Une tombe vieille de 1000 ans pourrait abriter les restes d’une personne « non-binaire » de haut rang

tombe vieille 1000ans pourrait abriter restes personne non-binaire
| Veronika Paschenko

Longtemps, les archéologues ont pensé que les pratiques funéraires dans les sociétés antiques et moyenâgeuses étaient strictement définies en fonction du sexe des défunts, les objets et artefacts placés aux côtés des dépouilles dépendant à la fois de la fonction et du sexe. Cependant, certaines découvertes effectuées au cours des dernières années sont venues remettre en cause cette hypothèse. Récemment, une équipe d’archéologues a étudié une tombe finlandaise vieille d’un millénaire abritant des bijoux et des vêtements de laine, typiques des costumes féminins de l’époque. Cependant, la tombe contenait également une épée, qui est généralement un artefact masculin. L’analyse génétique des restes humains a révélé l’existence d’un syndrome de Klinefelter (chromosomes XXY), mêlant attributs féminins et masculins. Cette découverte pourrait signifier que les questions d’identité de genre — et les personnes non-binaires — étaient respectées dans les sociétés anciennes.

L’analyse moderne d’une tombe vieille de 1000 ans en Finlande remet en question les croyances de longue date sur les rôles des genres dans les sociétés anciennes et peut suggérer que les personnes non-binaires étaient non seulement des membres acceptés, mais respectés de leurs communautés.

Une combinaison d’attributs funéraires inhabituelle

Selon une étude évaluée par les pairs publiée dans la revue European Journal of Archaeology, l’analyse de l’ADN des restes d’une tombe de la fin de l’âge du fer à Suontaka Vesitorninmäki à Hattula, dans le sud de la Finlande, pourrait avoir appartenu à une personne de genre non binaire de haut rang. Découverte pour la première fois en 1968 lors de travaux de construction, la tombe contenait des bijoux en forme de broches ovales ainsi que des fragments de vêtements en laine suggérant que la personne décédée était vêtue d’un costume féminin typique de l’époque.

À LIRE AUSSI :
Découverte de ce qui pourrait être la plus ancienne preuve de fabrication de vêtements

Mais exceptionnellement, la tombe contenait également une épée sans garde placée sur le côté gauche de la personne, avec une autre épée, probablement déposée à une date ultérieure, enterrée au-dessus de la tombe d’origine — des accessoires plus souvent associés à la masculinité. Pendant des décennies, les archéologues ont supposé soit que deux corps, un homme et une femme, avaient été enterrés dans la tombe de Suontaka, soit que c’était la preuve que de fortes femmes dirigeantes, même des femmes guerrières, existaient au début de la Finlande médiévale.

photo objets epee bijoux tombe
Photo des deux épées et des bijoux retrouvés dans la tombe. © Ulla Moilanen et al. 2021

« L’individu enterré semble avoir été un membre très respecté de leur communauté. La dépouille a été déposée dans la tombe sur une douce couverture de plumes avec des fourrures et des objets de valeur », explique l’auteur principal de l’étude, Ulla Moilanen, archéologue à l’Université de Turku.

L’existence d’un syndrome de Klinefelter

L’analyse de l’ADN, cependant, a montré que la tombe ne contenait que les restes d’une seule personne — et qu’elle souffrait du syndrome de Klinefelter. Habituellement, une femme a deux chromosomes X (XX) et un homme a un X et un Y (XY). Dans le syndrome de Klinefelter, un homme nait avec une copie supplémentaire du chromosome X (XXY).

Les hommes atteints du syndrome, qui touche environ 1 homme sur 660, sont encore génétiquement des hommes et ne réalisent souvent pas qu’ils ont le chromosome supplémentaire, mais la maladie peut provoquer une hypertrophie des seins, une atrophie du pénis et des testicules, une faible libido et l’infertilité.

Les chercheurs finlandais ont averti que les résultats de l’ADN étaient basés sur un petit échantillon et que seul un nombre relativement petit de séquences génétiques pouvait être lu, ce qui signifie qu’ils devaient s’appuyer dans une certaine mesure sur la modélisation. Mais ils expliquent que sur la base de leurs données, il est probable que le corps dans la tombe de Suontaka ait bien les chromosomes XXY. L’enterrement de haut rang les a amenés à conclure que la personne avait pu être identifiée comme en dehors des divisions traditionnelles entre les sexes.

À LIRE AUSSI :
Un dinosaure « à dents de requin » identifié comme un autre superprédateur du crétacé

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Le contexte général de la tombe indique qu’il s’agissait d’une personne respectée dont l’identité de genre n’était peut-être pas binaire », écrivent les chercheurs. Si les caractéristiques du syndrome de Klinefelter étaient évidentes, indique Moilanen, la personne « n’aurait peut-être pas été considérée strictement comme une femme ou un homme dans la communauté du début du Moyen Âge. L’abondante collection d’objets enterrés dans la tombe est la preuve que la personne était non seulement acceptée, mais aussi valorisée et respectée ».

Mieux comprendre l’identité de genre dans les sociétés anciennes

La découverte remet en question l’idée que « dans l’environnement ultramasculin de la Scandinavie médiévale précoce, les hommes avec des rôles sociaux féminins et les hommes vêtus de vêtements féminins étaient non respectés et considérés comme honteux », expliquent les auteurs. L’individu peut également avoir été acceptée en tant que personne non binaire « parce qu’elle occupait déjà une position distinctive ou sécurisée dans la communauté pour d’autres raisons », comme venant d’une famille riche ou influente, ou le fait d’être un chaman.

Les paléogénéticiens et les universitaires experts en analyse d’ADN ancien ont majoritairement déclaré que l’étude était « convaincante » en montrant que la personne enterrée à Suontaka était probablement non-binaire. Les archéologues et les historiens ont également soutenu les conclusions, affirmant qu’il était « excitant » de voir de nouveaux travaux portant sur les questions de genre et d’identité. Leszek Gardeła du Musée national du Danemark a déclaré que l’étude montrait que les sociétés du début du Moyen Âge « avaient des approches et des compréhensions très nuancées des identités de genre ».

À LIRE AUSSI :
Découverte de ce qui pourrait être la plus ancienne preuve de fabrication de vêtements
Sources : European Journal of Archaeology

Laisser un commentaire