2.5K Partages

Les gaz à effet de serre sont l’un des principaux responsables du changement climatique et du réchauffement global qui en résulte. Les sources de gaz comme le CO2 et le méthane sont nombreuses, particuliers comme entreprises ayant chacun une part de responsabilité dans l’augmentation continuelle des taux atmosphériques de ces gaz. Cependant, selon un dernier rapport du Climate Accountability Institute, 20 entreprises spécialisées dans les énergies fossiles seraient responsables à elles seules d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre depuis ces dernières décennies.

Le Climate Accountability Institute (CAI) a révélé qu’une poignée d’entreprises du pétrole, du gaz et du charbon sont responsables de 480 milliards de tonnes de dioxyde de carbone et de méthane rejetés dans l’atmosphère de la Terre depuis 1965, soit 35% de toutes les émissions de gaz à effet de serre entre 1965 et 2017.

Douze des vingt principaux acteurs sont des entreprises appartenant à l’État, les huit autres sont des entreprises appartenant à des investisseurs privés, dont quatre sont basées aux États-Unis :

  1. Saudi Aramco (Arabie Saoudite) – 4.38%
  2. Chevron (États-Unis) – 3.2%
  3. Gazprom (Russie) – 3.19%
  4. ExxonMobile (États-Unis) – 3.09%
  5. National Iranian Oil Co. (Iran) – 2.63%
  6. BP (UK) – 2.51%
  7. Royal Dutch Shell (Pays-Bas) – 2.36%
  8. Charbon Inde (Inde) – 1.71%
  9. Pemex (Mexique) – 1.67%
  10. Petroleos de Venezuela (Venezuela) – 1.16%
  11. Petochina / Chine Natl Petroleum (Chine) – 1.15%
  12. Peabody Energy (États-Unis) – 1.14%
  13. ConocoPhillips (États-Unis) – 1.12%
  14. Abu Dhabi (EAU) – 1.01 pour cent
  15. Kuwait Petroleum Corp (Koweït) – 1%
  16. Iraq National Oil Co. (Iraq) – 0.93%
  17. Total SA (France) – 0.91%
  18. Sonatrach (Algérie) – 0.91%
  19. BHP Billiton (Australie) – 0.72%
  20. Petrobras (Brésil) – 0.64%

« Bien que les consommateurs mondiaux, des particuliers aux entreprises, soient les émetteurs ultimes de dioxyde de carbone, nous nous concentrons sur les sociétés de combustibles fossiles qui, à notre avis, ont produit et commercialisé des carburants au carbone à des milliards de consommateurs, sachant que leur utilisation prévue empirerait la crise climatique » déclare le CAI.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
graphiques emissions

Émissions mondiales de dioxyde de carbone pour l’utilisation de combustibles fossiles et la production de ciment de 1810 à 2017 (en noir), ainsi que les émissions attribuées à 103 grands producteurs de carbone, incluant les 20 entreprises en question (en rouge). Crédits : CAI

Le CAI précise que la grande majorité de leurs émissions sont directement générées par la combustion de leurs produits, principalement de l’essence, du gaz naturel, du charbon et du carburéacteur. Le montant restant est généré par le traitement et le transport de leurs produits. Depuis 1965, un total mondial de 1.35 millier de milliards de tonnes d’équivalent en dioxyde de carbone a été déversé dans l’atmosphère.

Sur le même sujet : Changement climatique : pour préserver la planète, il est impératif de limiter la hausse des températures à 1.5 °C

La responsabilité morale et sociétale des entreprises dans la crise climatique

Sur la base de ses conclusions, le CAI explique que les émissions de ces 20 entreprises devraient atteindre leur maximum immédiatement si l’on veut espérer atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris sur les changements climatiques en 2017, à savoir réduire les émissions de 45% d’ici 2030 et atteindre le zéro d’ici 2050.

En outre, le rapport conclut en affirmant que les géants des énergies fossiles ont « une responsabilité morale, financière et juridique importante » pour aider à limiter et à compenser les effets incontrôlables du changement climatique, qui deviennent de plus en plus fréquents, généralisés et violents.

« À mon avis, les entreprises de combustibles fossiles étaient moralement et légalement obligées d’avertir que l’utilisation continue de carburants carbonés constituait une menace pour notre santé et notre bien-être, et d’accélérer le débat sur la manière de réduire cette menace. Pendant des décennies, l’industrie a investi des millions de dollars dans le négationnisme et l’obscurcissement du climat afin de retarder toute action législative et d’éviter de perdre des parts de marché » conclut Richard Heede, auteur du rapport sur le projet Carbon Majors du CAI.

Sources : CAI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2.5K Partages
2.5K Partages
Partager via
Copier le lien