Les adultes sans désir d’enfants sont aussi heureux que les autres

adultes sans desir enfant aussi heureux autres
| Shutterstock

Bien que cela soit de moins en moins le cas dans nos sociétés actuelles, les adultes ne souhaitant pas d’enfants peuvent encore être vus comme des cas marginaux dont le choix est incompréhensible par le reste des adultes parents. Pourtant, il n’y a aucune raison pour que ce choix implique un bonheur moindre par rapport à la décision d’être parents. C’est ce qu’ont montré une équipe de psychologues américains dans le cadre d’une étude portant sur un millier d’adultes.

Une nouvelle recherche menée par des psychologues de la Michigan State University examine les caractéristiques et la satisfaction des adultes qui ne veulent pas d’enfants. Alors que de plus en plus de gens reconnaissent qu’ils ne veulent tout simplement pas avoir d’enfants, Jennifer Watling Neal et Zachary Neal, tous deux professeurs agrégés au département de psychologie de la MSU, sont parmi les premiers à approfondir la façon dont ces personnes sans enfants diffèrent des autres.

« La plupart des études n’ont pas posé les questions nécessaires pour distinguer les individus sans enfants — ceux qui choisissent de ne pas avoir d’enfants — des autres types de non-parents. Les non-parents peuvent également inclure les personnes qui envisagent d’avoir des enfants et celles sans enfants qui ne pouvaient pas avoir d’enfants en raison d’infertilité ou de circonstances. Des études antérieures ont simplement regroupé tous les non-parents dans une seule catégorie pour les comparer aux parents », déclare Jennifer Watling Neal.

Aucune différence notable en matière de bonheur

L’étude — publiée dans la revue PLOS ONE — a utilisé un ensemble de trois questions pour identifier les individus sans enfants séparément des parents et d’autres types de non-parents. Les chercheurs ont utilisé les données d’un échantillon représentatif de 1000 adultes qui ont répondu à l’enquête de la MSU, menée par l’Institute for Public Policy and Social Research de l’université.

« Après avoir contrôlé les caractéristiques démographiques, nous n’avons trouvé aucune différence dans la satisfaction de vivre et des différences limitées dans les traits de personnalité entre les individus sans enfants et les parents, les non-parents ou les individus sans enfants. Nous avons également constaté que les personnes sans enfants étaient plus libérales que les parents, et que les personnes qui ne sont pas sans enfants se sentaient beaucoup moins chaleureuses envers les personnes sans enfants », explique Zachary Neal. Au-delà des résultats liés à la satisfaction de vivre et aux traits de personnalité, la recherche a révélé des résultats inattendus supplémentaires.

À LIRE AUSSI :
Une IA repère les politiciens belges trop distraits par leur smartphone

Un nombre croissant d’adultes sans enfants

« Nous avons été très surpris par le nombre de personnes sans enfant. Nous avons constaté que plus d’une personne sur quatre dans le Michigan s’identifiait comme sans enfant, ce qui est beaucoup plus élevé que le taux de prévalence estimé dans les études précédentes qui s’appuyaient sur la fécondité pour identifier les individus sans enfant. Ces études précédentes plaçaient le taux à seulement 2 % à 9 %. Nous pensons que notre mesure améliorée a peut-être permis de mieux saisir les personnes qui s’identifient comme sans enfants », indique Jennifer Watling Neal.

tableau statistiques adultes enfants parents
Tableau statistique récapitulant le statut des adultes pour chaque sous-groupe. © Jennifer Watling Neal et Zachary Neal

Compte tenu du grand nombre d’adultes sans enfants dans le Michigan, une plus grande attention doit être accordée à ce groupe. Par exemple, les chercheurs ont expliqué que leur étude n’incluait qu’un point dans le temps, donc n’a pas examiné quand les gens ont décidé de ne pas avoir d’enfants — cependant, ils espèrent que les recherches à venir aideront le public à comprendre à la fois quand les gens commencent à s’identifier comme sans enfants ainsi que les facteurs qui conduisent à ce choix.

Sources : PLOS One

Laisser un commentaire