515 Partages

Un tsunami a balayé les îles indonésiennes de Sumatra et de Java dans la nuit du 22 décembre. Aucune alerte n’a précédé le cataclysme, qui a laissé la dévastation dans son sillage. Bien que le nombre de victimes augmente probablement à mesure que les personnes disparues sont retrouvées, au moins 220 personnes sont confirmées mortes et plus de 800 ont été blessées. Selon les scientifiques, l’origine du tsunami serait un glissement de terrain volcanique.

La raison derrière le manque d’alerte tient à l’origine inattendue des vagues : contrairement aux événements passés déclenchés par des tremblements de terre, ce tsunami était très probablement causé par l’effondrement d’un volcan au large des côtes. Le volcan en question, Anak Krakatau, est en éruption discontinue depuis le 18 juin 2018.

Alors que des informations plus détaillées sur la séquence exacte des événements qui ont conduit au tsunami sont encore en train d’émerger, la plupart des preuves indiquent actuellement un glissement de terrain associé à l’activité du volcan. Une grande partie du flanc sud du volcan a glissé hier dans l’océan, selon les images du satellite Sentinel-1 de l’Agence spatiale européenne.

Mika McKinnon, géophysicien, note que de tels événements ne sont pas inhabituels : « Les volcans ne sont que des couches de roche faiblement collées, où chaque éruption accentue le risque de glissement, de sorte que toutes ces couches de roche sont inclinées dans la direction de la descente. Il ne faut pas beaucoup pour qu’un morceau se détache. Et si cette pièce est volumineuse, elle peut envoyer des vagues massives vers le rivage, sans avertissement ».

Les différentes causes possibles des tsunamis

La cause la plus commune des tsunamis sont les tremblements de terre. Les mouvements dans la croûte océanique peuvent déplacer de grands volumes d’eau, provoquant ainsi une accumulation de vagues et une collision avec les côtes voisines. « Mais ce n’est pas le seul moyen d’engendrer un tsunami » déclare McKinnon. Les glissements de glaciers, les glissements de terrain et les éruptions volcaniques peuvent également provoquer des vagues massives.

Dans ce cas, le coupable le plus probable est le volcan Anak Krakatau. Si ce nom semble familier, c’est parce que le volcan est le produit du fameux Krakatoa, qui s’est déchaîné en 1883 lors de l’une des plus grandes éruptions des temps modernes. L’éruption était si importante qu’on pouvait l’entendre à près de 3000 kilomètres de l’île Rodriguez, et le tsunami qui en a résulté a tué plus de 36’000 personnes.

Après la violente tempête, il ne restait plus qu’un cratère massif. « Mais il n’est pas mort. Au lieu de cela, un nouveau volcan a commencé à surgir » indique McKinnon. Le nouveau volcan a été baptisé, à juste titre, Anak Krakatau, ou « enfant du Krakatoa ».

Un glissement de terrain volcanique à l’origine du tsunami ?

Pour l’événement de cette semaine, la source volcanique des vagues a initialement créé une certaine confusion quant à ce qui se passait à terre. Les tremblements de terre peuvent donner l’annonce de tsunamis potentiels, mais le glissement de terrain n’a pas généré de vagues sismiques régulières. Au lieu de cela, les chercheurs ont détecté une onde de basse fréquence au moment du tsunami — une indication qu’un glissement de terrain pourrait être responsable.

Sur le même sujet : Indonésie : un volcan vient d’entrer en éruption, après le séisme et le tsunami dévastateurs

Les scientifiques n’ont commencé que récemment à étudier ces signaux basse fréquence, mais ils sont généralement associés à une activité volcanique — comme le déplacement de magma dans les profondeurs souterraines ou l’effondrement de chambres volcaniques — ou encore à des événements comme le vêlage des glaciers, ou des glissements de terrain sous-marins.

glissement terrain volcan

Parmi les origines possibles des tsunamis se trouvent les glissements de pentes volcaniques. Dans ce cas, un morceau de flanc du volcan glisse dans l’eau et provoque la formation d’un tsunami. Crédits : Hub/GeologyClass

« Le signal a été trouvé à Naypyitaw, au Myanmar, ainsi qu’à Java, à Sumatra et à Bornéo » déclare Jamie Gurney, fondateur du UK Earthquake Bulletin. Mais les vagues ne se sont pas arrêtées là : elles ont atteint Arti dans l’Oural russe et Kambalda en Australie occidentale.

La modélisation fournit des indices supplémentaires sur ce qui s’est passé. En utilisant les heures d’arrivée des vagues et la topographie connue de la région, Andreas Schäfer, chercheur postdoctoral à l’Institut de technologie de Karlsruhe, a commencé à sonder les endroits où la terre aurait pu céder. La vitesse de la vague est déterminée par la profondeur de l’eau et la hauteur de la vague par rapport à la lame, ce qui permet aux chercheurs de simuler les événements.

Le modèle de Schäfer suggère que le glissement de terrain a voyagé vers le sud-est ou le sud-ouest et que les vagues ont mis entre 30 et 35 minutes pour arriver à terre. À l’heure actuelle, des données confirmées suggèrent que les premières vagues ont touché Marina Jambu, près d’Anyer, à Java. Et au centre de tout cela se trouve Anak Krakatau.

Anak Krakatau : l’enfant terrible du Krakatoa

L’enfant du Krakatoa s’est fait entendre ces dernières années. Il projette actuellement un énorme panache de vapeur et de jets sombres de matériaux volcaniques dans le cadre d’une éruption qui dure depuis six mois. « Il se pourrait que l’activité de cette année ait permis de créer des matériaux qui ont contribué à cette catastrophe » explique Janine Krippner, volcanologue à l’Université Concord. « Mais il est trop tôt pour le dire ».

L’effondrement volcanique aurait également pu résulter de matériaux accumulés au fil des décennies. En 2012, des chercheurs ont simulé les effets d’un effondrement massif du flanc sud du volcan et ont conclu que le tsunami qui en résultait pourrait déclencher des vagues de 15 à 30 m de hauteur, et atteindre les rives voisines en une minute.

volcan anak krakatau

Ayant pris la relève du Krakatoa, le volcan indonésien Anak Krakatau est entouré de trois îles, et situé entre Java et Sumatra. Crédits : Gallo Images

« Ce que cela nous dit, c’est qu’un effondrement et un tsunami étaient un danger connu à Anak Krakatau », explique Krippner. « Mais même en le sachant, cela ne signifie pas qu’il était possible de prédire l’événement ».

Bien que les scientifiques puissent analyser les événements passés afin de modéliser ceux qui pourraient se produire, il est encore impossible de donner des alertes précoces pour ces tsunamis locaux provoqués par des glissements de terrain.

Le séisme et le tsunami dévastateurs de 2004 au large des côtes de Sumatra, ont donné lieu à de nombreuses études sur les systèmes d’alerte précoce pour les ondes générées par le séisme. Mais ce dernier événement, ainsi qu’un autre tsunami « surprise » plus tôt cette année près de Palu, en Indonésie, soulignent la nécessité de travailler davantage pour le développement de tels systèmes.

« Avec un volcan aussi actif, les risques peuvent changer avec le temps. C’est une situation compliquée et elle n’entre pas dans la catégorie habituelle des avertissements de tsunami, puisqu’il n’y a pas eu de tremblement de terre avant l’événement » conclut Krippner.

Cette vidéo présente des images et des séquences montrant les dégâts occasionnés par le tsunami :

Source : National Geographic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

515 Partages
515 Partages
Partager via