Au fur et à mesure que les températures mondiales augmentent à cause du changement climatique, les arbres à travers le monde entier connaissent des saisons de croissance plus longues, qui leur permettent de croître plus rapidement et de former un volume de bois plus important. Cependant, une étude concernant les forêts d’Europe centrale suggère que ces températures plus élevées, combinées à la pollution des gaz d’échappement et des exploitations agricoles, finissent par affaiblir le bois, rendant les arbres plus vulnérables, plus facilement cassables et, par la même occasion, un bois moins durable car moins dense.

Richard Houghton, écologiste au Woods Hole Research Center de Falmouth, au Massachusetts (États-Unis), qui n’a pas participé à la nouvelle étude, explique que les résultats de cette dernière signifient que les forêts pourraient subir davantage de dégâts dus aux tempêtes et pourraient être moins efficaces pour absorber le dioxyde de carbone (CO2) des gaz à effet de serre que ne le pensaient les scientifiques. « Je crains que le bois ne soit plus aussi solide qu’avant », explique-t-il.

Au cours de ces cent dernières années, les arbres ont connu des poussées de croissance dans les régions tempérées, allant du Maryland jusqu’en Finlande, où le taux de croissance du hêtre et de l’épicéa a augmenté de près de 77% depuis 1870.

En supposant que ce bois soit tout aussi dense actuellement, cela signifierait qu’il y aurait plus de bois pour la construction, la combustion et le stockage du carbone capturé dans l’atmosphère. Mais Hans Pretzsch, un scientifique forestier de l’Université technique de Munich en Allemagne ainsi que ses collègues, se sont demandés si la qualité du bois avait changé.

Vous aimerez aussi :

Des scientifiques ont développé un moyen de rendre le bois aussi solide que l’acier

C’est en se posant cette question qu’ils ont décidé de le vérifier : afin d’y parvenir, les chercheurs ont commencé avec 41 parcelles expérimentales dans le sud de l’Allemagne, dont certaines ont été continuellement surveillées depuis 1870.

Pretzch et son équipe ont prélevé des carottes dans les arbres, notamment l’épinette de Norvège (Picea abies), le chêne sessile (Quercus petraea), le hêtre (Fagus sylvatica) et le pin sylvestre (Pinus sylvestris) et ils ont analysé les cernes des arbres à l’aide d’une sonde à haute fréquence.

Les chercheurs ont alors constaté que pour ces quatre espèces, la densité du bois avait diminué de 8-12%. « Nous nous attendions à une tendance de ce type, mais pas à une diminution si forte et significative », a déclaré Pretzsch. En effet, l’augmentation des températures et la croissance plus rapide qu’elles engendrent expliquent probablement une partie de cette baisse. Cependant, selon Pretzsch, un autre facteur est la présence accrue d’azote dans le sol (provenant des engrais agricoles et des gaz d’échappement des véhicules).

D’autres études antérieures ont déjà lié l’utilisation accrue d’engrais à la diminution de la densité du bois des arbres à travers le monde. Lors de cette expérience, à mesure que la densité des échantillons diminuait, leur teneur en carbone diminuait également d’environ 50% : cela signifie que les arbres traitent moins de CO2 chaque année, explique Houghton.

« La croissance forestière accélérée se traduit toujours par une séquestration nette de carbone. Mais l’estimation traditionnelle de cet effet pour les forêts du centre de l’Europe serait trop haute d’environ 10 millions de tonnes de carbone par an », explique Pretzsch.

Malheureusement, un bois moins dense aura également d’autres conséquences néfastes sur l’ensemble de la résistance des forêts face aux vents ou aux chutes de neiges par exemple. De plus, cela s’additionne à d’autres impacts dans le domaine de la construction et de l’énergie basée sur le bois.

Source : ScienceDirect

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.