Des chercheurs découvrent comment communiquer avec des personnes endormies

chercheurs decouvrent comment communiquer personnes endormies
Un participant de l'étude endormi. Les signaux électriques cérébraux et oculaires sont affichés sur un écran d'ordinateur. | K. Konkoly

Comme de nombreux phénomènes neurologiques, le mécanisme sous-tendant les rêves est encore mal compris par les neuroscientifiques. Cependant, au cours des dernières années, les chercheurs ont pu accumuler des données plus précises sur ce processus, notamment concernant les rêves lucides et le rôle des rêves dans la mémoire. Et récemment, une équipe de scientifiques a découvert qu’il était possible de communiquer avec des personnes endormies, de leur poser des questions et même de leur faire effectuer des calculs. 

Des neurologues ont identifié un nouveau phénomène qu’ils décrivent comme « le rêve interactif », où les personnes qui expérimentent un sommeil profond et des rêves lucides sont capables de suivre des instructions, de répondre à de simples questions par oui ou non et même de résoudre des problèmes mathématiques de base.

En plus d’ajouter un tout nouveau niveau de compréhension à ce qui arrive à notre cerveau lorsque nous rêvons, la nouvelle étude pourrait éventuellement nous apprendre à former nos rêves — pour nous aider à atteindre un objectif, par exemple, ou à traiter un problème de santé mentale particulier. Il y a beaucoup de choses sur la psychologie du sommeil qui restent un mystère, y compris le stade des mouvements oculaires rapides (REM), où les rêves se produisent généralement.

Être capable d’obtenir des réponses des dormeurs en temps réel, plutôt que de se fier aux rapports ultérieurs, pourrait être extrêmement utile. « Nous avons constaté que les personnes en sommeil paradoxal peuvent interagir avec un expérimentateur et communiquer en temps réel. Nous avons également montré que les rêveurs sont capables de comprendre des questions, de s’engager dans des opérations mémorielles et de produire des réponses », explique le psychologue Ken Paller de l’Université Northwestern.

À LIRE AUSSI :
Pourquoi oublions-nous certains rêves alors que d’autres restent bien ancrés dans notre esprit ?

La possibilité d’une communication bidirectionnelle en temps réel

Les chercheurs ont travaillé avec 36 personnes dans des expériences au sein de quatre laboratoires différents. Un volontaire souffrait de narcolepsie et faisait fréquemment des rêves lucides, tandis que les autres variaient en matière d’expérience de rêve lucide. Pendant les stades les plus profonds du sommeil, surveillés par des instruments d’électroencéphalogramme (EEG), les chercheurs ont interagi avec les participants à l’étude par le biais de sons, de lumières clignotantes et de toucher physique.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Les dormeurs devaient répondre à des questions mathématiques simples, compter les éclairs lumineux ou les contacts physiques, et répondre aux questions de base par oui ou par non. Les réponses ont été données par des mouvements oculaires ou des mouvements des muscles faciaux convenus à l’avance. Sur 57 sessions de sommeil, au moins une réponse correcte à une requête a été observée dans 47% des sessions où le rêve lucide a été confirmé par le participant.

schema-protocole-experimental-sommeil-communication
Schéma illustrant le protocole expérimental de l’étude. Des chercheurs stimulent (sons, lumières, contacts physiques) des personnes endormies qui, en réponse, contractent leurs muscles faciaux ou bougent leurs yeux (bas). Ces stimulus provoquent des scènes oniriques particulières que les volontaires racontent aux chercheurs une fois réveillés (haut). © Karen R. Konkoly et al. 2021

« Nous avons rassemblé les résultats parce que nous avons estimé que la combinaison des résultats de quatre laboratoires différents utilisant différentes approches atteste de la manière la plus convaincante de la réalité de ce phénomène de communication bidirectionnelle. De cette façon, nous constatons que différents moyens peuvent être utilisés pour communiquer », déclare la neuroscientifique Karen Konkoly de l’Université Northwestern.

La recherche pourrait être utile dans l’étude future des rêves, de la mémoire et de l’importance du sommeil pour la fixation des souvenirs. Cela pourrait également s’avérer utile dans le traitement des troubles du sommeil, et plus tard, cette avancée pourrait même nous donner un moyen de choisir ce que nous voyons dans nos rêves.

À LIRE AUSSI :
Une femme s'auto-traitant uniquement avec du CBD voit la taille de sa tumeur régresser de 76%
Sources : Current Biology

Laisser un commentaire