Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
-50% sur l'abonnement Premium !
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

1.2K Partages

Les ravages causés par l’ouragan Dorian — l’ouragan de catégorie 5 le plus puissant à jamais avoir frappé les Bahamas — au cours des derniers jours ont ravivé l’inquiétude des climatologues concernant ce genre de tempête à l’avenir. En effet, selon les climatologues, le réchauffement climatique est directement impliqué dans la recrudescence et la violence de ces phénomènes. Des océans plus chauds fournissent plus d’énergie aux ouragans, et un niveau de la mer plus haut entraîne des inondations plus importantes.

Cet été, après avoir analysé plus de 70 années de données sur les ouragans de l’Atlantique, le climatologue de la NASA, Tim Hall, explique que les ouragans ont acquis une tendance à stagner sur la terre ferme, prolongeant ainsi le temps où les populations sont soumises à des vents dévastateurs et à de fortes pluies.

Mais c’est l’ouragan Dorian qui a véritablement surpris Hall. Après avoir pulvérisé les Bahamas pendant plus de 40 heures, Dorian a finalement fait une déviation vers le nord mardi sous la forme d’une tempête de catégorie 2. Il devrait contourner les côtes de la Floride et de la Géorgie avant de frapper à nouveau la terre dans les Carolines, où il pourrait produire davantage de vent, d’orage et de pluies.

trajectoire dorian

Trajectoire de l’ouragan Dorian, avec indication de son intensité. Crédits : Washington Post

L’ouragan a égalé ou battu des records concernant son intensité aux Bahamas. Mais cela correspond également à une tendance : l’apparition de Dorian a fait de 2019 la quatrième année consécutive de formation d’un ouragan de catégorie 5 dans l’Atlantique — la plus longue séquence de ce type jamais enregistrée. Pour les climatologues, les prochains ouragans ressembleront malheureusement de plus en plus à Dorian si le réchauffement s’intensifie.

Réchauffement des océans : un phénomène exacerbant la violence des ouragans

L’intensification rapide de Dorian au cours du week-end a été sans précédent pour un ouragan déjà très puissant. En l’espace de neuf heures dimanche, ses vents maximaux sont passés de 240 km/h à 290 km/h. Au moment où la tempête a touché terre, ses vents soutenus de 298 km/h l’ont mis à égalité avec le précédent ouragan le plus puissant jamais observé dans l’Atlantique.

Le lien entre l’intensification rapide des ouragans et le changement climatique est solide, explique Jennifer Francis, une géophysicienne de l’atmosphère au centre de recherche Woods Hole. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration, la chaleur dans l’océan est la principale source de combustible de l’ouragan, et les océans du monde ont absorbé plus de 90% du réchauffement des 50 dernières années.

L’eau sur laquelle Dorian s’était développée était d’environ 1 °C plus chaud que la normale. « Cela se traduit par un grand paquet d’énergie » déclare Francis. Parce que l’air chaud peut retenir plus d’humidité, le changement climatique a augmenté la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère, entraînant des ouragans plus humides qui déclenchent des précipitations plus extrêmes. L’air chaud et humide alimente également les tempêtes.

« Lorsque la vapeur d’eau se condense en gouttelettes de nuages, elle dégage beaucoup de chaleur dans l’atmosphère et c’est ce dont se nourrit un ouragan. Ces facteurs contribuent très clairement aux tempêtes que nous avons vues récemment » explique Francis. Les modèles prévoient que les ouragans de catégories 4 et 5 dans l’Atlantique Nord pourraient devenir deux fois plus fréquents au cours du prochain siècle en raison du changement climatique, même si le nombre total de tempêtes diminue.

Augmentation du niveau de la mer : des ondes de tempête plus intenses et des inondations plus importantes

Une fois qu’un ouragan a touché terre, l’élévation du niveau de la mer créée par le réchauffement de la planète peut en exacerber les effets en amplifiant les ondes de tempête. Les vents forts d’un ouragan pousseront l’eau vers le rivage, provoquant des inondations extrêmes dans un temps relativement court.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
precipitations ouragans

Graphiques présentant (a) la quantité de précipitations moyenne au cours des dernières décennies et pour les années à venir, concernant les ouragans non-stagnants (bleu) et stagnants (rouge), les lignes pointillées indiquant la tendance linéaire, et (b) la quantité totale de précipitations combinant les ouragans stagnants et non-stagnants. Crédits : Timothy M. Hall & James P. Kossin 2019

Sur le même sujet : Désormais classé en catégorie 5, l’ouragan Dorian menace dangereusement les États-Unis

Par temps clair, plus le niveau de l’eau est élevé, plus les inondations seront graves une fois la tempête arrivée — et l’on prévoit que le niveau de la mer augmentera d’environ un mètre d’ici la fin du siècle. L’ouragan Dorian a été particulièrement dévastateur à cause de la façon dont il s’est attardé sur les Bahamas. De tels événements de stagnation sont devenus beaucoup plus courants au cours des trois derniers quarts de siècle.

Dans une étude publiée dans la revue Climate and Atmospheric Science, Hall rapporte que les ouragans de l’Atlantique Nord ont ralenti d’environ 17% depuis 1944 ; les précipitations annuelles moyennes sur les côtes des ouragans ont augmenté d’environ 40% au cours de la même période. Un autre article de 2018 a révélé que les cyclones tropicaux dans le monde avaient considérablement ralenti.

Une stagnation de plus en plus courante des ouragans sur les terres

Dans les événements de stagnation, « vous avez plus de temps pour que le vent construise ce mur d’eau et vous obtenez de plus en plus de pluie accumulée dans la même région. C’était la catastrophe de Harvey » explique Hall, évoquant l’ouragan qui a déversé plus de 1m50 de pluie sur le Texas en 2017. Les ouragans Dorian et Florence, ce dernier ayant inondé les Carolines l’an dernier, correspondent également à ce modèle.

stagnation ouragans

Carte montrant les 4 derniers ouragans ayant stagné sur les côtes des États-Unis. Crédits : Timothy M. Hall & James P. Kossin 2019

Les ouragans n’ont pas de moteur propre ; au lieu de cela, ils sont guidés sur la surface de la Terre par des vents atmosphériques à grande échelle, comme des bouchons de liège flottant dans un ruisseau turbulent. Si ces vents directeurs s’effondrent, ou même simplement se déplacent, un ouragan peut se prendre dans un tourbillon et stagner. Des simulations climatiques ont montré que les vents atmosphériques dans les régions subtropicales, où se trouve Dorian, ralentissaient — ce qui rendait ces types de tourbillons plus probables.

De tels événements de ralentissement rendent les ouragans plus difficiles à suivre. Sans un vent connu à grande échelle pour les propulser, les tempêtes sont agitées par des fluctuations à petite échelle dans leurs environnements, qui sont beaucoup plus difficiles à prévoir.

Hall et Francis ont tous deux expliqué qu’il était impossible d’attribuer une catastrophe météorologique exclusivement au changement climatique. Ce que les chercheurs peuvent faire, c’est évaluer à quel point la catastrophe a été aggravée par le réchauffement provoqué par l’Homme et quelle est la probabilité que ce type de catastrophe se reproduise.

Sources : Climate and Atmospheric Science

ouragans rechauffement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.2K Partages
1.2K Partages
Partager via
Copier le lien