4.2K Partages

Malgré l’incroyable prouesse technologique, scientifique et humaine réalisée par les missions Apollo, il existe encore aujourd’hui un fort scepticisme de plusieurs groupes de personnes, prenant forme dans diverses théories du complot. La plus célèbre de ces théories est le fait que la NASA ait tourné elle-même les atterrissages sur la Lune en studio. Cependant, Howard Berry, directeur de la post-production chez MA Film and Television Production et professeur de cinéma à l’université d’Hertfordshire, explique en quoi une telle chose aurait tout simplement été techniquement impossible à l’époque.

Un demi-siècle s’est écoulé depuis le magnifique atterrissage d’Apollo 11, mais de nombreuses personnes ne croient toujours pas que cela s’est réellement produit. Les théories du complot sur cet événement remontant aux années 1970 sont en fait plus populaires que jamais aujourd’hui. Selon une théorie répandue, le réalisateur Stanley Kubrick aurait aidé la NASA à simuler les images historiques de ses six atterrissages sur la Lune.

Mais aurait-il vraiment été possible de le faire avec la technologie disponible à l’époque ? « Je ne suis pas un expert du voyage spatial, un ingénieur ou un scientifique. Je suis cinéaste et conférencier en postproduction cinématographique et, même si je ne peux pas dire comment nous avons atterri sur la Lune en 1969, je peux toutefois affirmer avec une certitude absolue que les images auraient été impossibles à simuler » déclare Howard Berry.

Les atterrissages sur la Lune ont été filmés dans un studio de télévision

Il existe deux manières différentes de capturer des images en mouvement. L’une est un film, de véritables bandes de matériel photographique sur lesquelles sont exposées une série d’images.

La vidéo est une autre méthode d’enregistrement électronique sur différents supports, tels que des bandes magnétiques dynamiques. Avec la vidéo, vous pouvez également diffuser sur un récepteur de télévision. Un film cinématographique standard fait passer des images à une fréquence de 24 images par seconde, alors que la télévision diffuse généralement à 25 ou 30 images par seconde, selon votre situation dans le monde.

Si nous acceptons l’idée que les atterrissages sur la Lune ont été enregistrés dans un studio de télévision, nous nous attendrions à ce qu’ils représentent une vidéo de 30 images par seconde, ce qui était le standard de télévision de l’époque. Cependant, nous savons que la vidéo du premier atterrissage sur la Lune a été enregistrée et diffusée à 10 images par seconde en télévision à balayage lent (SSTV) avec une caméra spéciale.

Ils ont utilisé la caméra spéciale Apollo en studio, puis ont ralenti les images pour donner l’impression que la gravité était moindre.

Certaines personnes peuvent affirmer que les astronautes qui se déplacent au ralenti semblent être dans un environnement de faible gravité. Le ralentissement d’un film nécessite plus d’images que d’habitude. Vous devez donc commencer par filmer avec une caméra capable de capturer plus d’images en une seconde qu’un modèle standard — c’est ce qu’on appelle le surcranking. Lorsque la vidéo est lue à la cadence normale, la séquence dure plus longtemps.

Si vous ne pouvez pas surcharger votre caméra, mais que vous enregistrez avec une fréquence d’images standard, vous pouvez ralentir artificiellement le métrage, mais il est alors nécessaire de stocker les images et d’en générer des nouvelles pour ralentir la séquence.

camera apollo 11

La caméra embarquée sur le module lunaire d’Apollo 11, qui a permis de filmer les premiers pas sur la Lune. Crédits : NASA

Au moment de la diffusion, les enregistreurs à disque magnétique capables de stocker des images au ralenti ne pouvaient capturer que 30 secondes au total, pour une lecture de 90 secondes de vidéo au ralenti. Pour capturer 143 minutes au ralenti, il est nécessaire d’enregistrer et stocker 47 minutes d’action en direct, ce qui n’était tout simplement pas possible.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Ils auraient pu disposer d’un enregistreur avancé pour créer des séquences au ralenti. Tout le monde sait que la NASA développe des technologies avant que le public n’y ait accès.

