Pulpe de café : elle permet une reforestation rapide des anciennes terres agricoles

pulpe cafe permet reforestation rapide anciennes terres agricoles
| Bensy/Flickr

Une fois qu’elles ont été utilisées pour la culture agricole, les terres tropicales sont très souvent dégradées, et ce mauvais état des sols peut retarder la reforestation de plusieurs décennies. Récemment, des chercheurs ont montré que la pulpe de café — un résidu de la culture et production de café — a un important potentiel de restauration des forêts. Appliquée sur des terres tropicales anciennement cultivées, elle permet une revégétalisation étonnamment rapide en améliorant considérablement la qualité du sol. Une méthode peu coûteuse qui pourrait être largement utilisée au regard des quantités de pulpe de café générées chaque année.

Une nouvelle étude révèle que la pulpe de café, un déchet de la production de café, peut être utilisée pour accélérer la récupération des forêts tropicales sur les terres post-agricoles. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue British Ecological Society Ecological Solutions and Evidence.

Un test grandeur nature mené au Costa Rica

L’étude a été menée dans le comté de Coto Brus, au sud du Costa Rica, sur une ancienne ferme de café qui est en cours de transformation en forêt pour la conservation. Dans les années 50, la région a connu une déforestation rapide et une conversion des terres en caféiculture et pâturage avec un couvert forestier réduit à 25% en 2014. En 2018, les chercheurs ont défini deux zones, étalant la pulpe de café en une couche d’un demi-mètre d’épaisseur sur une zone et laissant l’autre comme témoin.

Les chercheurs ont analysé des échantillons de sol pour les éléments nutritifs immédiatement avant l’application de la pulpe de café et à nouveau deux ans plus tard. Ils ont également enregistré les espèces présentes, la taille des tiges ligneuses, le pourcentage de couvert forestier et ont utilisé des drones pour enregistrer le couvert forestier.

À LIRE AUSSI :
Cinq millions d'années de changement climatique préservées au même endroit
benne pulpe cafe sol
Les chercheurs ont délimité deux zones : une zone témoin et une sur laquelle ils ont déversé plusieurs camions-bennes de pulpe de café. © Rebecca Cole

Dans l’étude, des chercheurs de l’ETH-Zurich et de l’Université d’Hawaï ont répandu 30 camions à benne de pulpe de café sur une zone de 35×40 m de terre dégradée au Costa Rica et ont délimité une zone de taille similaire sans pulpe de café comme témoin. « Les résultats ont été spectaculaires. La zone traitée avec une épaisse couche de pulpe de café s’est transformée en une petite forêt en seulement deux ans, tandis que la parcelle témoin est restée dominée par des herbes de pâturage non indigènes », explique Rebecca Cole, auteure principale de l’étude.

Pulpe de café : une méthode efficace de reforestation

Après seulement deux ans, la zone traitée à la pulpe de café montrait 80% de couvert forestier contre 20% dans la zone témoin. La canopée de la zone traitée avec la pulpe de café était également quatre fois plus haute que celle de la zone témoin. L’ajout de la couche d’un demi-mètre d’épaisseur de pulpe de café a éliminé les herbes envahissantes des pâturages qui dominaient le sol. Ces graminées constituent souvent un obstacle à la succession forestière et leur élimination a permis aux espèces d’arbres indigènes pionniers, qui sont arrivées sous forme de graines par le vent et la dispersion animale, de recoloniser rapidement la zone.

Les chercheurs ont également constaté qu’après deux ans, les nutriments, y compris le carbone, l’azote et le phosphore, étaient significativement élevés dans la zone traitée à la pulpe de café par rapport à la zone témoin. Il s’agit d’une constatation prometteuse étant donné que les anciennes terres agricoles tropicales sont souvent très dégradées et que la mauvaise qualité des sols peut retarder la succession des forêts pendant des décennies.

difference sol pulpe cafe
Photo montrant la différence entre la zone traitée à la pulpe de café et la zone témoin, un an après le début du test. © Rebecca Cole

« Cette étude de cas suggère que les sous-produits agricoles peuvent être utilisés pour accélérer la régénération des forêts sur les terres tropicales dégradées. Dans les situations où la transformation de ces sous-produits entraîne un coût pour les industries agricoles, les utiliser pour la restauration afin d’atteindre les objectifs mondiaux de reboisement, peut représenter un scénario gagnant-gagnant », indique Cole.

À LIRE AUSSI :
L'effondrement de l'écosystème océanique pourrait sérieusement menacer l'humanité d'ici 25 ans

En tant que déchet largement disponible et riche en éléments nutritifs, la pulpe de café peut être une stratégie rentable de restauration des forêts. Ces stratégies seront importantes si nous voulons atteindre des objectifs mondiaux ambitieux de restauration de vastes superficies forestières, tels que ceux convenus dans les accords de Paris de 2015.

Des travaux supplémentaires nécessaires

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Cole prévient qu’en tant qu’étude de cas avec deux ans de données, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tester l’utilisation de la pulpe de café pour aider à la restauration des forêts. « Cette étude a été réalisée sur un seul grand site, donc des tests supplémentaires sont nécessaires pour voir si cette stratégie fonctionne dans un plus large éventail de conditions. Les mesures que nous partageons ne concernent que les deux premières années. Une surveillance à plus long terme montrerait comment la pulpe de café affecte le sol et la végétation au fil du temps. Des tests supplémentaires peuvent également évaluer s’il existe des effets indésirables liés à l’application de la pulpe de café ».

Une contrainte à l’utilisation de la pulpe de café ou d’autres sous-produits agricoles est que son utilisation est principalement limitée à des zones relativement plates et accessibles où le matériau peut être livré et le risque que les nutriments ajoutés soient dispersés dans les bassins versants voisins peut être géré.

À LIRE AUSSI :
Les données satellites auraient sous-estimé le réchauffement climatique pendant des années

« Nous aimerions étendre l’étude en testant cette méthode sur une variété de sites dégradés dans le paysage. En outre, ce concept pourrait être testé avec d’autres types de produits agricoles non marchands comme les coques d’orange. Nous espérons que notre étude sera un point de départ pour que d’autres chercheurs et industries se penchent sur la façon dont ils pourraient rendre leur production plus efficace en créant des liens avec le mouvement de restauration mondial ».

Sources : British Ecological Society Ecological Solutions and Evidence

Laisser un commentaire