1.6K Partages

Au cours des dernières années, les modèles théoriques concernant les trous noirs se sont affinés grâce à la précision croissante des observations indirectes effectuées par les scientifiques. Si de nombreux paramètres, comme la masse, la taille ou la distance d’un trou noir peuvent aujourd’hui être déterminés avec plus ou moins d’aisance, leur vitesse de rotation demeure toujours une propriété difficile à mesurer. Toutefois, en observant les rayons X émis par une étoile en cours de destruction par un trou noir, des astrophysiciens américains ont été en mesure de déterminer précisément la vitesse de rotation de celui-ci.

En examinant l’horizon des événements d’un trou noir situé à environ 290 millions d’années-lumière de la Terre, les astronomes ont détecté de brèves émissions de rayons X indiquant une vitesse de rotation égale à 50% de la vitesse de la lumière dans le vide. Ces émissions ont été produites par la destruction gravitationnelle d’une étoile sous les effets de marée du trou noir (un événement baptisé ASASSN-14li).

La mesure de la vitesse de rotation des trous noirs est un exercice bien plus compliqué que la mesure de leur taille ou de leur activité. Cependant, il est possible d’obtenir des données sur cette vitesse en observant le rayonnement électromagnétique émis par les étoiles en cours de destruction. Dans ce cas-ci, c’est la première fois qu’une telle technique est utilisée dans ce but. Les résultats de la découverte ont été publiés dans la revue Science.

Déterminer la vitesse de rotation des trous noirs grâce aux événements de destruction par effets de marées

L’observation a été réalisée au moyen de plusieurs télescopes dont la combinaison a permis d’obtenir une sensibilité suffisante pour détecter les impulsions X brèves mais quasi-périodiques. Cette nouvelle technique pourrait également être particulièrement utile pour repérer des trous noirs inactifs classés comme dormants, difficiles à repérer dans l’Univers.

« Les événements de destruction stellaire par les trous noirs pourraient nous aider à cartographier la rotation de plusieurs trous noirs supermassifs qui sont en sommeil et cachés au centre des galaxies » déclare Dheeraj Pasham, astrophysicien au MIT. « Cela pourrait nous aider à comprendre comment les galaxies ont évolué au cours du temps ».

destruction effet maree

Les événements de destruction par effets de marées se produisent lorsqu’une étoile s’approche si près d’un trou noir qu’elle en subit les forces de marées gravitationnelles. Ces dernières entraînent la destruction progressive de l’étoile, qui émet alors des rayonnements électromagnétiques détectables. Crédits : NASA/CXC/M. Weiss

Les chercheurs pensent que les restes d’étoiles produisant des émissions X tournent autour de l’orbite circulaire stable (ISCO) la plus interne du trou noir — le dernier point de stabilité avant la destruction par effet de marée. Les signaux X devraient indiquer la taille de l’ISCO, selon les auteurs, et cette dernière devrait à son tour indiquer la vitesse de rotation du trou noir.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Sur le même sujet : Un trou noir intermédiaire identifié pour la première fois grâce à la destruction d’une étoile

Dans ce cas, les scientifiques ont mesuré des émissions électromagnétiques toutes les 131 secondes sur une période de 450 jours. Ces données, ainsi que la masse du trou noir, suggèrent que le trou noir supermassif au centre de l’événement ASASSN-14li tourne à 50% de la vitesse de la lumière dans le vide.

Un scénario cosmique statistiquement rare

L’événement a été repéré pour la première fois en novembre 2014, et les données des télescopes ESA XMM-Newton, Chandra et Swift de la NASA ont été utilisées pour examiner le phénomène de plus près, avec des algorithmes spéciaux déployés pour faire apparaître des schémas de répétitions.

Les données recueillies sont compatibles avec des modèles théoriques établis antérieurement, suggérant que la vitesse de rotation de certains trous noirs peut atteindre jusqu’à 99% de la vitesse de la lumière.

Cette vidéo de l’observatoire Chandra-X synthétise la découverte effectuée par les astrophysiciens :

Le scénario potentiellement à l’origine de l’événement est toutefois, selon les chercheurs, assez rare statistiquement : une naine blanche se maintenait à distance du trou noir, jusqu’à ce qu’une deuxième étoile arrive à proximité et se fasse piéger par le trou noir. Lorsque la deuxième étoile a disparu, les restes stellaires auraient été entraînés dans le sillage de la naine blanche, permettant aux astrophysiciens d’observer le phénomène grâce à la lumière produite.

« Nous aurions été extrêmement chanceux de trouver un tel système. Mais au moins en ce qui concerne les propriétés du système, ce scénario semble fonctionner. Au cours de la prochaine décennie, nous espérons détecter davantage d’événements de ce type. Il serait utile d’estimer les rotations de plusieurs trous noirs depuis le début jusqu’à maintenant, afin de déterminer s’il existe une relation entre la rotation et l’âge des trous noirs » conclut Pasham.

Source : Science

Une réponse

  1. Mickael

    Hello,
    I’m a passionate of astronomy. It’s amazing. The best I think to know it’s if it’s a hole of glass, and if it’s possible to find the Star in another place in the universe when is going in the Black hole. The star is dead or can go out next at the door of this black hole?
    I hope you understand my question and opinion
    Mike

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

trou noir supermassifUn trou noir est un objet compact au champ gravitationnel si intense qu'aucune matière ni aucun rayonnement ne peut s'en échapper. Puisque ces astres n'émettent aucune lumière, ils ne peuvent être... [...]

Lire la suite

trou noir supermassifUn trou noir est un objet compact au champ gravitationnel si intense qu'aucune matière ni aucun rayonnement ne peut s'en échapper. Puisque ces astres n'émettent aucune lumière, ils ne peuvent être... [...]

Lire la suite

annee lumiere distance astronomieL'année-lumière est une unité de longueur utilisée pour exprimer des distances astronomiques. Elle est définie par l'Union Astronomique Internationale (UAI) comme la distance parcourue par la lumière dans le vide pendant une année julienne (365.25 jours). Elle vaut environ... [...]

Lire la suite

definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite

1.6K Partages
1.6K Partages
Partager via
Copier le lien