L’existence et la nature de la conscience font l’objet d’un débat scientifique récent, de nombreuses études en neuropsychiatrie et neurobiologie s’étant penchées sur l’origine de la conscience. Les nouvelles versions de la théorie du panpsychisme sont aujourd’hui considérées par la communauté scientifique, car débarrassées de leurs attributs spirituels et métaphysiques initiaux pour ne garder que des aspects concrets. Et certains scientifiques suggèrent que c’est sur la base de ces théories que la nature de la conscience doit être recherchée, et non sur les concepts actuels de conscience-cerveau.

Pendant une bonne partie du XXe siècle, le sujet de la conscience était un grand tabou pour la communauté scientifique. Les choses ont beaucoup changé et il est maintenant largement admis que le problème de la conscience est un problème scientifique sérieux. Mais de nombreux chercheurs sous-estiment l’ampleur du défi, convaincus que nous devons simplement continuer à examiner les structures physiques du cerveau pour déterminer comment elles produisent la conscience.

Le problème de la conscience, cependant, est radicalement différent de tout autre problème scientifique. Une des raisons est qu’elle est inobservable. Bien entendu, les scientifiques sont habitués à traiter les inobservables. Les électrons, par exemple, sont trop petits pour être vus, mais peuvent être inférés. Dans le cas unique de la conscience, la chose à expliquer ne peut pas être observée. Nous savons que la conscience existe non pas à travers des expériences, mais à travers le ressenti immédiat de nos sentiments et de nos expériences.

schemas cerebraux conscience

Différence d’activité entre le cerveau d’une personne consciente et celui d’une personne inconsciente. certains neuroscientifiques pensent que la nature et l’origine de la conscience ne doivent pas nécessairement être recherchées dans l’activité physiologique du cerveau. Crédits : E. Tagliazucchi/A. Demertzi

Nous pouvons établir, par exemple, que le sentiment de faim est corrélé à une activité visible dans l’hypothalamus du cerveau. Mais l’accumulation de telles corrélations ne constitue pas une théorie de la conscience. Ce que nous voulons en définitive, c’est expliquer pourquoi les expériences conscientes sont corrélées à l’activité cérébrale. Comment une telle activité dans l’hypothalamus s’accompagne-t-elle d’une sensation de faim ?

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Expliquer la nature intrinsèque de la matière par la conscience

Il existe une approche enracinée dans les travaux des années 1920 du philosophe Bertrand Russell et du scientifique Arthur Eddington. Leur point de départ était que la science physique n’explique pas vraiment ce qu’est la matière. La physique se limite à expliquer la dynamique de la matière. Par exemple, la matière a une masse et une charge, propriétés entièrement caractérisées en matière de dynamique (inertie, attraction, répulsion, etc). La physique ne dit rien sur ce que les philosophes aiment appeler “la nature intrinsèque de la matière”.

La proposition de Russell et Eddington était de combler cette lacune avec la conscience. Le résultat est un type de panpsychisme — une vision ancienne selon laquelle la conscience est un trait fondamental et omniprésent du monde physique. Mais la nouvelle vague du panpsychisme n’a pas les connotations mystiques des formes antérieurement admises. Il n’y a que de la matière — rien de spirituel ou de surnaturel — mais la matière peut être décrite de deux points de vue.

La science physique décrit la matière de l’extérieur, en termes de comportement, mais la matière “de l’intérieur” est constituée de formes de conscience. Cela signifie que l’esprit est une matière et que même les particules élémentaires présentent des formes de conscience incroyablement basiques.

Sur le même sujet : Des schémas cérébraux liés à la conscience ont été mis en évidence

Panpsychisme moderne : le cadre pour le développement d’une science de la conscience

La conscience peut varier en complexité. Nous avons de bonnes raisons de penser que les expériences conscientes d’un cheval sont beaucoup moins complexes que celles d’un être humain et que les expériences conscientes d’un lapin sont moins sophistiquées que celles d’un cheval.

À mesure que les organismes deviennent plus simples, il se peut que la conscience s’arrête soudainement — mais il est également possible qu’elle s’estompe mais ne disparaisse jamais complètement, ce qui signifie que même un électron possède un tout petit élément de conscience.

