580 Partages

Des archéologues ont découvert de nombreux outils de pierre et des ossements de rhinocéros travaillés, dans une cache située sur la plus grande île des Philippines, Luzon.

Cette nouvelle découverte repousse les premières preuves de l’occupation humaine des Philippines de plus de 600’000 ans ! En effet, depuis 2.5 millions d’années, les Philippines forment un chapelet d’îles isolées du continent par de profonds bras de mer et jusqu’à ce jour, la plus ancienne présence humaine dans ce pays (attestée par un os de pied) avait été datée à 67’000 ans. À présent, les archéologues se demandent qui sont exactement ces humains anciens et surtout, comment ils ont traversé les mers profondes qui entouraient cette île (et d’autres) en Asie du Sud-Est à l’époque.

Fouille à Kalinga, dans le nord des Philippines. Photo Thomas Ingicco

Site de fouille à Kalinga, dans le nord des Philippines. Crédits : Thomas Ingicco

« La seule chose qui manque, c’est le fossile d’homininé qui l’accompagne ! », explique l’archéologue Adam Brumm, de l’Université Griffith de Nathan, en Australie, qui n’a pas participé à ce travail.

Les chercheurs ont découvert 75% d’un squelette de rhinocéros fossilisé. Dans le but de déterminer l’âge du squelette et du site dans lequel il a été découvert, les chercheurs ont daté l’émail de l’une des dents du rhinocéros, ainsi que les grains de quartz incrustés dans les couches de sédiment situées au-dessus et au-dessous des os, en utilisant la résonance de spin électronique (ESR), qui mesure l’accumulation d’électrons tandis que le matériau est exposé aux radiations au fil du temps.

L’équipe a daté la couche de sédiments inférieure à environ 727’000 ans, la dent de rhinocéros à environ 709’000 ans et la couche de sédiments supérieure à environ 701’000 ans. Les chercheurs ont également trouvé des restes de cerfs, de tortues et de lézards.

Plusieurs experts indépendants ont été fortement impressionnés par l’utilisation judicieuse de la technique par l’équipe de recherche : « Ils ont réussi ! », a déclaré Alistair Pike, expert en découvertes archéologiques à l’Université de Southampton, au Royaume-Uni.

Qui étaient ces anciens peuples ? Comme stipulé par les chercheurs, il ne pouvait pas s’agir de notre propre espèce, Homo sapiens, qui a évolué en Afrique des centaines de milliers d’années plus tard. Selon les chercheurs, il s’agirait de Homo erectus, une espèce humaine archaïque apparue (à notre connaissance) pour la première fois il y a près de 2 millions d’années, et qui pourrait avoir été le premier membre de notre genre à s’étendre hors de l’Afrique. À noter que des os de H. erectus ont été découverts en Chine et à Java (une île en Indonésie). De ce fait, les chercheurs supposent à présent que ces derniers vivaient en Asie à l’époque où le rhinocéros a été tué à Luzon.

Cependant, Thomas Ingicco, un paléoarchéologue du Musée national d’Histoire naturelle à Paris, qui a dirigé les recherches, ne veut pas tirer de conclusions hâtives sans la découverte d’ossements humains, surtout dans une région qui a déjà suscité une grande surprise pour les scientifiques qui étudient les humains archaïques.

En effet, quelque trois mille kilomètres plus au sud, sur l’île de Flores en Indonésie, des archéologues ont découvert Homo floresiensis, ou Homme de Florès, une espèce humaine archaïque. Il a vécu entre 60’000 et 100’000 ans, et semble avoir évolué vers une taille relativement petite, avec des grands pieds et d’autres traits distinctifs en raison de son long isolement à Flores.

caverne hobbit

Les fossiles de l’Homo floresiensis, surnommé « le hobbit », ont été découverts en 2003 dans la grotte de la cathédrale de Liang Bua, sur l’île indonésienne de Flores. Crédits : Bureau du programme de numérisation Smithsonian/Équipe de Liang Bua

La découverte de H. floresiensis a laissé entrevoir la possibilité que de nombreuses espèces humaines jusqu’alors inconnues ont vécu et ont évolué en Asie du Sud-Est. « En théorie, il pourrait y avoir quelque chose de spécial sur chaque île », déclare Ingicco.

Un autre élément mystérieux est la manière dont ces humains sont arrivés à Luzon, qui était à l’époque entourée d’eau profonde, comme c’est toujours le cas aujourd’hui : « Cela fait longtemps que j’étude H. erectus, et je pense qu’ils étaient assez intelligents », explique Susan Antón, une paléoanthropologue de l’Université de New York, qui n’a pas participé à ces travaux.

homme ancien archaique

Des preuves que l’homme antique s’est installé aux Philippines bien plus tôt que nous le pensions. Les scientifiques se demandent comment ces anciens humains sont arrivés là. Crédits : iStock.com/Danilovi

À noter également que des recherches récentes suggèrent que les peuples de l’âge de pierre utilisaient des bateaux, il y a plus de 130’000 ans, en Méditerranée.

Vous aimerez également : Découverte d’ossements d’humains et de carnivores géants dans une grotte mexicaine immergée

Cependant, Antón n’est pas convaincue que d’anciens êtres humains traversaient délibérément les mers du Sud-Est asiatique. Cette dernière pense qu’il est plus probable qu’ils aient été transportés vers des îles éloignées par des vagues, ou y sont arrivés via des îles flottantes et des débris détachés lors de typhons et autres tempêtes.

« On présume que l’Homo erectus ne s’est pas, du moins à dessein, dispersé dans l’eau. Mais plus nous découvrons d’endroits où cela s’est produit, et plus il devient probable qu’il y avait tout de même un certain contrôle », a expliqué Antón.

Les fouilles du site de Kalinga ont été principalement financées par le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères ainsi que le National Geographic.

Source : Nature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

electron particule elementaireL’électron est une particule élémentaire qui, avec les protons et les neutrons, constitue les atomes. C’est donc l’un des composants principaux de la matière baryonique. À ce titre, il revêt... [...]

Lire la suite

580 Partages
580 Partages
Partager via