3.1K Partages

Une coalition mondiale de scientifiques, incluant 11’000 signataires, estime qu’une “souffrance humaine indéterminée” est inévitable sans des changements drastiques, profonds et durables dans les activités humaines qui contribuent aux émissions de gaz à effet de serre. D’autres facteurs liés au changement climatique sont également visés.

« Malgré 40 ans de négociations mondiales d’envergure, nous avons continué à faire comme si de rien n’était et nous n’avons pas réussi à faire face à cette crise », a déclaré William J. Ripple, co-directeur de la coalition — aux côtés de Christopher Wolf — et professeur distingué d’écologie au OSU College of Forestry. « Le changement climatique est arrivé et s’accélère plus rapidement que prévu par de nombreux scientifiques ».

Dans un article publié hier dans la revue BioScience, les auteurs, ainsi que plus de 11’000 scientifiques signataires de 153 pays, déclarent une urgence climatique. Ils présentent notamment des graphiques montrant les tendances néfastes et les signes vitaux, permettant de mesurer les progrès. Ils proposent finalement un ensemble de mesures d’atténuation efficaces.

Les scientifiques soulignent six domaines dans lesquels l’humanité devrait prendre des mesures immédiates pour ralentir les effets du réchauffement planétaire :

    1. Énergie. Mettre en œuvre des pratiques de conservation massives ; remplacer les combustibles fossiles par des énergies renouvelables à faible émission de carbone ; laisser les stocks restants de combustibles fossiles dans le sol ; éliminer les subventions aux entreprises de combustibles fossiles ; et imposer des redevances sur le carbone suffisamment élevées pour limiter l’utilisation de combustibles fossiles.
    2. Polluants de courte durée. Réduire rapidement les émissions de méthane, de suie, d’hydrofluorocarbones et d’autres polluants climatiques de courte durée ; Cela pourrait réduire de plus de 50% la tendance au réchauffement à court terme au cours des prochaines décennies.
    3. Nature. Restaurer et protéger des écosystèmes tels que les forêts, les prairies, les tourbières, les zones humides et les mangroves, et permettre à une plus grande partie de ces écosystèmes d’atteindre leur potentiel écologique en matière de séquestration du dioxyde de carbone atmosphérique, l’un des principaux gaz à effet de serre.
    4. Nourriture. Consommer plus de végétaux et moins de produits d’origine animale. Le changement de régime réduirait considérablement les émissions de méthane et d’autres gaz à effet de serre et libérerait des terres agricoles pour la production de nourriture humaine plutôt que d’aliments pour le bétail. La réduction du gaspillage alimentaire est également cruciale. En effet, les scientifiques affirment qu’au moins un tiers de tous les aliments produits finissent dans les ordures.
    5. Économie. Convertir l’économie actuelle en une économie sans émissions de dioxyde de carbone afin de remédier à la dépendance de l’Homme à l’égard de la biosphère et se détourner de la croissance du produit intérieur brut et de la recherche de la richesse. Freiner l’exploitation des écosystèmes pour maintenir la durabilité de la biosphère à long terme.
    6. Population. Stabiliser une population humaine mondiale augmentant de plus de 200’000 personnes par jour, en utilisant des approches garantissant la justice sociale et économique.

« Atténuer et s’adapter au changement climatique tout en respectant la diversité humaine implique des transformations majeures dans les modes de fonctionnement et d’interaction de notre société mondiale avec les écosystèmes naturels », indique le document.

« Nous sommes encouragés par l’inquiétude récente. Les organismes gouvernementaux font des déclarations d’urgence climatique. Les écoliers frappent. Les actions en justice pour écocide se poursuivent devant les tribunaux. Les mouvements de citoyens réclament des changements, et de nombreux pays, états et provinces, villes et entreprises, répondent. En tant que coalition mondiale de scientifiques, nous sommes prêts à aider les décideurs politiques dans une transition juste, vers un avenir durable et équitable » peut-on lire.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Les graphiques de signes vitaux figurant dans le document illustrent plusieurs indicateurs et facteurs clés du changement climatique au cours des 40 dernières années, depuis que des scientifiques de 50 pays se sont réunis à la première Conférence mondiale sur le climat à Genève, en 1979.

indicateurs urgence climatique fig-1

Évolution des activités humaines dans le monde de 1979 à aujourd’hui. Ces indicateurs sont liés au moins en partie au changement climatique. Dans le graphique (f), la perte annuelle de couvert forestier peut être due à n’importe quelle raison (incendie de forêt, récolte dans les plantations d’arbres, conversion de forêts en terres agricoles, etc.). Concernant le graphique (h), l’hydroélectricité et l’énergie nucléaire (manquants) sont illustrées dans un graphique séparé. Les taux indiqués dans les tableaux sont les pourcentages de variation sur l’ensemble de la gamme des séries chronologiques. Les données annuelles sont indiquées en points gris. Les lignes noires sont des régressions locales lissées des tendances. Crédits : William J. Ripple, Christopher Wolf, Thomas M. Newsome, Phoebe Barnard, William R. Moomaw

Sur le même sujet : L’Homme est responsable du changement climatique le plus rapide et brutal des 3 derniers millions d’années

Au cours des dernières décennies, de nombreuses autres assemblées mondiales ont convenu qu’une action urgente était essentielle, mais les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter rapidement. Parmi les autres signes inquiétants liés aux activités humaines, on peut citer l’augmentation soutenue de la production de viande par habitant, la perte de la couverture forestière mondiale et le nombre de passagers aériens.

Il y a également des signes encourageants, notamment une baisse du taux de natalité à l’échelle mondiale et une diminution de la perte de forêts en Amazonie brésilienne, ainsi qu’une augmentation de l’énergie éolienne et solaire, mais même ces mesures sont teintées d’inquiétude. La baisse du taux de natalité a par exemple ralenti au cours des 20 dernières années et le rythme de la disparition de la forêt amazonienne semble recommencer à augmenter.

« La température de surface mondiale, la teneur en chaleur des océans, les conditions météorologiques extrêmes et leurs coûts, le niveau de la mer, l’acidité des océans et la superficie brûlée aux États-Unis sont en augmentation », a déclaré Ripple. « Globalement, la glace est en train de disparaître rapidement, comme en témoigne la diminution de la banquise arctique estivale minimale, des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique et de l’épaisseur des glaciers. Tous ces changements rapides soulignent le besoin urgent d’agir » conclut Ripple.

Source : BioScience

Une réponse

  1. yoananda

    Bonne nouvelle, des mesures raisonnables voire de bon sens.
    Allez, maintenant faut se bouger !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3.1K Partages
3.1K Partages
Partager via
Copier le lien