Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Port du masque : pourquoi l’OMS a-t-elle tenu un discours contradictoire ?

port du masque discours contradictoire OMS couv
| AFP

Le port du masque, associé aux autres gestes barrières comme la distanciation sociale et le lavage des mains, est aujourd’hui une des armes de lutte principales contre la pandémie de COVID-19. Si aujourd’hui l’intérêt du port du masque ne fait plus aucun doute dans la communauté scientifique, des discours contradictoires ont cependant été tenus au début de la pandémie. C’est notamment le cas de l’OMS qui, en avril, affirmait que le port du masque n’était pas nécessaire pour le grand public. Manque de données et d’études sur la transmission ? Crainte d’une pénurie de masques pour le personnel soignant ou de l’émergence d’un faux sentiment de sécurité ? Peu importe la raison, la plupart des épidémiologistes s’accordent à dire aujourd’hui que ces propos de l’OMS n’auraient pas dû exister.

La question du port du masque est encore largement débattue sur les réseaux sociaux. L’argument pour les porter est assez simple : les virus se propagent par les gouttelettes, qui sont expulsées lorsqu’une personne infectée parle, crie, éternue ou respire simplement. Un masque correctement construit et ajusté peut fortement réduire la propagation de ces gouttelettes et donc la propagation du virus. C’est pourquoi les chirurgiens portent régulièrement des masques de qualité médicale depuis les années 1960 (et de nombreux médecins et infirmières portaient des masques en tissu bien avant).

C’est aussi pourquoi dans de nombreuses régions d’Asie, les gens portent régulièrement des masques en public. Un masque facial fragile ou mal ajusté peut ne pas être d’une grande utilité, mais — sauf risque de générer un faux sentiment de sécurité — il est peu probable qu’il fasse du mal. Il va donc de soi que, lorsqu’ils sont en public, la plupart des gens devraient porter des masques. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis résument : « Les masques sont recommandés comme simple barrière pour aider à empêcher les gouttelettes respiratoires de voyager dans l’air. C’est ce qu’on appelle le contrôle à la source ».

À LIRE AUSSI :
COVID : une femme est restée infectée et asymptomatique pendant 70 jours

Un port du masque inutile selon l’OMS au début de la pandémie

Cependant, une certaine confusion demeure encore. L’une des raisons est que nous recevons des messages contradictoires. En avril, l’Organisation mondiale de la santé a suggéré au grand public de ne pas se masquer, tandis que les CDC nous ont conseillé de le faire. En juin, l’OMS a ajusté ses directives pour recommander que le grand public devrait porter des masques non médicaux là où il y avait une transmission communautaire généralisée et où la distance physique était difficile à maintenir.

Au même moment, le directeur des CDC, Robert R. Redfield, a déclaré que « les masques faciaux en tissu sont l’une des armes les plus puissantes dont nous disposons pour ralentir et arrêter la propagation du virus, en particulier lorsqu’ils sont utilisés universellement. Aujourd’hui, les directives gouvernementales dans le monde varient des masques uniquement pour les personnes malades aux masques obligatoires pour tous ».

conseils OMS port masque grand public
Aujourd’hui, la position de l’OMS sur le port du masque est claire et ne fait pas débat. Crédits : OMS

Pourquoi ce message contradictoire ? En particulier, pourquoi l’OMS a-t-elle conseillé en avril de ne pas porter de masque ? À l’époque, il y avait une grave pénurie d’équipement de protection individuelle. L’OMS craignait manifestement que le grand public se précipite pour acheter des masques, les soustrayant au personnel médical. Selon un rapport, les responsables craignaient également que le masquage généralisé conduise à un faux sentiment de sécurité, conduisant les gens à ignorer d’autres mesures de sécurité, comme le lavage des mains et l’auto-isolement.

Le dysfonctionnement du discours scientifique de l’OMS

Si l’OMS avait simplement dit cela, il y aurait eu beaucoup moins de confusion. Mais apparemment, il y avait un autre problème. À l’époque, il n’existait aucune preuve directe concernant la propagation communautaire de ce virus particulier, et la plupart des études antérieures ont été menées dans des milieux cliniques. L’OMS l’a exprimé ainsi : « Il n’y a actuellement aucune preuve que le port d’un masque (médical ou autre) par des personnes en bonne santé dans le cadre de la communauté au sens large, y compris le masquage universel de la communauté, peut les empêcher de contracter une infection par des virus respiratoires, y compris la COVID-19 ».

À LIRE AUSSI :
Hold-up : un documentaire sur la pandémie aux accents complotistes ?

Il s’agit d’un modèle courant en science : associer l’absence de preuves avec des preuves d’absence. Elle découle de la norme scientifique consistant à supposer une hypothèse par défaut sans effet et à placer la charge de la preuve sur ceux qui revendiquent une affirmation positive. Habituellement, cela a du sens : nous ne voulons pas renverser la science établie sur la base d’une affirmation ou d’une spéculation. Mais lorsque la santé et la sécurité publiques sont en jeu, cette norme devient prégnante.

Si nous avons la preuve que quelque chose peut aider — et qu’il est peu probable qu’il fasse du mal —, il n’y a guère d’excuse pour ne pas le recommander. Et quand il y a une raison mécaniste de penser que cela pourrait aider, le manque d’essais cliniques ne devrait pas être un obstacle à l’action sur les connaissances mécanistes. Un épidémiologiste le résumait ainsi à l’époque : « Les essais randomisés ne soutiennent pas un grand effet des masques faciaux, mais il y a la plausibilité mécaniste pour que les masques faciaux fonctionnent … Alors pourquoi ne pas l’envisager ? ».

Plus d'articles
découverte cercueils intacts egypte
Treize cercueils en parfait état découverts en Égypte