COVID : le dépistage de masse en Slovaquie a fortement contribué à réduire les infections de 60%

tests masse covid slovaquie reduit taux infection 60 pourcent
Un travailleur de la santé analyse un échantillon sur un site de test Covid durant la deuxième série de tests de masse, à Zilina (Slovaquie). | Radovan Stoklasa/Reuters

Les scientifiques le suggèrent depuis des mois, et les études le soutiennent : tester massivement la population afin de permettre l’auto-isolement permettrait de contrôler la pandémie et de réduire drastiquement le nombre d’infections en quelques semaines seulement. Et la Slovaquie vient peut-être de le prouver à grande échelle : des tests COVID de masse, combinés à des mesures strictes, ont permis de réduire le taux d’infection d’environ 60% en une semaine, selon des chercheurs britanniques. Cependant, un tel résultat n’a pu être obtenu qu’en combinaison avec des règles de quarantaine strictes et d’autres mesures, qui ne sont pas mises en œuvre partout dans le monde.

Pour assurer un taux si élevé de tests, la Slovaquie a simplement exigé des employeurs de ne pas autoriser les employés sans certificat prouvant un test négatif à travailler. Lors d’un essai pilote, toute personne ayant obtenu un résultat positif devait donc rester en quarantaine durant 10 jours (en même temps que sa famille), durant lesquels elle recevait une indemnité salariale de 100%.

Ces mesures en Slovaquie n’ont pas été mises en place pour lever des restrictions, mais pour identifier les cas COVID et les isoler. En effet, un résultat de test négatif permettait aux individus de travailler, mais ne constituait pas un critère pour rendre visite à un parent âgé dans une maison de soins, ou pour un étudiant de rentrer à la maison pour les vacances.

En bref, combiné aux restrictions sociales imposées dans le pays, l’exercice a été couronné de succès, ont déclaré les chercheurs de la London School of Hygiene & Tropical Medicine. Les détails de l’étude — qui n’a pas encore été revue par des pairs — sont déjà disponibles en prépublication sur le serveur medRxiv.

Des dépistages de masse pour éviter les confinements

« En Slovaquie, il y a des preuves relativement solides que le confinement et les tests de masse ont conduit à une très forte réduction du fardeau des infections Covid-19 », a déclaré le professeur associé Stefan Flasche. Flasche a notamment comparé ce qui a été mis en place en Slovaquie au fait de « jeter un grand seau d’eau sur un feu » : cela permet de réduire la taille du feu sans l’éteindre. « Au minimum, vous gagnez du temps pour ne pas avoir besoin d’un confinement de quatre ou cinq semaines ».

À LIRE AUSSI :
Les chiens détectent la COVID-19 aussi bien que les tests PCR
evolution cas covid slovaquie dec 2020
Évolution du nombre de cas en Slovaquie, au 9 décembre 2020. © CSSE/Johns Hopkins University

La Slovaquie a utilisé le test rapide SD Biosensor, approuvé par l’Organisation mondiale de la santé. Les tests ont été administrés par des professionnels de la santé, à l’aide de tampons qui pénètrent profondément dans la cavité nasale et l’arrière de la bouche. Dans le cadre de certains programmes de tests de masse dans d’autres pays, les individus s’autoanalysent avec des tampons moins invasifs, sous supervision.

Lors de cet essai, il y avait donc probablement une différence de sensibilité du test, a déclaré Flasche. « La Slovaquie a probablement identifié environ 90% des personnes qui ont été testées et qui étaient bien infectées à ce moment-là ». Dans d’autres pays et régions en revanche, comme à Liverpool (Angleterre) — dont les données ont été étudiées dans le cadre de cette recherche, il est apparu récemment que les tests rapides ont manqué 50% de toutes les infections et 30% des personnes ayant une charge virale élevée, qui sont pourtant les plus susceptibles d’infecter d’autres personnes.

Une mise en quarantaine familiale efficace

La Slovaquie a également effectué des tests de flux latéral 5m en octobre. Un essai pilote a eu lieu entre le 23 et le 25 octobre dans les quatre comtés les plus touchés, suivi d’une série de tests nationaux de masse le 31 octobre et le 1er novembre. Les comtés à forte prévalence ont été testés à nouveau les 7 et 8 novembre.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les tests ont permis d’identifier 50’000 cas d’infection chez des personnes qui ont ensuite dû s’isoler avec leur famille. « Il est important de noter que nous avons constaté que l’impact le plus important des tests de masse est obtenu en mettant en quarantaine également les contacts familiaux de ceux qui ont été testés positifs », a déclaré Flasche. Son collègue, le professeur associé Sebastian Funk, a déclaré que la stratégie mise en œuvre par la Slovaquie semblait avoir permis de réduire le nombre de cas plus rapidement qu’avec les restrictions uniquement.

À LIRE AUSSI :
Amazon propose une « cabine de méditation » à ses employés

« Les mesures de lutte contre la Covid-19 à l’échelle de la population, comme le confinement, ont un impact social et économique énorme », a déclaré Martin Pavelka, du ministère slovaque de la Santé, et l’un des auteurs de l’étude. « C’est parce qu’elles visent tout le monde, et pas seulement ceux qui sont réellement infectés et qui propagent la maladie. Les tests rapides peu coûteux qui peuvent être produits à grande échelle peuvent offrir la possibilité de mener des campagnes de tests de masse qui identifient les individus les plus infectieux ».

« Il est formidable de voir une évaluation des programmes de tests de masse, mais il n’est pas simple d’interpréter ces résultats en préimpression en suggérant que les tests de masse fonctionneront partout, ni de déterminer comment des programmes similaires pourraient être utilisés au Royaume-Uni (ou ailleurs dans le monde) », déclare le Dr Alexander Edwards, professeur associé en technologie biomédicale à l’université de Reading. « Comme le soulignent les auteurs, il y a beaucoup de choses qui se déroulent en même temps, il est donc difficile d’attribuer une baisse des cas aux seuls tests de masse. Néanmoins, il y a des indications qu’un programme de tests de masse peut contribuer à une réduction des cas ».

Source : medRxiv

Laisser un commentaire