557 Partages

Le plateau des Kem Kem est une région située à la périphérie du désert du Sahara et connue depuis de nombreuses années pour sa richesse en fossiles datant de la fin du crétacé. Au cours des dernières décennies, le site a été visité par des milliers de paléontologues et chasseurs de fossiles, tant et si bien que la dispersion subséquente de ces derniers a rendu le travail d’analyse de ces fossiles compliquée. Mais récemment, une équipe de paléontologues a pu recueillir suffisamment de données sur la distribution des fossiles du Kem Kem pour établir que cette petite zone était autrefois peuplée de très nombreux prédateurs carnivores, faisant de cet endroit, à l’époque, le lieu le plus dangereux sur Terre.

Cette prévalence — contrairement à la rareté relative des restes d’herbivores — constitue une véritablement incongruité étant donné que le nombre de carnivores présents dans une si petite surface n’est comparable à aucun autre endroit moderne sur Terre. « C’était sans doute l’endroit le plus dangereux de l’histoire de la planète Terre, un endroit où un voyageur temporel humain ne survivrait pas très longtemps », explique le paléontologue Nizar Ibrahim de l’Université de Detroit Mercy.

Dans une nouvelle étude, Ibrahim et son équipe ont passé en revue l’abondance des preuves fossiles provenant de ce qui était auparavant appelé les « lits de Kem Kem » — un dépôt riche en fossiles de strates anciennes situé près de la frontière maroco-algérienne et remontant à la fin du crétacé.

carte kemkem

Carte des Kem Kem avec localisation des différents sites d’intérêt. Crédits : Nizar Ibrahim et al. 2020

Une revue complète des fossiles des Kem-Kem

L’existence du site est connue depuis longtemps, non seulement pour les paléontologues, mais aussi pour les chasseurs de fossiles, ce qui signifie que les restes pillés de bon nombre de ces anciens dinosaures, reptiles et autres créatures, sont désormais dispersés dans le monde entier dans des collections privées.

Cette distribution de fossiles isolés signifie que les paléontologues sont longtemps passés à côté des véritables implications du site de Kem Kem ; quelque chose qu’Ibrahim et ses collègues chercheurs ont tenté de rectifier avec leur nouvelle analyse, qui impliquait la visite de collections détenues sur plusieurs continents.

strates kemkem

En plus de leur étude sur site, les chercheurs ont étudié les fossiles présents dans diverses collections à travers le monde. Crédits : Nizar Ibrahim et al. 2020

« Il s’agit de l’ouvrage le plus complet sur les vertébrés fossiles du Sahara depuis près d’un siècle, depuis que le célèbre paléontologue allemand Ernst Freiherr Stromer von Reichenbach a publié son dernier ouvrage majeur en 1936 », explique l’un des membres de l’équipe, le paléobiologiste David Martill de l’Université de Portsmouth.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

La surabondance des prédateurs : l’énigme de Stromer

L’étude fournit une fenêtre sur l’âge des dinosaures en Afrique, indique Ibrahim, et suggère que le groupe des Kem Kem englobe en fait deux sites distincts riches en fossiles, appelés les formations inférieures de Gara Sbaa et supérieures de Douira. Les deux formations présentent une gamme de restes de dinosaures et de ptérosaures, en plus d’anciens crocodyliformes, de tortues, de restes de poissons, ainsi que divers fossiles d’invertébrés, de plantes et de traces.

carcharodontosaurus crocodiles

Vue d’artiste d’un Carcharodontosaurus observant un groupe d’Elosuchus, des prédateurs ressemblant à des crocodiles. Crédits : Davide Bonadonna

La caractéristique la plus remarquable du paléoécosystème de Kem Kem est ce que l’on a depuis appelé l’énigme de Stromer : la surabondance de dinosaures prédateurs par rapport aux herbivores, observée à la fois dans le groupe de Kem Kem et dans la formation de Bahariya en Égypte.

Sur le même sujet : Quel était le dinosaure le plus petit ?

Plateau des Kem Kem : une présence importante de prédateurs géants

En ce qui concerne le groupe des Kem Kem, cela est indiqué par la présence de quatre types différents de théropodes (un abélisauride, Spinosaurus aegyptiacus, Carcharodontosaurus saharicus et Deltadromeus agilis), alors que dans la plupart des formations mésozoïques comme celle-ci, seulement un ou deux prédateurs comme ceux-ci seraient trouvés.

« En plus de la surabondance de prédateurs de dinosaures à grands corps, au moins trois des quatre prédateurs présents dans les assemblages de Kem Kem et de Bahariya sont parmi les plus imposants (top 10%) prédateurs dinosaures connus jusqu’à maintenant ». Dans le même temps, les herbivores à gros corps ne sont ni divers ni abondants dans les archives fossiles, bien qu’ils reposent probablement aux côtés des grands carnivores.

spinosaurus eau

Le site des Kem Kem était un important carrefour fluvial au crétacé, tant et si bien que des prédateurs tels que les Spinosaurus se nourrissaient directement de poissons géants. Crédits : Davide Bonadonna

À l’époque où ces dinosaures erraient, il y a environ 100 millions d’années, la région était le promontoire d’un vaste système fluvial, et une abondante réserve de poissons et d’autres animaux marins ont facilement nourri la population de théropodes. « Cet endroit était rempli de poissons absolument énormes, y compris des cœlacanthes géants et des dipneustes osseux », conclut Martill.

Sources : ZooKeys

dinosaures kemkem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

557 Partages
557 Partages
Partager via
Copier le lien