Peut-être avaient-ils effectivement un enregistreur avec un espace de stockage plus avancé. Mais presque 3000 fois plus évolué ? Extrêmement peu probable.

Ils ont donc tourné un film et l’ont ralenti. Ensuite, ils ont converti le film pour qu’il soit diffusé à la télévision.

Le tournage sur film nécessiterait des milliers de mètres de film. Une bobine typique de film 35 mm — à 24 images par seconde — dure 11 minutes et mesure 300 mètres. Si nous appliquons cela à un film de 12 images par seconde d’une durée de 143 minutes (la durée du film Apollo 11), nous aurions besoin de six bobines et demie.

Sur le même sujet : Mission Apollo 11 : premier pas sur la Lune et théories du complot

Elles doivent ensuite être raccordées. L’épissage des jonctions, le transfert des négatifs et l’impression — et éventuellement des grains, des particules de poussière, des poils ou des égratignures — écarteraient instantanément cette possibilité. Aucun de ces artefacts n’est présent, ce qui signifie que le film n’a pas été tourné. Lorsque vous prenez en compte le fait que les atterrissages suivants d’Apollo ont été tournés à 30 images par seconde, il serait alors trois fois plus difficile de les simuler.

Mais le drapeau ondule au vent et il n’y a pas de vent sur la Lune. Le vent provient clairement d’un ventilateur de refroidissement à l’intérieur du studio. Ou cela a été filmé dans le désert.

Une fois que le drapeau est relâché, il s’installe doucement et ne bouge plus du tout dans les images restantes ; il demeure fixe, impossible donc que ce soit l’action du vent ou d’un ventilateur. Il y a du vent dans le désert, certes, mais en juillet, le désert est également très chaud et vous pourriez normalement voir les vagues de chaleur présentes dans les images, qui auraient été enregistrées dans des endroits chauds. Il n’y a cependant pas de vagues de chaleur sur le métrage d’atterrissage de la Lune. Il n’a donc pas été filmé dans le désert.

L’éclairage de la séquence provient clairement d’un projecteur. Les ombres ont l’air bizarres.

Oui, c’est un projecteur — un projecteur situé à 150 millions de kilomètres. C’est ce qu’on appelle le Soleil. Regardez les ombres dans le métrage. Si la source de lumière était un projecteur proche, les ombres proviendraient d’un point central. Mais parce que la source est si éloignée, les ombres sont parallèles dans la plupart des endroits plutôt que de diverger d’un seul point.

Cela dit, le Soleil n’est pas la seule source d’éclairage — la lumière est également réfléchie par le sol. Cela peut empêcher certaines ombres de paraître parallèles. Ce qui signifie également que nous pouvons voir les objets qui se trouvent dans l’ombre.

Nous savons tous que Stanley Kubrick l’a filmé.

Nous aurions pu demander à Stanley Kubrick de simuler les atterrissages de la Lune. Mais comme il était un perfectionniste, il aurait insisté pour le filmer sur place. Et il est bien documenté qu’il n’aimait pas voler, ce qui en dit long sur cette hypothèse.

Sources : The Conversation

5 Réponses

  1. GUIBERT

    Ils ont mis combien de temps pour aller sur la lune , ” réfléchir ” combien de temps ?

    Répondre
  2. Sylan

    C’est très intéressant d’avoir cette perspective.

    Plutôt que de chercher à prouver qu’on est allé sur la lune, on démontre qu’il aurait été impossible de tourner ces plans sur Terre.
    J’aime particulièrement la remarque concernant les absences de vagues de chaleur.

    C’est maintenant aux complotistes de prouver que ces vidéos ont été tournées sur Terre (pour prouver qu’ils ont raison), et comme ils n’y parviendront pas, ils vont se contenter de se focaliser sur d’autres sujets qui n’auront rien à voir avec les films Apollo (les 2 commentaires du dessus le démontrent bien d’ailleurs)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4.2K Partages
4.2K Partages
Partager via
Copier le lien