L’avenir climatique sera désastreux, et les moins de 40 ans en seront les premiers spectateurs, selon une étude

avenir climatique desastreux moins de 40 ans premiers spectateurs etude
| Pixabay/Trust My Science (Edit)

Ce n’est pas qu’une impression, qu’au fil des ans, les catastrophes naturelles et autres événements dramatiques dus au climat se font plus fréquents. C’est bel et bien la réalité dans laquelle nous vivons, et selon une nouvelle étude, cette tendance ne fera que s’accentuer pour les prochaines générations. En d’autres termes, les enfants nés aujourd’hui vivront sur une planète radicalement différente de celle des générations qui les ont précédés.

Selon les conclusions de la nouvelle étude, publiée dans la revue Science, les générations à venir devront faire face à un nombre beaucoup plus élevé de catastrophes environnementales et d’épisodes dangereux dus à des conditions météorologiques extrêmes, en raison de la progression largement incontrôlée du changement climatique mondial. C’est un pronostic alarmant qui devrait souligner l’importance de prendre des mesures urgentes et significatives pour maîtriser le changement climatique.

Cette recherche est la première à modéliser de manière approfondie les événements extrêmes et les scénarios climatiques futurs et à appliquer les projections aux différents groupes démographiques afin de quantifier la manière dont les individus de différents groupes d’âge dans le monde entier seront confrontés aux catastrophes climatiques au cours de leur vie.

Le mal est déjà fait…

« Nous avons constaté que toute personne âgée de moins de 40 ans aujourd’hui vivra une vie sans précédent en matière d’exposition à vie aux vagues de chaleur, aux sécheresses et aux inondations », a déclaré à NBC News Wim Thiery, auteur principal de l’étude et climatologue à la Vrije Universitiet (Amsterdam, Pays-Bas). « Cela est vrai même dans les scénarios les plus conservateurs ».

À LIRE AUSSI :
Un « arbre » souterrain gigantesque déplace du magma jusqu’à la surface de la Terre

Pour être plus précis, ce que Thiery et ses collègues ont constaté est que les enfants nés aujourd’hui seront confrontés à sept fois plus de vagues de chaleur, deux fois plus de feux de forêt et environ trois fois plus de sécheresses que leurs grands-parents. « Mais les sécheresses et les vagues de chaleur pourraient continuer à devenir plus extrêmes, rendant le problème encore plus grave que ce que suggère notre étude », ajoute Thiery.

enfant bateau tempete ida aout 2021
Un enfant marche dans les eaux de crue le 30 août 2021 à Kiln (Mississippi), après la tempête tropicale Ida. © Sean Rayford/Getty Images

Les chercheurs ont également considéré les événements extrêmes de manière isolée, ce qui signifie que l’étude n’a pas couvert la manière dont les impacts de ces catastrophes pourraient être amplifiés s’ils coïncident. « Il y a une tendance à ce que ces choses se produisent en même temps », déclare Thiery. « Pensez aux vagues de chaleur et aux sécheresses ou aux inondations fluviales et aux cyclones tropicaux ».

À en comprendre les mots de Thiery, d’une certaine manière, le mal est déjà fait et la situation ne fait qu’empirer. Chaque génération sera donc confrontée à une planète plus dévastée par le climat que celle qui l’a précédée.

Éviter le pire, c’est encore possible

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Tout comme pour les impacts du changement climatique auxquels nous sommes déjà confrontés aujourd’hui, les chercheurs prévoient que les pays en développement supporteront l’essentiel du fardeau et que leurs voisins plus riches seront en mesure d’éviter certains des pires changements.

À LIRE AUSSI :
La drogue consommée pendant un festival britannique affecte gravement la faune locale

« Cela devrait être un appel à l’action », a déclaré Thiery à NBC. « Nous avons entre nos mains la possibilité d’éviter le pire du réchauffement climatique. Pour tous ceux qui sont en vie aujourd’hui, nous devons lutter contre le changement climatique ».

Selon Thiery, il est donc encore temps d’éviter certains des pires impacts du changement climatique si les pays du monde entier réduisent fortement leurs émissions de gaz à effet de serre dans un avenir proche. Il y a encore de l’espoir, mais il se réduit de façon exponentielle au fil des ans.

Source : Science

Laisser un commentaire