1K Partage

Les fourmis, ces êtres si petits mais si fascinants, qui nous étonnent entre autres par leur capacité d’organisation, leur force et leur dévouement envers leur colonie. Bien qu’elles ne cessent de nous surprendre pour de nombreuses raisons, il faut savoir que les fourmis moissonneuses du désert (Veromessor pergandei) sont particulièrement intéressantes. Une nouvelle recherche suggère que ces petites créatures n’hésitent pas à se lancer dans des toiles d’araignées pour tenter de sauver leurs compagnes prises au piège, déchirant parfois la soie pour les libérer.

Dans le cadre d’une nouvelle étude, les chercheurs ont observé des fourmis des déserts de Mojave et de Sonora, d’abord dans leur environnement naturel (en 2015) puis en laboratoire. Lors des observations, il a été rapporté que les insectes ont non seulement libéré leurs camarades de la soie collante lorsqu’ils étaient pris au piège, mais ils ont ensuite également démantelé toute la toile.

Selon ce qu’a rapporté l’équipe de recherche dans l’article récemment publié dans la revue The American Naturalist, les fourmis ont parfois continué à déchirer la toile avec leurs mandibules pendant 2 heures de temps.

Un comportement héroïque

Ce qui est d’autant plus étonnant et qui du moins inspire un grand respect pour ces créatures fascinantes, c’est que malgré que certains sauvetages n’étaient pas sans risques, aucune n’a hésité à venir en aide à son semblable. En effet, dans environ 6% des cas, les sauveteurs sont restés coincés dans la soie, dont certains ont fini par être capturés par l’araignée qui se cachait à proximité. Un véritable sacrifice héroïque.

Lorsque les scientifiques ont ramené les fourmis du désert à leur laboratoire, ils ont découvert qu’elles ignoraient les toiles vides. L’équipe soupçonne que les fourmis passent en mode “sauvetage” lorsqu’un individu en détresse envoi un signal chimique spécifique, via la production de phéromones.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Ces résultats placent directement ces fourmis moissonneuses du désert dans une catégorie exclusivement réservée aux animaux capables d’adopter un « comportement de sauvetage », incluant généralement uniquement des mammifères tels que les primates et les dauphins.

Encore plus rares sont les espèces qui vont jusqu’à détruire les pièges : chez les vertébrés, on ne compte que deux groupes de chimpanzés et de gorilles de montagne capables de démonter les pièges mis en place par les braconniers.

Les chercheurs pensent que cette espèce particulière de fourmis (V. pergandei) peut avoir évolué ainsi parce qu’elles doivent généralement collecter suffisamment de graines pour que la colonie puisse produire des centaines de nouvelles fourmis chaque jour. Cela rend donc la vie de chaque individu (et son travail) indispensable.

Les fourmis sont présentes partout sur le globe, dans presque toutes les régions. Elles sont estimées aujourd’hui à plusieurs millions de milliards. Des animaux qui prospèrent sans difficulté depuis maintenant des dizaines de millions d’années, et lorsqu’on les étudie, les raisons de leur succès deviennent évidentes.

Sources : The American Naturalist, Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1K Partage
1K Partage
Partager via
Copier le lien