1.6K Partages

À l’ombre de la ville la plus peuplée du Canada, de nombreuses personnes se battent pour préserver un chêne majestueux vieux de plusieurs siècles : ce dernier est plus vieux que le Canada même ! Cependant, avec la pandémie actuelle de coronavirus, la lutte est compliquée.

Cet imposant chêne rouge du nord de 24 mètres de haut est l’un des plus vieux arbres de la région, ayant germé il y a environ 300 ans, à l’époque où les explorateurs français ont installé un poste de traite sur les rives voisines du lac Ontario. Cet arbre est donc plus vieux que le Canada même.

À présent, l’arbre se trouve dans la cour arrière d’une propriété située dans une rue sinueuse au cœur d’un quartier résidentiel de North York. Son énorme tronc a une circonférence de 5 mètres, et il s’appuie presque contre la façade d’une maison datant des années 1960. En été, ses longues branches feuillues ombragent tout le terrain, le protégeant des rayons du soleil.

arbre canada chene rouge

Crédits : Olivier Monnier/AFP

Au cours de ces dernières années, un nouveau propriétaire a notifié des inquiétudes quant à la possibilité de se permettre un bon entretien de l’arbre, ainsi qu’aux racines, fissurant les fondations de la maison. Les voisins craignent également que ce spécimen impressionnant puisse un jour être endommagé par des vents forts, ou abattu lors d’une tempête.

De ce fait, dans le but de protéger l’arbre et le rendre accessible à tous dans cette ville de 6 millions d’habitants, le conseil municipal de Toronto a décidé en 2018 d’acheter la propriété, raser la maison et transformer le terrain en petit parc public.

Ce résultat a ravi Edith George, une résidente qui a fait pression pendant 14 ans pour préserver le chêne, dont la beauté, dit-elle, « est à couper le souffle ». « C’est la Rolls-Royce des arbres patrimoniaux. Aucun autre arbre au Canada n’a la valeur patrimoniale de cet arbre », a déclaré la retraitée de 68 ans.

arbre chene rouge canada

Edith George, une résidente de North York, se tient à côté du chêne. Crédits : AFP

Selon les experts, avec des soins adéquats et de bonnes conditions, l’arbre pourrait vivre encore 200 ans, voire plus. « Un arbre comme celui-ci coûte cher à entretenir. Si le terrain est un espace public, la ville pourra en prendre soin mieux que moi », a expliqué Ali Simaga, qui a acheté la maison en 2015. « Je ne veux pas non plus être égoïste et le garder pour moi », a-t-il ajouté.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Cependant, l’accord n’est pas encore conclu. En effet, l’offre d’achat de la ville est conditionnelle à des dons privés pour couvrir la moitié du prix de la propriété. La collecte de fonds a débuté en décembre 2019, avec pour objectif de collecter 430’000 $ CAD (soit 276’000 euros) d’ici la fin de cette année. Après un début prometteur, y compris une promesse de 100’000 $ CAD par quelques philanthropes locaux, les contributions ont fortement diminué durant la pandémie. À la mi-juillet, environ 125’000 CAD, soit près de 30% seulement de l’objectif, avaient été collectés.

Le problème est le suivant : si l’objectif venait à être manqué à la date limite, sans prolongation, les sommes récoltées seraient alors utilisées pour soutenir la plantation d’arbres à travers la ville, tandis que l’avenir du chêne historique serait incertain.

Vous aimerez également : Planter un millier de milliards d’arbres pourrait fortement aider à combattre le changement climatique

Il faut savoir que l’arbre se trouve le long d’un ancien sentier de la vallée Humber, utilisé par les peuples autochtones et plus tard par les marchands de fourrures européens faisant du portage entre les lacs Ontario et Simcoe – une étape d’une route commerciale qui traversait le continent du golfe du Mexique à la rive nord du lac Supérieur, selon l’historienne Madeleine McDowell. « Les voyageurs utilisaient de grands arbres comme points de repère », a-t-elle déclaré.

Ce chêne était probablement déjà grand lorsque les Français ont perdu le territoire au profit des Britanniques, qui fondèrent la ville de York (qui deviendra plus tard Toronto) en 1793. C’est « un arbre merveilleux », a commenté Manjit Jheeta, directeur du bureau de partenariat de la ville de Toronto. « Cela fait partie du patrimoine de Toronto, du patrimoine du Canada, et cela raconte l’histoire de notre pays », a-t-elle déclaré.

L’année dernière, la ville a dévoilé une plaque en son honneur, une première pour un seul arbre dans la plus grande métropole du pays. Et sa valeur écologique n’est pas moindre : le chêne a absorbé et stocké plus de 11 tonnes de carbone de l’atmosphère au cours de sa vie, et jusqu’à présent. « Quand de mauvaises choses arrivent… je ne vais pas à l’église, je viens ici parce que c’est comme ma cathédrale. C’est un survivant, et il nous donne de l’espoir pour une planète en péril », a déclaré George.

Source : CTVNews

arbre canada chene rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.6K Partages
1.6K Partages
Partager via
Copier le lien