Au cours des derniers mois, les températures en Sibérie ont considérablement augmenté, maintenant une chaleur inhabituelle aux conséquences multiples. Si le monde entier se réchauffe progressivement, la Sibérie, elle, a enclenché la vitesse supérieure. Dans certaines régions, les températures n’ont jamais été aussi élevées depuis plus d’une centaine d’années. Même si la variabilité climatique naturelle joue un rôle dans ces écarts de températures, le réchauffement climatique possède définitivement sa part de culpabilité. Tant et si bien qu’aujourd’hui, la situation de la Sibérie doit constituer un « puissant signal d’alarme » selon les climatologues. 

La fonte du pergélisol menant à la marée noire de Norilsk — l’une des pires de l’histoire de la Russie —, des incendies ressuscités de l’année dernière et d’alarmantes fontes des neiges font partie des conséquences du réchauffement. Les températures, bien que généralement encore froides selon les normes d’une personne vivant dans des endroits plus chauds du monde, ont été sans précédent.

L’agence météorologique russe indique que la région n’a jamais été plus chaude en 130 ans. La ville de Verkhoyansk a enregistré 38 °C samedi, ce qui serait la température plus élevée jamais enregistrée dans l’Arctique si elle était confirmée. Le mois de mai dans son ensemble était de 10 °C au-dessus de la moyenne dans certaines régions de la Sibérie.

Cependant, des températures inhabituellement élevées ont été enregistrées dès décembre dernier, avec une moyenne d’environ 8 °C au-dessus de la normale au cours de la période, selon Berkeley Earth, un organisme sans but lucratif basé en Californie. Les principaux ensembles de données sur la température détenus par la NASA et d’autres institutions font tous consensus.

Des températures exceptionnellement élevées et une chaleur persistante

Zeke Hausfather du Berkeley Earth affirme que les « températures incroyablement élevées » ne ressemblent à rien de ce que l’on a pu voir par le passé et n’auraient probablement pas pu se produire sans le changement climatique. Il explique qu’environ 3 °C des 8 °C sont attribuables au changement climatique — parce que la Sibérie s’est réchauffée plus rapidement que les 1 °C dans le reste du monde — et qu’environ 5 °C sont entraînés par la variabilité naturelle.

Il convient de rappeler que la Sibérie présente l’une des plus grandes variabilités naturelles de températures de la planète, explique Samantha Burgess du Copernicus Climate Change Service. « Elle présente souvent des anomalies chaudes et froides. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que cette anomalie chaude est assez extrême ».

carte temperature

Les températures en Sibérie augmentent plus rapidement que pour le reste du monde. Crédits : NASA/MODIS/NEO

La chaleur a également été exceptionnellement persistante, durant l’hiver et le printemps. Les derniers mois ont été un aperçu de ce que sera la région d’ici 2100 dans le pire des scénarios concernant les futures émissions de carbone. Étant donné que d’autres endroits dans les hautes latitudes ont été relativement frais cette année, et même bien en dessous de la moyenne en Scandinavie, pourquoi la Sibérie est-elle si chaude ?

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

« Cela fait partie d’un modèle. La Sibérie comme région qui se réchauffe le plus était une prédiction faite par les modèles climatiques il y a 20 ans. C’est aussi ce que nous avons vu sur une certaine période de temps, c’est juste plus extrême que jamais », explique Kim Holmén du Norwegian Polar Institute, qui est basé dans l’Arctique.

Une chaîne d’événements influencée par le réchauffement climatique

L’autre facteur est la variabilité naturelle. Adam Scaife du Met Office au Royaume-Uni indique qu’une chaîne d’événements peut être établie entre la chaleur sibérienne et les événements dans l’océan Indien à la fin de 2019. À cette époque, il y avait un dipôle record de l’océan Indien, un modèle où l’océan est chaud à l’ouest et plus frais à l’est, qui a également joué un rôle dans les feux de brousse dévastateurs en Australie.

Sur le même sujet : D’importants incendies ravagent actuellement une grande partie de la Sibérie

Le dipôle a déclenché une onde de Rossby à l’échelle mondiale en provenance des tropiques, qui est entrée dans la stratosphère et a rendu le courant-jet de l’Atlantique très fort vers janvier. Le courant-jet a transféré de la chaleur vers le nord de l’Eurasie et est la première et principale raison pour laquelle la région a été si douce ces derniers mois, explique Scaife.

Même cette chaîne d’événements « naturels » pourrait être influencée par le changement climatique. Scaife dit qu’il existe des preuves que les fluctuations du dipôle de l’océan Indien deviennent plus importantes à mesure que l’océan se réchauffe, mais il est trop tôt pour le dire de manière concluante.

Comme c’est souvent le cas avec le changement climatique, l’impact de cette chaleur extrême en Sibérie pourrait entraîner un réchauffement climatique plus important. Une telle chaleur soutenue dégèle le pergélisol, qui a non seulement été lié à l’effondrement du réservoir de stockage à l’origine du déversement de pétrole de Norilsk, mais menace également de libérer plus de dioxyde de carbone et de méthane. Holmén dit que la fonte des neiges dans la région a été beaucoup plus rapide que d’habitude, ce qui, en raison du changement d’albédo, signifie que plus d’énergie solaire est absorbée.

Il y a d’autres impacts locaux, avec des rapports de fleurs arrivant tôt et de papillons de nuit qui prolifèrent. Holmén ajoute que le dégel du pergélisol pourrait également rendre difficile le déplacement d’animaux tels que les rennes. La semaine dernière a également vu une augmentation des incendies en Sibérie. Beaucoup de ces incendies se trouvent aux mêmes endroits que l’an dernier. Burgess dit que la chaleur devrait être considérée comme un signal d’alarme pour la Sibérie et le reste de l’Arctique, qui ont besoin de s’adapter à un monde qui se réchauffe. « L’un des éléments clés à tirer de cela est une sonnette d’alarme incroyablement forte », conclut-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.