Nouveau documentaire disponible : Space Colonies ! 🚀👨🏼‍🚀👩🏻‍🚀
Regarder sur TMS Tv


Les combustibles fossiles sont à l’origine de millions de décès prématurés

pollution air décès prématurés
| Pixabay

Une étude publiée dans la revue Environmental Research rapporte que la pollution atmosphérique due aux combustibles fossiles serait la cause de plus de huit millions de morts prématurées en 2018, ce qui représente près de 20% de la mortalité adulte au niveau mondial. La Chine, l’Inde, le Bangladesh, l’Indonésie, le Japon et les États-Unis font partie des pays qui comptent le plus de victimes du phénomène.

Des recherches antérieures ont d’ores et déjà montré que la pollution de l’air, dans le monde entier, raccourcit la vie des individus de plus de deux ans en moyenne. Aujourd’hui, les chiffres se font plus alarmants : une nouvelle étude révèle que les particules rejetées dans l’air par la combustion du pétrole, du gaz et surtout du charbon, sont responsables d’un quart ou plus de la mortalité dans une demi-douzaine de pays, tous localisés en Asie.

Il ressort de ces nouvelles analyses que la durée de vie moyenne est réduite de 4,1 ans en Chine, de 3,9 ans en Inde et de 3,8 ans au Pakistan. Et dans certaines régions de ces pays, l’espérance de vie est réduite de deux fois plus ! En Europe, elle est raccourcie de huit mois en moyenne. Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme : si les combustibles fossiles sont régulièrement pointés du doigt dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, leur impact direct sur la santé est, quant à lui, très peu mis en avant.

Un bilan plus lourd qu’estimé auparavant

Selon l’ Organisation mondiale de la santé, en 2016, on estimait à 4,2 millions le nombre de décès prématurés provoqués dans le monde par la pollution de l’air extérieur dans les zones urbaines, périurbaines et rurales. Cette même année, près de 600’000 enfants sont décédés d’infections aiguës des voies respiratoires inférieures, dues à la pollution de l’air. Outre l’air extérieur, la fumée domestique (issue de la cuisson des aliments, du chauffage et de l’éclairage de certains logements alimentés au fioul ou au charbon) représente un grave risque sanitaire pour environ 3 milliards de personnes. Une étude plus récente fournit des chiffres similaires.

À LIRE AUSSI :
La fuite d'un pipeline sous-marin provoque un gigantesque incendie dans le golfe du Mexique

Mais ces estimations reposaient sur des données satellitaires et des observations de surface, visant à analyser les concentrations annuelles moyennes des particules PM2,5 — les particules fines en suspension dans l’air, dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres — qui sont les plus petites et les plus mortelles. Or, les données récoltées ne permettaient pas de distinguer les microparticules provenant des combustibles fossiles des microparticules provenant de poussières, d’incendies de forêts ou de brûlages agricoles.

Pour obtenir des données plus précises, des chercheurs de Harvard se sont donc tournés vers GEOS-Chem, un système de modélisation 3D de chimie atmosphérique, qui permet de cartographier la surface de la Terre en zones de 50×60 kilomètres. « Au lieu de nous fier à des moyennes réparties sur de grandes régions, nous souhaitions déterminer précisément où se trouve la pollution et où vivent les gens, pour savoir ce qu’ils respirent », explique Karn Vohra, étudiant diplômé de l’Université de Birmingham et auteur principal de l’étude.

Pour leurs estimations, les chercheurs ont par ailleurs intégré des données sur les émissions de dioxyde de carbone des secteurs d’activité clés (énergie, industries et transports), ainsi que des simulations des mouvements d’aérosols dans l’air fournies par le Global Modeling and Assimilation Office de la NASA. Ces données concernaient l’année 2012, lors de laquelle le phénomène El Niño — qui peut selon les régions aggraver ou diminuer la pollution de l’air — n’a eu que très peu d’influence. La combinaison des données de 2012 et 2018 de la Chine, un pays où la population et la pollution atmosphérique sont toutes deux très importantes, a donné aux chercheurs une image plus claire des taux d’émission mondiaux de combustibles fossiles en 2018.

À LIRE AUSSI :
L'oscillation orbitale de la Lune pourrait entraîner des inondations record au cours des années 2030

Des choix politiques fondamentaux

Après avoir déterminé précisément les concentrations de PM2,5 issues de combustibles fossiles pour chaque zone du globe, les chercheurs devaient encore établir leur impact sur la santé humaine. Bien que l’on sache depuis des décennies que les particules en suspension dans l’air représentent un danger pour la santé publique, peu d’études épidémiologiques ont été menées pour quantifier les impacts sur la santé à des niveaux d’exposition très élevés, tels que ceux trouvés en Chine ou en Inde.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Joel Schwartz, professeur d’épidémiologie environnementale à la Harvard TH Chan School of Public Health, et ses collaborateurs, ont donc développé un nouveau modèle d’évaluation des risques. Celui-ci a révélé un taux de mortalité plus élevé pour une exposition à long terme aux émissions de combustibles fossiles, y compris à des concentrations plus faibles. « Nous ne pouvons pas en toute conscience continuer à compter sur les combustibles fossiles, alors que nous savons que leurs effets sur la santé sont graves et qu’il existe des alternatives viables, plus propres », souligne Eloise Marais, du Département de géographie de l’University College London.

Cette nouvelle étude souligne à quel point les décisions politiques actuelles sont déterminantes : les chercheurs ont notamment estimé que la décision de la Chine de réduire de près de moitié ses émissions de combustibles fossiles a sauvé 2,4 millions de vies dans le monde, dont 1,5 million en Chine, en 2018. « Nous espérons qu’en quantifiant les conséquences sur la santé de la combustion des combustibles fossiles, nous pourrons envoyer un message clair aux décideurs et aux parties prenantes sur les avantages d’une transition vers des sources d’énergie alternatives », conclut Joël Schwartz.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs débunkent l'un des mythes les plus persistants sur les véhicules électriques

Par rapport aux autres causes de décès prématuré, la pollution de l’air tue chaque année 19 fois plus de personnes que le paludisme, 9 fois plus que le VIH et 3 fois plus que l’alcool. Les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux sont à l’origine de près de la moitié de ces décès ; les maladies pulmonaires et d’autres maladies non transmissibles, telles que le diabète et l’hypertension artérielle, constituent la majeure partie du reste.

Source : Environmental Research, K. Vohra et al.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.