1.8K Partages

À son apogée, du 1er au 8e siècle après J.-C., le royaume africain d’Axoum était une force avec laquelle il fallait compter. Située le long de la bordure nord de la mer Rouge et englobant l’Éthiopie, l’Érythrée, Djibouti, la Somalie et le Somaliland, cette société florissante et complexe a joué un rôle majeur dans le commerce entre l’Empire romain et l’Inde ancienne. Récemment, des archéologues ont mis au jour une des anciennes colonies du royaume : Beta Samati.

Il a été le premier État d’Afrique subsaharienne à frapper ses propres pièces et également le premier à adopter le christianisme, mais nous en savons encore très peu à ce sujet. Maintenant, les archéologues ont découvert l’un des sites les plus importants d’Axoum : un centre commercial et religieux animé, niché entre la capitale — également appelée Axoum — et la mer Rouge, dans une région appelée Yeha.

Nommé Beta Samati, qui signifie « maison du public » dans la langue locale Tigrinya, les vestiges de cette colonie pourraient aider à révéler certains des mystères entourant l’ascension et la chute de cet ancien empire africain. « C’est l’une des civilisations anciennes les plus importantes. En dehors de l’Égypte et du Soudan, c’est la première société complexe ou civilisation majeure d’Afrique » déclare l’archéologue Michael Harrower de l’Université Johns Hopkins.

Beta Samati : une preuve de continuité entre les gouvernements pré-aksumite et aksumite

Dans les années 1970, plusieurs sites importants de la civilisation d’Axoum ont été étudiés près de Yeha, bien que les zones environnantes soient restées inexplorées. Ce n’est qu’en 2011, lorsque les archéologues ont été informés par des résidents locaux, qu’ils ont commencé à chercher dans les collines environnantes. Ici, ils ont finalement trouvé l’ancienne colonie de Beta Samati, se cachant à plus de trois mètres sous la surface.

carte beta samati

Carte montrant la localisation de Beta Samati. Crédits : Iona Dimitru

Alors que davantage d’investigations du nouveau site sont nécessaires, les résultats préliminaires remettent en question une notion commune sur l’ancien empire. Avant la civilisation aksoumite, on pensait que les sociétés de cette région s’étaient effondrées, ne laissant que quelques « petites colonies rurales » derrière. Mais les archéologues pensent maintenant qu’il y avait une bien plus grande continuité entre les gouvernements pré-aksumite et aksumite.

« Notre travail démontre que Beta Samati était une grande colonie densément peuplée située à 6.5 kilomètres (90 minutes à pied) au nord-est de Yeha, le centre du pouvoir politique de la première entité complexe (pré-aksoumite) de l’Afrique subsaharienne. Nos résultats démontrent également que, contrairement à l’abandon supposé de la région de Yeha après la période pré-aksoumite, Beta Samati a continué à fonctionner comme un nœud majeur sur les routes commerciales qui reliaient la Méditerranée à Adulis et Aksoum pendant les périodes classique, intermédiaire et tardive ».

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Une ville témoin de la splendeur du royaume d’Axoum

Quatre saisons de fouilles entre 2011 et 2016 ont maintenant donné des résultats qui indiquent que cette ancienne ville a été occupée pendant environ 1400 ans et a joué un rôle crucial dans la structure socio-politique et économique de la région.

Entre une grille de murs en pierre, les experts ont trouvé plusieurs édifices en pierre, des pièces de monnaie, des inscriptions, une bague en or en creux clairement influencée par les Romains, et une basilique, qui a été construite au IVe siècle, selon la datation au radiocarbone.

bague beta samati

Les archéologues ont retrouvé une bague influencée par l’art romain. Crédits : I. Dumitru

Sur le même sujet : Vallée des Rois : découverte de deux momies et d’un important complexe ouvrier vieux de 3500 ans

La disposition de ce bâtiment est similaire à d’autres basiliques trouvées dans les stades tardif et intermédiaire de la civilisation d’Axoum, bien que certains aspects de celui-ci suggèrent une date antérieure. À l’intérieur, les archéologues ont découvert des preuves de rituels, d’administration, de commerce international et d’aliments de grande valeur. Plusieurs figurines de bétail et de taureaux ont également été trouvées dans la basilique, ce qui est assez inhabituel et suggère un mélange de traditions païennes et paléochrétiennes.

pendentif beta samati

Le pendentif en or d’influence chrétienne représente l’une des trouvailles majeures du site. Crédits : I. Dumitru

Cependant, la découverte la plus remarquable est peut-être un pendentif en pierre noire, inscrit d’une croix chrétienne et de la devise « vénérable » dans l’ancien propre script éthiopien Ge’ez, qui est toujours utilisé aujourd’hui.

Vers la fin du règne de cette civilisation, l’islam est arrivé dans la région. En 615 après J.-C., le roi d’Axoum accorda en fait le refuge aux premiers musulmans, et l’une des hypothèses est que la civilisation a commencé à décliner avec la conquête de l’islam et son contrôle sur le commerce de la mer Rouge.

Sources : Antiquity

cite aksum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1.8K Partages
1.8K Partages
Partager via
Copier le lien