pourraient bel et bien modifier la structure cérébrale des femmes.

Il faut savoir que l’hypothalamus est une structure de la taille d’un pois, située profondément dans le cerveau et qui aide à réguler des fonctions involontaires, telles que l’appétit, la température corporelle et les émotions. Il sert également de lien entre le système nerveux et le système endocrinien, un réseau de glandes produisant des hormones.

Selon un rapport publié en 2019 par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, environ 150 millions de femmes utilisent des contraceptifs oraux dans le monde.

Cependant, malgré leur utilisation généralisée, les recherches sur l’impact des contraceptifs oraux sur le cerveau sont rares : « Il s’agit d’un domaine assez peu étudié », a déclaré le Dr Michael Lipton, professeur de radiologie au Collège de médecine Albert Einstein de New York, qui a dirigé la recherche.

hypothalamus-cerveau-femmes-pilule-contraceptive-contraception-orale-hormonale

Des images IRM du cerveau, montrant l’hypothalamus en rouge. Une nouvelle étude démontre que cette région du cerveau est plus petite chez les femmes qui utilisent la pilule contraceptive que chez celles n’en prenant pas. Crédits : Dr. Lipton et al./Radiological Society of North America

La nouvelle étude a été présentée mercredi 4 décembre lors de la réunion annuelle de la Société de radiologie d’Amérique du Nord, et est la première à examiner les effets de la pilule sur l’hypothalamus.

Pour évaluer le volume de l’hypothalamus, les chercheurs ont utilisé des balayages IRM de 50 femmes, dont 21 prenaient une pilule combinée (un type courant de pilule contraceptive qui fournit une dose d’oestrogènes et de progestatifs synthétiques). Suite à cela, l’équipe de recherche a également demandé aux femmes de répondre à des questionnaires en ligne et à des tests standardisés pour évaluer les aspects de leur humeur, de leur personnalité et de leurs fonctions cognitives.

cerveau pilule contraceptive orale changement structure cerveau hypothalamus

Images IRM du cerveau d’une patiente. Crédits : RSNA

Selon l’étude, en moyenne, les femmes prenant la pilule avaient un hypothalamus environ 6% plus petit que les femmes ne prenant pas la pilule contraceptive. Pour une région du cerveau, « c’est une différence assez considérable », a déclaré Lipton.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
cerveau pilule contraceptive orale changement structure cerveau hypothalamus

Une technicienne visionne des images tomographiques. Crédits : RSNA

Étant donné que l’hypothalamus produit des hormones qui régulent le système endocrinien, « les résultats ne sont pas si surprenants », a déclaré Jonathan Schaffir, professeur agrégé d’obstétrique et de gynécologie à l’Ohio State University, qui n’a pas participé à la recherche. En effet, les pilules contraceptives peuvent indiquer à l’hypothalamus qu’il n’est pas nécessaire de produire ces hormones. En fait, « des études antérieures ont démontré que les hormones sexuelles favorisent la croissance des neurones », a déclaré Lipton. Une hypothèse est que les hormones synthétiques dans les contraceptifs oraux interfèrent avec ces effets et entraînent une croissance moindre des cellules cérébrales.

cerveau pilule contraceptive orale changement structure cerveau hypothalamus

Le Dr Lipton et une technicienne observent l’examen d’une patiente. Crédits : RSNA

Pourtant, à l’heure actuelle, les chercheurs ne savent pas exactement quelles sont les conséquences d’un hypothalamus plus petit. L’étude montre que les femmes qui prennent la pilule n’ont généralement pas un cerveau globalement plus petit et que leurs capacités mentales ne sont pas affectées. Cependant, les chercheurs ont constaté qu’un hypothalamus plus petit est associé à une “colère accrue” et à des symptômes de dépression.

Bien entendu, Lipton met en garde que ce ne sont que des résultats préliminaires d’une petite étude, et que ces derniers ne prouvent pas la cause et l’effet. En d’autres termes, les chercheurs ne peuvent pas prouver que les pilules contraceptives provoquent directement un hypothalamus plus petit. De plus amples études devront être menées.

Sur le même thème : Une pilule contraceptive pour homme a passé avec succès les premiers essais cliniques

Ce qui est certain, c’est que les effets concrets des contraceptifs oraux sur le cerveau restent flous. Mais « un nombre croissant de preuves, y compris l’étude actuelle, suggèrent qu’il existe des différences dans les volumes de certaines régions du cerveau chez les femmes sous pilule contraceptive », a déclaré Nicole Petersen, chercheuse en neuroendocrinologie à l’Université de Californie à Los Angeles, qui n’a pas participé à l’étude. De plus, les résultats sur ce sujet ne sont pas toujours cohérents : « certaines études suggèrent que les femmes qui prennent la pilule ont des structures cérébrales plus petites, tandis que d’autres indiquent qu’elles ont des structures plus grosses ou de taille similaire », a-t-elle ajouté.

De ce fait, il est encore trop tôt pour conclure de l’influence exacte des contraceptifs oraux sur le cerveau, selon Lipton. « Nous ne disons pas que les gens devraient sortir en courant et jeter leurs pilules contraceptives. Mais ces résultats soulèvent simplement une question qui mérite davantage de recherche », a-t-il ajouté.

Sources : Nations Unies, RSNA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.3K Partages
1.3K Partages
Partager via
Copier le lien