Combien de personnes faudrait-il pour que l’humanité survive à une apocalypse ?

combien personnes necessaire humanite survive apocalypse
| Pinterest

De la guerre nucléaire à l’impact d’un astéroïde en passant par une pandémie globale extrêmement mortelle, les scénarios d’apocalypse ne manquent pas. Dans ce cas, la majorité de l’espèce humaine disparaîtrait abruptement ou progressivement, ne laissant que des grappes de survivants à travers le monde ou l’espace. Mais dans une telle situation de fin du monde, combien d’individus faudrait-il pour assurer la survie de l’espèce humaine ?

Différentes catastrophes créeraient des conditions apocalyptiques différentes pour les populations humaines survivantes. Par exemple, une guerre nucléaire pourrait déclencher un hiver nucléaire, les survivants étant confrontés à des températures estivales glaciales et à une famine mondiale, sans parler de l’exposition aux radiations. Cependant, en mettant de côté certaines de ces conditions et en se concentrant sur la taille de la population, le nombre minimum est probablement très faible comparé aux quelque 7.8 milliards de personnes vivant aujourd’hui.

« Avec des populations de quelques centaines d’individus, vous pouvez probablement survivre pendant de nombreux siècles. Et de nombreuses petites populations de ce type ont survécu pendant des siècles et peut-être des millénaires », indique Cameron Smith, du département d’anthropologie de la Portland State University.

Une centaine de personnes… sans consanguinité

Une population survivante de seulement quelques centaines de personnes aurait besoin d’un moyen de maintenir un système de reproduction. La consanguinité, ou la reproduction entre individus étroitement apparentés, est un défi majeur auquel les petites populations sont confrontées. Les conséquences de la consanguinité peuvent être démontrées avec la chute de la dynastie espagnole des Habsbourg, qui régna sur l’Espagne aux XVIe et XVIIe siècles.

À LIRE AUSSI :
Comment les Français perçoivent-ils les nouvelles technologies ?
schema consanguinite dynastie
Au sein d’une population, l’endogamie (consanguinité) peut rapidement devenir un problème alors que les mutations génétiques s’accumulent. La dynastie espagnole des Habsbourg, dont la physionomie était difforme, en est l’exemple parfait. © HistCHAN

La dynastie a régulièrement maintenu le mariage dans la famille jusqu’en 1700, date à laquelle la lignée s’est terminée par un roi Charles II infertile et déformé du visage. Un scénario similaire pourrait arriver à une population humaine en déclin avec des options de reproduction limitées à la suite d’une apocalypse, à moins d’avoir une diversité génétique suffisante pour éviter des unions étroitement liées. Un nombre suffisant d’individus en âge de se reproduire du sexe opposé, connu sous le nom de taille effective de la population, serait également nécessaire pour que le métissage réussisse.

Prévoir l’apocalypse : un facteur essentiel

Les humains pourraient potentiellement préparer les populations à survivre à une apocalypse s’ils le voyaient venir. Seth Baum, co-fondateur et directeur général du Global Catastrophic Risk Institute, un groupe de réflexion, se penche sur le risque de catastrophes mondiales. Il est favorable à la prévention des catastrophes potentielles, ce qui, dans le cas d’une guerre nucléaire, par exemple, signifie assurer de bonnes relations entre les pays dotés d’armes nucléaires. Cependant, les recherches de Baum incluent également la perspective de construire des refuges pour protéger les humains en cas de catastrophe mondiale.

Selon Baum, un facteur important dans toute sorte de refuges est la capacité d’isoler un groupe de tout ce qui cause des dommages. Par exemple, certains pays insulaires, comme la Nouvelle-Zélande et l’Australie, se sont effectivement transformés en refuges à grande échelle pendant la pandémie de coronavirus en empêchant pratiquement le virus d’entrer. Un pas en avant serait d’avoir un refuge dédié aux catastrophes quelque part sur Terre. Baum compare ce refuge hypothétique avec le Global Seed Vault à Svalbard, en Norvège, qui conserve des graines du monde entier en sécurité à l’intérieur d’une montagne.

À LIRE AUSSI :
Le traitement de l’amiante lié par enfouissement, une solution rigoureusement encadrée

Survivre au-delà de la Terre

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Un équipage de départ de seulement 98 personnes suffirait pour un voyage de 6300 ans (voyageant dans un vaisseau spatial hypothétique à des vitesses qui sont possibles avec la technologie actuelle) jusqu’à Proxima Centauri b, une exoplanète potentiellement habitable semblable à la Terre en orbite autour de Proxima Centauri, l’étoile la plus proche du Soleil, selon une étude de 2018 publiée dans la revue Journal of the British Interplanetary Society.

graphique succes survie proxima population
Graphique montrant les chances de réussite d’une mission de colonisation vers la planète Proxima Centauri b en fonction du nombre initial de membres embarqués. © Frédéric Marin et Camille Beluffi

L’équipage de Proxima Centauri b ne serait pas constitué d’un échantillon aléatoire de 98 humains, mais plutôt de 49 couples reproducteurs indépendants, prêts à transmettre leurs gènes. La population ne resterait génétiquement diversifiée et en bonne santé au fil du temps que dans certaines conditions. Par exemple, la reproduction entre membres d’équipage devrait être surveillée et restreinte.

De plus, une équipe de départ plus importante de 500 personnes serait probablement un choix plus sûr, car ils seraient plus susceptibles de conserver leur diversité génétique avec plus de couples reproducteurs, selon une étude de suivi, publiée en février sur le serveur de préimpression arXiv. Smith recommande de ne pas utiliser de nombres minimums absolus dans les situations de survie spatiale, afin de toujours avoir une réserve de reproducteurs suffisante en cas d’accident.

Laisser un commentaire