L’étude de la distribution de la matière et, plus généralement, des grandes structures de l’Univers, est un domaine important en cosmologie, car il permet de mieux contraindre les modèles théoriques décrivant l’évolution et la dynamique de notre univers, mais également de comprendre la manière dont celui-ci est globalement agencé. Ce modèle d’organisation structurelle prend le nom de « toile cosmique ».

En 1956, l’astrophysicien franco-américain Gérard de Vaucouleurs, publie un article dans lequel il met en évidence la présence d’une organisation structurelle dans la distribution de plusieurs galaxies répertoriées dans le catalogue galactique de Shapley-Ames. Il donne à cette organisation le nom de « supergalaxie ». En 1981, les astrophysiciens russes V. Arnold , S. Shandarin et I. Zeldovich (université de Moscou) démontrent que cette distribution est le produit de l’effondrement gravitationnel de fluctuations primordiales de densité à grande échelle.

Avec l’amélioration des performances et de la sensibilité des instruments, les observations permettent d’affiner de plus en plus la structure de l’univers observable, jusqu’à mettre en exergue une organisation en réseau, les superamas de galaxies étant connectés par des filaments galactiques et séparés par des vides. Ces nombreux travaux, dont l’astrophysicien américain John Huchra a été l’un des pionniers, combinés à des simulations complexes, contribueront à l’apparition du terme de « toile cosmique » pour décrire la distribution filamenteuse de matière dans l’Univers.

La structure de la toile cosmique est aujourd’hui expliquée par le Modèle standard de la cosmologie, le modèle Λ-CDM. Dans ce modèle, à l’issue de l’inflation, les fluctuations quantiques primordiales se transforment en fluctuations de densité à grande échelle qui, sous l’effet de la gravité, ont façonné cette distribution homogène de matière dans l’Univers observable, tout en accompagnant son expansion. Les données recueillies par la mission Planck ont permis de détecter des traces de ces fluctuations de densité dans le fond diffus cosmologique.

vide superamas

Cartographie de l’Univers à un milliard d’années-lumière de la Terre. L’on peut y voir les superamas reliés par des filaments galactiques (gris) entourés par des vides cosmiques (zones noires). Crédits : Richard Powell

La toile cosmique se décompose en plusieurs éléments constitutifs. Les superamas de galaxies comme Laniakea, la Chevelure de Bérénice ou encore le superamas de Persée-Poissons constituent les « points » du réseau. Ces points contiennent des « nœuds » qui sont des concentrations locales de masse comme le Grand Attracteur, le Mur Austral, le nœud d’Hercule ou le nœud du Lièvre.

Ces nœuds sont reliés entre eux par des filaments galactiques, c’est-à-dire des structures filiformes composées de galaxies ou d’amas de galaxies, tels que le filament de la Grande Ourse ou le filament de Persée-Pégase. Entre les filaments galactiques se trouvent des vides cosmiques, c’est-à-dire des zones dont la densité de matière est extrêmement faible, comme le Vide local ou le Vide du Bouvier.

Malgré sa relative précision, la représentation de la toile cosmique souffre de certains problèmes observationnels comme l’obscuration (le disque de la Voie lactée nous masque certaines zones de l’Univers), la quantité de galaxies qui diminue proportionnellement à la distance, ou encore des zones simplement inaccessibles aux instruments.

Pour contourner ces problèmes, les astrophysiciens établissent également une toile cosmique des vitesses (Cosmic V-Web) de la manière suivante : grâce aux vitesses des galaxies répertoriées dans le catalogue Cosmicflows-2, les scientifiques reconstruisent en 3D les différentes densités galactiques, puis construisent un tenseur de cisaillement permettant de décrire la manière dont les propriétés galactiques varient spatialement, et enfin utilisent ce tenseur pour reconstituer les parties manquantes de la toile cosmique.

toile matiere noire

La toile cosmique rend également compte de la distribution de la matière noire autour de la matière baryonique. Cette simulation du projet Illustris montre les longs filaments de matière noire (en bleu) autour des galaxies et filaments galactiques (en rose) ainsi que des concentrations de matière baryonique (en orange).

La toile cosmique prend également en compte la distribution de matière noire dans l’Univers observable. Selon les modèles théoriques, celle-ci agit comme un « ciment galactique » et permet de stabiliser l’organisation structurelle hiérarchique de l’Univers sur les grandes échelles. Pour ce faire, les cosmologistes sont obligés d’effectuer de puissantes simulations intégrant les données actuelles sur la matière noire, afin d’obtenir une distribution 3D cohérente de la matière baryonique et de la matière noire.

2 Réponses

  1. François DELON

    Petite idée (à creuser) ?
    c’est l’expansion de l’univers qui a façonné les groupes d’étoiles (galaxies ou amas…) et les filaments … les étoiles proches se sont regroupées en repoussant collectivement les moins proches … et en laissant à la traine (filaments) les marginales de chaque groupe … simple, non ?
    reste à trouver le pourquoi de l’expansion (anti-gravité à l’échelle galactique ?)

    Répondre
  2. yellowstone

    C’est amusant de lire cet article lorsque l’on connaît les travaux d’un chercheur qui explique et modélise cette répartission de la matière dans notre univers à partir du l’univers primordial. Lui appelle cela une structure alvéolaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite

annee lumiere distance astronomieL'année-lumière est une unité de longueur utilisée pour exprimer des distances astronomiques. Elle est définie par l'Union Astronomique Internationale (UAI) comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne (365.25 jours). Elle vaut environ... [...]

Lire la suite

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.