Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

COVID-19 : Les masques sauvent des vies, et ils pourraient nous aider à rouvrir nos communautés

| Aleksej/Adobe Stock

Tandis que le port du masque est devenu obligatoire dans certains pays, recommandé dans d’autres et reste non obligatoire dans un certain nombre d’autres pays, une chose est certaine : les masques faciaux de protection réduisent la propagation de la maladie COVID-19, sauvent des vies et par conséquent, peuvent même nous aider à rouvrir gentiment nos communautés en sécurité.

Les masques de protection fournissent effectivement une barrière qui aide à contenir les gouttelettes en suspension dans l’air qui sont émises lorsque nous expirons, freinant efficacement l’un des principaux moyens de propagation du coronavirus.

Étant donné qu’environ 40% des nouvelles infections à l’heure actuelle proviennent de personnes qui ne présentent pas de symptômes (et peuvent donc ne pas savoir qu’elles sont porteuses du virus), l’adoption généralisée des masques faciaux est l’un des moyens les plus efficaces pour les communautés de ralentir la propagation du virus.

Mais il reste un problème : les masques ne seront pas réellement efficaces contre les nouvelles infections tant que la grande majorité d’entre nous ne les porte pas. « Il faut que 80 à 90% de la population porte des masques afin de pouvoir faire une différence significative dans le ralentissement de la propagation de la COVID-19 », a déclaré le professeur d’informatique et d’ingénierie De Kai, de l’Institut international d’informatique de Berkeley.

expulsion virus
Cette animation est le résultat d’une simulation montrant le flux de gouttelettes expulsées par un éternuement à travers un masque simple. Crédits : Rajat Mittal et al. 2020

De Kai, qui est également expert en intelligence artificielle, a créé une simulation informatique qui modélise la propagation du nouveau coronavirus lorsque différents pourcentages de la population portent des masques, ou non. Ses recherches ont révélé que même lorsque la moitié de la population porte régulièrement un masque, le nombre de nouvelles infections continue d’augmenter. En effet, il faut que presque toute la communauté porte des masques pour ralentir efficacement la propagation du virus. « C’est contre-intuitif car inconsciemment, en tant qu’humains, nous avons tendance à présumer des comportements linéaires. Mais il s’avère que si seulement 50% des gens portent des masques, nous ne réduisons pas les infections de moitié – en fait, cela ne fait pratiquement aucune différence », a-t-il expliqué.

À LIRE AUSSI :
Un spray nasal anti-COVID déjà prêt pour utilisation

Lorsque le fait de porter un masque devient presque universel dans une communauté – comme c’est notamment le cas dans de nombreux endroits en Asie de l’Est depuis le début de cette année –, le nombre de nouvelles infections commence à diminuer. Lorsque la majorité d’une population porte le masque, il s’agit d’une intervention presque aussi efficace que le confinement. « Mais le port du masque n’entraîne pas le même impact économique ou social sur les communautés que les quarantaines généralisées », a déclaré De Kai.

Par exemple, les habitants de Hong Kong ont volontairement commencé à porter des masques en janvier : « Nous avons eu un total de 16 décès dans une ville de la même taille et de la même population que New York », a déclaré De Kai. Cet énorme écart dans les taux de mortalité entre les différentes parties du monde a incité De Kai et un groupe international de chercheurs à développer une simulation du port du masque afin que les gens puissent voir par eux-mêmes à quel point ces derniers peuvent être efficaces.

L’équipe de chercheurs a également analysé le taux de nouvelles infections dans les pays où les masques sont régulièrement portés et les a comparés aux pays où ils ne le sont pas. « Nous avons constaté une corrélation de 100% entre les pays qui ont adopté tôt le port du masque obligatoire, avec une suppression réussie du taux de cas quotidien. Et inversement, une corrélation de 100% entre les pays qui ne l’ont pas fait et une propagation incontrôlable du virus », a expliqué De Kai.

Il faut savoir qu’à Hong Kong, les masques n’ont jamais été légalement mandatés, mais il existe une volonté généralisée de les porter. Par contre, aux États-Unis, les masques sont devenus un sujet de controverse, avec des débats sur les droits individuels contre la sécurité de la communauté.

Sur le même thème : Des ingénieurs mettent au point un masque de protection N95 réutilisable

« La surpolitisation de la question des masques nous coûte cher… Je pense que nous devons transcender cette politique. Nous devons la décomposer pour que les gens comprennent que nous essayons simplement d’aider nos communautés », a déclaré De Kai. « Nous n’essayons pas de nous priver de libertés. Nous cherchons en fait à définir ‘quelle est la meilleure façon de préserver nos libertés ?’. Parce que si nous portons des masques, cela nous libère du confinement et nous pouvons faire beaucoup plus de choses que lorsque nous sommes enfermés à la maison », a-t-il ajouté.

Selon De Kai et les autres chercheurs, lorsque vous portez un masque, vous effectuez une action altruiste qui peut littéralement sauver la vie de personnes autour de vous. « Il s’agit d’une action qui peut concrètement aider la société dans son ensemble à revenir à un semblant de normalité », ont expliqué les chercheurs. « Si le nombre de contaminés augmente à nouveau, nous allons subir des confinements sévères, ce dont personne ne veut. Il est de loin préférable de confiner uniquement notre nez et notre bouche, plutôt que de renfermer tout notre corps à l’intérieur de nos maisons », ont-ils ajouté.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs ont partiellement inversé un processus de vieillissement cellulaire chez l'Homme

Quelques conseils concernant l’utilisation d’un masque de protection

Mettre le masque :

  • Évitez de toucher l’avant du masque une fois qu’il est en place.
  • Lavez-vous les mains ou utilisez un désinfectant pour les mains avant de manipuler votre masque.
  • Positionnez correctement le masque et assurez-vous qu’il s’adapte sur le nez et sous le menton (afin d’éviter au maximum les ouvertures entre le masque et la peau).
  • Selon le modèle, attachez des sangles derrière la tête et le cou ou faites une boucle autour des oreilles.

Enlever le masque :

  • Ne touchez pas vos yeux, votre nez ou votre bouche lorsque vous retirez votre masque.
  • Lorsque vous retirez le masque, faites passer votre doigt dans la sangle et retirez la sangle de l’oreille ou détachez les sangles.
  • Lavez-vous les mains immédiatement après le retrait du masque.

Entretien, stockage et lavage :

  • Conservez vos masques dans un sac (de préférence en papier) lorsqu’ils ne sont pas utilisées.
  • Les masques en tissu ne doivent pas être utilisés plus d’un jour d’affilée et doivent être lavés correctement (avec un détergent pour vêtements) après/avant utilisation. Les masques en tissu doivent être remplacés immédiatement s’ils sont sales, endommagés, ou visiblement contaminés.
  • Les masques jetables ne doivent pas être utilisés pendant plus d’une journée et doivent être jetés à la poubelle après utilisation ou s’ils sont sales, endommagés ou visiblement contaminés.
Source : site internet de De Kai

Plus d'articles
passerelle orbite lune nasa esa
La NASA et l’ESA officialisent leur collaboration pour une base lunaire orbitale
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.