657 Partages

Selon des experts, malgré les défis actuels, de nouveaux progrès dans le domaine de la biologie des cellules souches et du génie génétique démontrent un potentiel pour de meilleurs traitements de remplacement des cellules.

Le remplacement de cellules pourrait jouer un rôle primordial dans l’atténuation des symptômes moteurs de la maladie de Parkinson (MP) à l’avenir. En effet, dans un supplément spécial au Journal of Parkinson’s Disease, des experts décrivent comment les technologies des cellules souches nouvellement développées pourraient être utilisées pour traiter la maladie dans les décennies à venir.

Le traitement le plus courant de la MP consiste aujourd’hui à renforcer l’activité de la voie nigro-striatale dans le cerveau, avec des thérapies modulantes de la dopamine, augmentant ainsi les taux de dopamine striatale et améliorant les troubles moteurs associés à la maladie. Cependant, ce traitement a des limites et des effets secondaires importants sur le long terme.

« Nous avons désespérément besoin d’un meilleur moyen pour aider les personnes atteintes de la MP. Cette maladie est en constante augmentation dans le monde. Il n’y a toujours pas de traitement curatif et les médicaments ne permettent que de traiter partiellement l’incoordination et les problèmes de mouvement », ont expliqué les co-auteurs de l’étude Claire Henchcliffe MD, du département de neurologie du Weill Cornell Medical College et du département de neurochirurgie du Memorial Sloan Kettering Cancer Center à New York (USA), ainsi que Malin Parmar, PhD du Centre de neuroscience Wallenberg et du Centre de cellules souches Lund en Suède.

« Si c’est une réussite, l’utilisation des cellules souches en tant que source de cellules nerveuses produisant de la dopamine et pouvant être transplantées, pourrait révolutionner les soins des patients atteint de la MP. Une seule intervention chirurgicale pourrait potentiellement fournir une greffe qui durerait toute la vie du patient, réduisant ou évitant totalement le besoin en médicaments à base de dopamine » ajoutent-ils.

Les auteurs de l’étude ont analysé comment les technologies de cellules souches récemment développées pourraient être utilisées pour traiter la MP, et comment les chercheurs s’emploient très rapidement à traduire cette technologie en essais cliniques précoces.

Par le passé, la plupart des études de transplantation pour traiter la MP utilisaient des cellules humaines provenant d’embryons avortés : bien que ces greffes puissent survivre et fonctionner durant de nombreuses années, il existait néanmoins des problèmes scientifiques et éthiques. En effet, les cellules fœtales sont limitées en quantité et sont très variables, en plus d’être difficiles à contrôler. Il n’y a que peu de patients qui en ont bénéficié, et certains d’entre eux ont développé des effets secondaires liés aux greffes, tels que des mouvements incontrôlables appelés dyskinésies.

Sur le même sujet : Des cellules souches « reprogrammées » ont été implantées chez un patient atteint de la maladie de Parkinson

Heureusement, les progrès récents de la technologie des cellules souches signifient que qualité, cohérence, activité et sécurité peuvent être assurées et qu’il est possible de cultiver des quantités pratiquement illimitées de cellules nerveuses productrices de dopamine en laboratoire pour une transplantation.

Il faut également savoir qu’à l’heure actuelle, le choix du matériel de départ s’est également étendu avec la disponibilité de plusieurs lignées de cellules souches embryonnaires humaines, ainsi que les possibilités de production de cellules pluripotentes induites, ou encore de cellules neuronales à partir du sang ou des cellules cutanées d’un patient. Les premiers essais cliniques systématiques de transplantation utilisant des cellules souches pluripotentes en tant que tissu de donneur ont été lancés au Japon en 2018.

« Nous entrons dans une période absolument fascinante pour la thérapie par cellules souches », a commenté Parmar. « Les cellules de première génération font actuellement l’objet d’essais, et de nouvelles avancées dans les domaines de la biologie des cellules souches et du génie génétique promettent des cellules et des thérapies encore meilleures à l’avenir. Il reste encore beaucoup à faire pour démontrer l’efficacité des thérapies réparatrices basées sur les cellules souches, et il reste encore beaucoup à comprendre sur quoi, où et comment délivrer les cellules. Mais les progrès technologiques considérables réalisés au cours des dernières années incitent à penser que le remplacement cellulaire pourra jouer un rôle de plus en plus important pour atténuer au moins les symptômes moteurs, si ce n’est d’autres, dans les décennies à venir », a-t-il ajouté.

« Il ne s’agit pas uniquement de chercher à améliorer ce qui est possible pour nos patients, mais également de réaliser que notre meilleure chance est d’harmoniser les efforts entre les différents groupes de recherche dans le domaine », a ajouté le Dr Henchcliffe. « Cela pourrait nous permettre de concevoir des cellules pour fournir un traitement supérieur, en utilisant éventuellement différents types de cellules pour traiter différents symptômes de la MD, comme les problèmes de mouvement et la perte de mémoire », a ajouté Henchcliffe.

Cette nouvelle étude révèle donc que l’approche de la réparation du cerveau dans le cadre de la maladie de Parkinson a certainement un potentiel majeur, et les prochaines décennies pourraient également voir des avancées « encore plus importantes dans l’ingénierie des cellules souches spécialement conçues pour des patients ou des groupes de patients spécifiques », expliquent les chercheurs.

En attendant, des études ainsi que des tests supplémentaires seront effectués par des groupes de scientifiques du monde entier, et certains obstacles biologiques, pratiques et commerciaux devront également être surmontés dans le but de voir ce traitement fleurir à travers le monde.

Source : Journal of Parkinson’s Disease

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

657 Partages
657 Partages
Partager via