Pour beaucoup, le nom de Judy Mikovits n’est pas inconnu. Cette virologue est mondialement connue pour avoir été associée au scandale du virus lié à la leucémie murine xénotrope (XMRV) et pour ses nombreuses mises en cause par la justice et par la communauté scientifique. Depuis quelques jours, elle s’illustre dans une vidéo devenue virale dans laquelle elle formule plusieurs affirmations et accusations, notamment concernant le coronavirus SARS-CoV-2. La revue Science a analysé cette vidéo et répondu à ses propos en y opposant des faits contradictoires. 

Dans une vidéo qui a explosé sur les réseaux sociaux ces derniers jours, la virologue Judy Mikovits affirme que le nouveau coronavirus est à tort accusé de nombreux décès. Elle a fait de nombreuses affirmations étonnantes sur le virus. Mikovits accuse également Anthony Fauci, chef de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et membre éminent du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche, d’être responsable de la mort de millions de personnes au cours des premières années de la pandémie de VIH.

Une vidéo pleine d’inexactitudes et de fausses affirmations

La vidéo affirme que Mikovits faisait partie de l’équipe qui a découvert le VIH, révolutionné le traitement du VIH et a été emprisonnée outrageusement pour ses positions scientifiques. La revue Science a vérifié la vidéo, et aucune de ces affirmations n’est vraie. La vidéo est un extrait d’un film à paraître, Plandemic, qui promet de « dénoncer l’élite scientifique et politique qui dirige l’arnaque qu’est notre système de santé mondial ».

YouTube, Facebook et d’autres plateformes ont supprimé la vidéo en raison d’inexactitudes. Elle continue de refaire surface, y compris sur le site Web de Plandemic, qui, « dans un effort pour contourner les gardiens de la liberté d’expression », invite les gens à télécharger la vidéo et à la republier.

Cursus scientifique et scandale lié au XMRV

Mikovits a commencé sa carrière en tant que technicienne de laboratoire au National Cancer Institute (NCI) en 1988. Elle est devenue chercheuse et a obtenu un doctorat en biochimie et biologie moléculaire de l’Université George Washington en 1991. En 2009, elle était directrice de recherche au Whittemore Peterson Institute (WPI), un centre de recherche privé à Reno, mais elle restait largement inconnue de la communauté scientifique.

Cette année-là, cependant, elle a co-écrit un article publié dans Science qui décrit un agent obscur nommé virus lié à la leucémie murine xénotrope (XMRV), à l’origine du syndrome de fatigue chronique (SFC). La cause du SFC, également appelée encéphalomyélite myalgique, est restée longtemps insaisissable et la maladie a été négligée par la science. L’étude a créé l’espoir que le SFC pourrait devenir traitable avec des antiviraux.

Certains patients ont même commencé à prendre des médicaments antirétroviraux utilisés par des personnes infectées par le VIH. Mais l’article a également fait craindre que le XMRV ne se propage via les transfusions sanguines. D’autres chercheurs ont rapidement remis en question les résultats, et au cours des deux années suivantes, les affirmations de l’étude se sont effondrées. Les chercheurs ont montré que le XMRV a été créé accidentellement en laboratoire lors d’expériences sur la souris ; il n’a donc peut-être jamais infecté d’humains.

Les auteurs ont d’abord retiré deux schémas et un tableau du document en octobre 2011. À la même époque, une étude menée par plusieurs laboratoires, y compris le WPI lui-même, a montré que les résultats ne pouvaient pas être reproduits. Deux mois plus tard, l’intégralité de l’article scientifique a été rétractée. Mikovits a refusé de signer l’avis de rétractation, mais elle a participé à un autre effort de réplication majeur.

Mise en cause par la justice et fin de carrière scientifique

Cette étude de 2.3 millions de dollars, dirigée par Ian Lipkin de l’Université de Columbia et financée par les National Institutes of Health, a été la réponse définitive, selon Mikovits lors d’une conférence de presse en septembre 2012 où les résultats ont été annoncés. L’étude rigoureuse a recherché le XMRV dans des échantillons de sang en aveugle de près de 300 personnes, dont la moitié avaient la maladie, et aucune n’avait le virus. « Il n’y a aucune preuve que le XMRV est un agent pathogène humain », a reconnu Mikovits.

Vers la même époque, Mikovits a eu une rupture explosive avec le WPI. L’institut a intenté une action contre elle en novembre 2011 pour avoir prétendument retiré les cahiers de laboratoire et conservé d’autres informations confidentielles sur son ordinateur portable, sur des clés USB et dans un compte de messagerie personnel. Elle a été arrêtée en Californie et emprisonnée pendant plusieurs jours. Les procureurs du comté de Washoe, dans le Nevada, ont finalement abandonné les poursuites pénales contre elle en juin 2012.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Mikovits n’a rien publié dans la littérature scientifique depuis 2012. Mais elle a rapidement recommencé à promouvoir l’hypothèse XMRV et attaqué l’étude Lipkin qui, selon elle, avait mis fin au problème. Elle a pesé sur le débat sur l’autisme avec des théories controversées sur les causes et les traitements. Son travail discrédité et ses déboires légaux en ont fait une martyre aux yeux de certains. La revue Science a demandé à Mikovits une interview pour cet article, sans succès.