Le panpsychisme nous offre un moyen simple et élégant d’intégrer la conscience à notre vision scientifique du monde. Strictement parlant, cela ne peut pas être testé ; la nature non observable de la conscience implique que toute théorie de la conscience qui dépasse les simples corrélations n’est pas testable à proprement parler.

Alors que notre approche scientifique actuelle n’offre aucune théorie — seulement des corrélations — l’alternative traditionnelle consistant à affirmer que la conscience est dans l’âme conduit à une image déplaisante de la nature, dans laquelle l’esprit et le corps sont distincts. Le panpsychisme évite ces deux extrêmes, et c’est pourquoi certains neuroscientifiques le considèrent comme le meilleur cadre pour la construction d’une science de la conscience.

Une réponse

  1. yoananda

    La théorie dite “traditionnelle” de l’âme siège de la conscience n’a RIEN de traditionnelle, c’est une théorie religieuse. La tradition stipule à l’inverse que la conscience est panpsychique. La raison est simple : à l’inverse des religions (on n’insistera jamais assez la dessus) la tradition spirituelle (le “vrai” mysticisme, qui n’a rien à voir avec le mysticisme dont on parle généralement qui est plus une maladie qu’autre chose) proposes des voies pour faire l’expérience directe de cette conscience “hors des limites du corps” (un peu, UN PEU, comme ce qu’on pourrait vivre dans certaines expériences shamaniques – mais c’est trop connoté “drogue” de nos jours). Le paganisme pré-chrétien était très proche des théories scientifiques modernes en fait, et la démarche scientifique y était commune et naturelle (mais pas autant formalisée que de nos jours, grâce à Popper notamment), dont je ne serais pas étonné qu’elles soient inspirées. La science moderne est une résurgence du paganisme (mouvement très vaste et très varié d’accumulation de la connaissance matérielle et spirituelle) après les siècles d’obscurantisme chrétien (qui ont fait un mal terrible à notre civilisation et qui imprègne encore énormément d’aspect de nos vies dont – les conceptions de la conscience).

    Petit aparté pour expliquer “pourquoi”. Tout part du péché originel, de la pomme d’Adam. Comment expliquer que l’homme souffre alors que Dieu est bon et omnipotent ? Et bien l’homme à péché, il a choisi (de s’éloigner de Dieu, ce qui a été traduit au fil des siècles en “ne pas croire en l’église et ses dogmes). Pour expliquer le paradoxe du mal, on a inventé le péché et donc le libre arbitre. Ensuite l’âme, concept païen très riche, à été détourné en “véhicule de la conscience”, la conscience étant ce qui fait le choix, ce qui dispose du libre arbritre. L’homme étant censé être un être conscient, libre et rationnel. Malheureusement, si l’homme est effectivement probablement plus conscient qu’une amibe, il n’est que très peu conscient (cf les découvertes de la science cognitive dont vous vous faites le relais ici parfois), encore moins rationnel (cf les biais cognitifs) et encore moins libre.
    Tout ça n ‘est qu’une théorie religieuse inventée ad hoc pour justifier un texte biblique dont on SAIT aujourd’hui qu’il est faux (il n’y a pas d’eu d’Adam et d’Eve, pas au sens biblique même si on a un Adam virtuel en remontant les lignées génétiques et une Eve, qui n’ont pas vécu aux mêmes époques), la terre n’est pas le centre de la “création”, etc… Darwin Galillée et les autres.
    Le pire c’est que le libéralisme, le communisme, le socialisme et l’humanisme avec son droit positif sont TOUS basé sur ces conceptions chrétiennes sécularisée. On a viré Dieu mais pas la poursuite du paradis et de la liberté. Tout ces concepts (âme, libre arbitre, rationalité) ont été démontés comme le géocentrisme, comme l’age de la terre, comme Adam et Eve, mais, pour l’instant, on n’a pas créé de théorie économique véritablement scientifique, tout est basé sur des dogmes poussiéreux lié à la théologie du péché.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

electron particule elementaire L’électron est une particule élémentaire qui, avec les protons et les neutrons, constitue les atomes. C’est donc l’un des composants principaux de la matière baryonique. À ce titre, il revêt... [...]

Lire la suite