La psilocybine s’avère prometteuse dans le traitement de la dépression

psilocybine prometteuse traitement depression
| Shutterstock

En mars 2017, selon l’OMS, environ 300 millions de personnes souffraient de dépression dans le monde, en faisant la maladie psychique la plus répandue. Se présentant avec une gamme de symptômes divers et une sévérité variable, la dépression est un trouble qui ne doit pas être sous-estimé. Le traitement standard inclut, dans la majorité des cas, une combinaison de psychothérapie et d’antidépresseurs. Cependant, des chercheurs ont récemment montré au cours d’un essai clinique qu’à la place des antidépresseurs, la psilocybine pouvait être utilisée avec des résultats identiques, voire meilleurs.

Les résultats d’un petit essai clinique de phase II ont révélé que deux doses de psilocybine semblent être aussi efficaces que l’antidépresseur commun escitalopram dans le traitement des troubles dépressifs majeurs modérés à sévères, du moins lorsqu’ils sont associés à un traitement psychologique. « Je pense qu’il est juste de dire que les résultats signalent l’espoir que nous envisageons un traitement alternatif prometteur pour la dépression », déclare Robin Carhart-Harris, chef du centre de recherche psychiatrique à l’Imperial College de Londres.

Carhart-Harris indique que la psilocybine fonctionne d’une manière fondamentalement différente de l’escitalopram. Bien que les deux agissent sur le système sérotoninergique du cerveau, l’escitalopram semble fonctionner en aidant les gens à tolérer plus facilement le stress. « Avec un psychédélique, il s’agit davantage d’une libération de la pensée et du sentiment qui, lorsqu’ils sont guidés par la psychothérapie, produisent des résultats positifs ». Il ajoute que les participants recevant de la psilocybine avaient souvent déclaré avoir eu le sentiment de mieux comprendre pourquoi ils étaient déprimés.

À LIRE AUSSI :
La perte de plaisir profonde pourrait être le signe d’une démence précoce

Cependant, Carhart-Harris a mis en garde contre l’utilisation de psychédéliques à la maison. « Ce serait une erreur de jugement. Nous croyons fermement que la composante de la psychothérapie est aussi importante que l’action du psychédélique ». L’essai s’appuie sur des travaux antérieurs de l’équipe explorant la manière dont la psilocybine affecte le cerveau et sur un essai clinique antérieur dans lequel le médicament a aidé à soulager la dépression résistante au traitement chez 12 patients.

Un essai clinique pour comparer psilocybine et antidépresseur

Au cours de l’essai de six semaines, 30 adultes sur 59 atteints de trouble dépressif majeur modéré à sévère ont été répartis au hasard pour recevoir deux doses de 25 mg de psilocybine à trois semaines d’intervalle — une dose qui, selon Carhart-Harris, était suffisamment élevée pour produire le type d’expériences souvent décrit comme existentiel, voire « mystique ». Le lendemain de la première dose de psilocybine, ce groupe a commencé à prendre un placebo quotidien.

Les 29 autres participants ont reçu deux doses très faibles ou « inactives » de psilocybine à trois semaines d’intervalle. Il s’agissait de garantir que toute différence de résultats entre les groupes ne serait pas simplement due à l’attente de recevoir de la psilocybine. Le lendemain de la première dose de psilocybine, ce groupe a commencé une dose quotidienne d’escitalopram, dont la posologie a augmenté avec le temps.

Chaque séance de psilocybine — qui a duré six heures, y compris un « trip » de trois à quatre heures pour les personnes recevant la dose élevée — a été supervisée par au moins deux professionnels de la santé mentale, les participants étant couchés sur le dos, soutenus par des oreillers et écoutant de la musique néoclassique émotionnellement évocatrice.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs proposent le meilleur traitement pour la perte d'odorat due à la COVID-19

Tous les participants ont reçu une thérapie psychologique le lendemain d’une séance de psilocybine, ainsi qu’un appel téléphonique ou vidéo dans la semaine suivant la première dose. Les résultats, publiés dans la revue New England Journal of Medicine, révèlent qu’après six semaines, les deux groupes ont montré, en moyenne, une diminution de la gravité des symptômes dépressifs, selon les scores d’un questionnaire rempli par les participants. Cependant, cette réduction ne différait pas significativement entre les deux groupes.

Psilocybine et psychothérapie : une combinaison efficace contre la dépression

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« La thérapie à la psilocybine, comme nous l’avons prédit, fonctionne plus rapidement que l’escitalopram », a déclaré Carhart-Harris. Il indique que les résultats d’autres échelles « suggéraient de manière claire la supériorité potentielle de la thérapie par psilocybine » non seulement pour la dépression, mais aussi pour d’autres aspects du bien-être. Il a averti que les résultats n’étaient pas concluants, car l’équipe n’avait pas pris en compte le nombre de comparaisons effectuées.

infographie details resultats essai clinique psilocybine depression
Infographie récapitulant les détails de l’essai clinique et ses résultats. La psilocybine montre des résultats similaires aux antidépresseurs pour traiter la dépression. © Robin Carhart-Harris et al. 2021

Cependant, l’équipe a noté que 57% des patients du groupe à forte dose de psilocybine ont été jugés en rémission de leur dépression à la fin des six semaines, contre 28% dans le groupe escitalopram, alors qu’aucun des deux groupes n’avait d’effet indésirable grave. Alors que l’équipe a déclaré que les résultats étaient prometteurs, d’autres ont déclaré que l’étude n’était pas assez grande pour tirer des conclusions fermes.

À LIRE AUSSI :
La thérapie génique montre des résultats très prometteurs pour traiter la cécité infantile

Entre autres limitations, la majorité des participants étaient de race blanche, d’âge moyen, très instruits et de sexe masculin, tandis que les participants pouvaient avoir été en mesure de deviner quel traitement ils avaient reçu et qu’aucun groupe n’avait reçu de placebo et de thérapie seuls. Anthony Cleare, professeur de psychopharmacologie au King’s College de Londres, déclare que l’étude fournit « certaines des preuves les plus convaincantes à ce jour que les psychédéliques peuvent avoir un rôle à jouer dans le traitement de la dépression ». Cependant, il ajoute que beaucoup plus de données sont nécessaires avant que des médicaments tels que la psilocybine puissent être utilisés en dehors de la recherche, indiquant qu’ils ne remplaceraient pas les traitements existants pour la dépression.

Sources : NEJM

Laisser un commentaire