Le nord géographique et le nord magnétique sont deux éléments différents. Tandis que le premier est représenté par une direction (un point) fixe, le second est en mouvement constant du fait des modifications géodynamiques du noyau terrestre. Mais dans les prochains jours, à Greenwich, un événement extrêmement rare va se produire : les boussoles pointeront vers le nord géographique, car celui-ci coïncidera avec la trajectoire du nord magnétique. 

Pour la première fois depuis des siècles, les boussoles de Greenwich sont sur le point de pointer directement vers le nord géographique : une coïncidence du temps et du magnétisme qui n’a pas eu lieu depuis environ 360 ans. Cet événement fortuit — qui devrait se produire dans les quinze prochains jours — rappelle de manière surprenante la façon dont le pôle nord magnétique de la Terre est en constante errance, à la différence du « vrai nord » fixe du pôle nord géographique de la Terre.

La différence angulaire entre ces deux points différents s’appelle la déclinaison magnétique. Depuis des siècles au Royaume-Uni, en raison du déplacement du pôle nord magnétique de la Terre, la déclinaison est négative, ce qui signifie que les aiguilles des boussoles pointent à l’ouest du vrai nord.

Passage de la ligne agonique par Greenwich : coïncidence des nords magnétique et géographique

Cependant, la ligne agonique — une ligne invisible qui relie les pôles magnétiques nord et sud de la Terre (et qui représente une déclinaison nulle quel que soit l’endroit où elle passe) — s’est déplacée vers l’ouest à environ une vingtaine de kilomètres par an.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
chronologie declinaison

Chronologie de la déclinaison de la ligne agonique à Greenwich depuis 1550. La dernière fois que les nords géographique et magnétique ont coïncidé (déclinaison nulle) fut dans les années 1650. Crédits : BGS

À ce rythme, elle passera par Greenwich ce mois-ci — le site historique de l’Observatoire Royal de Greenwich. « À un moment donné en septembre, la ligne agonique atteindra une longitude zéro à Greenwich » déclare Ciaran Beggan, chercheur en géomagnétisme au British Geological Survey (BGS). « C’est la première fois depuis la création de l’Observatoire que les systèmes de coordonnées géographiques et géomagnétiques coïncident à cet endroit ».

Sur le même sujet : Une nouvelle explication au déplacement rapide du pôle nord magnétique terrestre

Une ligne agonique en déplacement continuel

Comme le destin l’avait voulu, c’est un hasard si, lors de la fondation de l’Observatoire royal à la fin du XVIIe siècle — conformément au décret du roi Charles II — les boussoles de Greenwich désignaient également le vrai nord, en raison de la déclinaison nulle. Depuis lors, les variations constantes de la position du pôle nord magnétique de la Terre, dues aux modifications de la composition du noyau externe en fusion, ont provoqué un déplacement constant de la ligne agonique.

C’est un phénomène qui devrait perdurer bien après la synchronicité circonstancielle de septembre (du moins du point de vue des utilisateurs de boussoles à Greenwich).

« La ligne agonique continuera de traverser le Royaume-Uni au cours des 15 à 20 prochaines années. D’ici 2040, toutes les boussoles seront probablement dirigées à l’est du vrai nord. Il est actuellement impossible de prédire comment le champ magnétique changera au cours des décennies, voire des siècles. Ainsi, les boussoles pourraient bien pointer à l’est du nord géographique pour encore 360 ​​ans au Royaume-Uni » conclut Beggan.

Sources : British Geological Survey

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.