Des chercheurs utilisent la Tokyo Skytree pour tester la théorie de la relativité générale d’Einstein

toyko skytree
| Hao/Flickr

Des scientifiques ont utilisé la Tokyo Skytree pour tester la théorie de la relativité générale d’Einstein. Tokyo Skytree est une tour de radiodiffusion située à Tokyo et faisant 634 mètres de haut. À son inauguration en 2012, elle était la plus haute structure autoportante au monde. En réalité, le but des chercheurs était ici surtout de tester la précision de leur méthode et de leurs instruments.

Dans le cadre d’une nouvelle expérience de vérification de la validité de la théorie de la relativité générale d’Einstein, des scientifiques du RIKEN Center for Advanced Photonics and Cluster for Pioneering Research, ainsi que d’autres collègues, ont utilisé deux horloges à réseau optique finement réglées : une située à la base de la tour Tokyo Skytree et l’autre sur le plancher de l’observatoire, situé à 450 mètres de hauteur, dans le but d’effectuer de nouvelles mesures ultraprécises de l’effet de dilatation temporelle.

En effet, Einstein a émis l’hypothèse que la déformation de l’espace-temps par la gravité était causée par des objets massifs. Selon cette théorie, le temps s’écoule plus lentement dans un champ gravitationnel profond que dans un champ moins profond. Cela signifie que le temps s’écoule un peu plus lentement à la base de la tour Skytree qu’à son sommet. Mais la difficulté de réellement mesurer le changement de la vitesse à laquelle les horloges fonctionnent dans différents champs de gravité, est que la différence est extrêmement faible.

De ce fait, effectuer un test rigoureux de la théorie de la relativité nécessite soit une horloge très précise, soit une grande différence de hauteur. En dehors des laboratoires, les meilleurs tests ont été effectués par satellite, à des altitudes différant de plusieurs milliers de kilomètres.

À LIRE AUSSI :
Où mènent les trous noirs ?
cassini relativite generale
Test de haute précision de la relativité générale par la sonde spatiale Cassini (vue d’artiste) : des signaux radio envoyés entre la Terre et la sonde (onde verte) sont retardés par la déformation de l’espace et du temps due à la masse du Soleil. Crédits : domaine public

Des horloges à réseau optique transportables

Les scientifiques de RIKEN ainsi que leurs collaborateurs ont entrepris de développer des horloges à réseau optique transportables qui pourraient effectuer des tests de relativité précis, mais cette fois, sur le terrain (et sur la terre ferme). Le but ultime, cependant, n’est pas de prouver ou d’infirmer la théorie d’Einstein…

Selon Hidetoshi Katori de RIKE et de l’Université de Tokyo, qui a dirigé le groupe de recherche, « une autre application majeure des horloges ultraprécises est de détecter et d’utiliser la courbure de l’espace-temps générée par la gravité. Les horloges peuvent effectivement distinguer de petites différences d’altitude, ce qui nous permet de mesurer le gonflement du sol dans des endroits tels que les volcans actifs ou la déformation crustale, ou encore de définir la référence pour la hauteur. Nous voulions démontrer que nous pouvions effectuer ces mesures précises n’importe où en dehors du laboratoire, avec des appareils transportables », explique-t-il. « Il s’agit de la première étape vers la transformation d’horloges ultraprécises en appareils du monde réel », a-t-il ajouté.

tokyo skytree
Initialement prévue pour mesurer 610 mètres, la Tokyo Skytree culmine finalement à 634 mètres, soit près du double de la Tour de Tokyo. Elle possède trois pieds pour une stabilité maximale et une meilleure résistance aux séismes. Sa forme à partir de la mi-hauteur est cylindrique pour une meilleure résistance aux vents. Deux plates-formes d’observation si situent à 350 et 450 mètres et offrent un large panorama sur la ville. Crédits : Tour Tokyo Skytree

Vous aimerez également : Après un lancement raté, des horloges atomiques en orbite confirment la théorie de la relativité d’Einstein (une fois de plus)

Ici, la clé de l’exploit d’ingénierie était de miniaturiser les grandes horloges utilisées en laboratoire afin de pouvoir les transporter sur le terrain et également de les rendre insensibles aux bruits environnementaux (tels que les changements de température, les vibrations et les champs électromagnétiques).

Lors de cette expérience, chacune des horloges était enfermée dans une boîte à blindage magnétique d’environ 60 centimètres d’épaisseur de chaque côté. Divers dispositifs laser ainsi que des contrôleurs électroniques ont été nécessaires pour piéger et analyser les atomes confinés. Ces outils étaient logés dans deux boîtiers montables en rack. Les deux horloges, quant à elles, étaient reliées par une fibre optique dans le but de mesurer la note de battement.

En parallèle, les scientifiques ont effectué une télémétrie laser et une mesure de la gravité pour évaluer indépendamment la différence de champ gravitationnel pour les deux horloges. Les chiffres qu’ils ont obtenus par la mesure ont une nouvelle fois validé la théorie d’Einstein. Mais selon Katori, ce qui est essentiel à retenir de cette expérience, c’est qu’ils ont démontré la validité de la théorie avec une précision comparable aux meilleures mesures spatiales, mais en utilisant des appareils transportables opérant au sol.

À LIRE AUSSI :
Un mini univers fractal existerait dans les hypothétiques trous noirs chargés

À l’avenir, l’équipe de scientifiques prévoit de comparer des horloges situées à des centaines de kilomètres de distance pour surveiller le soulèvement et la dépression à long terme du sol, l’une des applications potentielles des horloges ultraprécises.

Source : Nature Photonics

Plus d'articles
Découverte d’une nouvelle comète « rasante »… désagrégée par le Soleil !