Sur le même sujet : Tout ce qu’il faut savoir sur la chloroquine et la promesse derrière ce traitement expérimental

La revue Science a repris certaines des affirmations faites par Mikovits dans la vidéo virale et y a répondu factuellement :

Intervieweur :  Judy Mikovits a été décrite comme l’une des scientifiques les plus accomplies de sa génération.

Mikovits avait rédigé 40 articles scientifiques et n’était pas largement connue dans la communauté scientifique avant de publier l’article scientifique de 2009 affirmant un lien entre un nouveau rétrovirus et le SFC. Le document s’est avéré plus tard erroné et retiré.

Intervieweur : Sa thèse de doctorat de 1991 a révolutionné le traitement du VIH/sida.

La thèse de doctorat de Mikovits, « Régulation négative de l’expression du VIH dans les monocytes », n’a eu aucun impact perceptible sur le traitement du VIH/SIDA.

Intervieweur : Au plus fort de sa carrière, Mikovits a publié un article à succès dans la revue Science. L’article controversé a envoyé des ondes de choc à travers la communauté scientifique, car il a révélé que l’utilisation commune des tissus fœtaux animaux et humains déclenchait des fléaux dévastateurs de maladies chroniques.

L’article n’a rien révélé de tel ; il prétendait seulement montrer un lien entre une maladie, le SFC, et un rétrovirus de souris.

Mikovits : Cela a vraiment commencé quand j’avais 25 ans, et je faisais partie de l’équipe qui a isolé le VIH de la salive et du sang des patients de France où le virologue Luc Montagnier avait à l’origine isolé le virus. … Fauci retarde la publication de l’article pendant plusieurs mois tandis que Robert Gallo écrit son propre article et en prend tout le crédit, et bien sûr les brevets sont impliqués. Ce retard de la confirmation, vous savez, a littéralement entraîné la propagation du virus, tuant des millions de personnes.

Au moment de la découverte du VIH, Mikovits était technicienne de laboratoire dans le laboratoire de Francis Ruscetti au NCI et n’avait pas encore reçu son doctorat. Rien n’indique qu’elle faisait partie de l’équipe qui a d’abord isolé le virus. Son premier article publié, co-écrit avec Ruscetti, était sur le VIH et publié en mai 1986, 2 ans après que Science a publié quatre articles marquants qui reliaient le VIH (alors appelé HTLV-III par le laboratoire de Gallo) au SIDA. Le premier article de Ruscetti sur le VIH est paru en août 1985. Rien ne prouve que Fauci ait bloqué des publications ou que cela ait entraîné la mort de millions de personnes.

Mikovits : Si l’on rend les vaccins obligatoires dans ce cadre, ils tueront des millions de personnes, comme cela a été fait avec d’autres vaccins. Il n’y a actuellement aucun vaccin sur la liste des virus à ARN qui fonctionne.

Les vaccins n’ont pas tué des millions de personnes ; ils ont sauvé des millions de vies. De nombreux vaccins qui agissent contre les virus à ARN sont sur le marché, notamment contre la grippe, la rougeole, les oreillons, la rubéole, la rage, la fièvre jaune et Ebola.

Intervieweur : Croyez-vous que le virus SARS-CoV-2 a été créé en laboratoire ?

Mikovits : Je n’utiliserais pas le mot créé. Mais on ne peut pas dire d’origine naturelle si c’est par le biais d’un laboratoire. Il est donc très clair que ce virus a été manipulé. Cette famille de virus a été manipulée et étudiée dans un laboratoire où les animaux ont été amenés au laboratoire, et c’est ce qui a été libéré, volontairement ou non. Cela ne peut pas se produire naturellement. C’est une évolution virale accélérée. S’il s’agissait d’un phénomène naturel, cela prendrait jusqu’à 800 ans.

Les estimations scientifiques suggèrent que le virus le plus proche du SARS-CoV-2 est un coronavirus de chauve-souris identifié par le Wuhan Institute of Virology (WIV). Sa « distance » dans le temps évolutif au SARS-CoV-2 est d’environ 20 à 80 ans. Rien n’indique que ce virus ait été manipulé.

Mikovits : l’Italie a une population très âgée. Ils sont très malades avec des troubles inflammatoires. Ils ont obtenu au début de 2019 une nouvelle forme de vaccin contre la grippe non testée qui avait quatre souches différentes de grippe, dont le H1N1 hautement pathogène. Ce vaccin a été cultivé dans une lignée cellulaire, une lignée cellulaire de chien. Les chiens ont beaucoup de coronavirus.

Il n’existe aucune preuve établissant un lien entre un vaccin antigrippal ou un coronavirus canin et l’épidémie de COVID-19 en Italie.

Mikovits : le port du masque active littéralement votre propre virus. Vous tombez malade à cause de vos propres expressions de coronavirus réactivées, et s’il s’agit du SARS-CoV-2.

On ne sait pas exactement ce que Mikovits entend par « expressions de coronavirus ». Rien ne prouve que le port d’un masque puisse activer des virus et rendre les gens malades.

Sources : Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.