En 2016, la collaboration LIGO annonçait la première détection des ondes gravitationnelles prédites 100 ans plus tôt par Einstein dans sa théorie de la relativité générale. Ces ondes ont été émises durant la fusion de deux trous noirs, la masse du trou noir final étant inférieure à la somme des masses des deux trous noirs initiaux. Dans le cas des trous noirs, la relativité générale est claire : rien ne peut s’échapper de leur horizon des événements. Comment de l’énergie a-t-elle donc pu s’échapper des trous noirs durant la fusion ?

Pour un trou noir, toute sa masse/son énergie est concentrée en son centre, au sein d’un objet appelé singularité. Cette singularité est séparée de l’extérieur grâce à la présence d’un horizon des événements. Une fois passée au-delà de l’horizon des événements, toute particule, qu’elle soit massive ou non, peu importe sa vitesse ou son énergie, empruntera une trajectoire qui la conduira inévitablement jusqu’à la singularité dans laquelle elle sera absorbée.

Dans sa théorie de la relativité générale, Einstein démontre que lorsqu’un corps massif accélère, il produit des ondes gravitationnelles. Une onde gravitationnelle est une ondulation de l’espace-temps qui se déplace à la vitesse de la lumière dans le vide. Elle provoque une contraction/dilatation de l’espace-temps à son passage, et transporte une certaine quantité d’énergie. Et selon l’équivalence masse-énergie E = mc², la masse n’est qu’une forme particulière d’énergie.

Fusion de deux trous noirs : une perte de masse dans le bilan final

Le 14 septembre 2015, LIGO détecte des ondes gravitationnelles issues de la fusion de deux trous noirs de 36 et 29 masses solaires. Cependant, le trou noir final issu de la fusion ne fait que 62 masses solaires. Où sont donc passées les 3 autres masses solaires ? Réponse : dans l’énergie des ondes gravitationnelles émises. Lorsque deux trous noirs de masses similaires spiralent et fusionnent, jusqu’à 5% de la masse totale peut être dissipée sous forme d’ondes gravitationnelles.

perte masse fusion trous noirs

Au cours de leur fusion, deux trous noirs de masses similaires peuvent perdre jusqu’à 5% de leur masse sous forme d’ondes gravitationnelles. Crédits : R. Hurt/Caltech/JPL

Toutefois, chaque trou noir possède un horizon des événements, que ce soient les deux trous noirs initiaux ou le trou noir final. Et à aucun moment du processus les singularités ne deviennent nues, c’est-à-dire dénuées d’horizon des événements. Comment les ondes gravitationnelles font-elles alors pour s’échapper des trous noirs ?

Sur le même sujet : Comment les ondes gravitationnelles sont-elles détectées ?

energie liaison nucleaire

La masse d’un noyau atomique est toujours inférieure à la somme de la masse des ses constituants initiaux. Cette perte de masse (défaut de masse) est due à l’énergie de liaison nucléaire. Crédits : Hrodger Normand

Une analogie peut être formulée avec ces questions : où part la masse quand deux protons fusionnent en deutérium, puis en hélium-3 et enfin en hélium-4 au cœur du Soleil ? Pour quelle raison l’hélium-4 est-il moins massif que les masses des quatre protons fusionnés dont il résulte ? À cause de l’énergie de liaison nucléaire. Un état lié est plus stable et moins énergétique (donc moins massif) qu’un état non-lié.

Une perte de masse due à l’énergie de liaison gravitationnelle

De la même manière, lorsque deux trous noirs spiralent et fusionnent, ils deviennent plus fortement liés gravitationnellement. La perte d’énergie, et donc de masse, est due à l’énergie de liaison gravitationnelle, et non parce que de l’énergie (de la masse) s’échappe de l’horizon des événements.

Cela peut également se comprendre du point de vue de la gravitation newtonienne. Imaginons deux masses d’1 kg chacune, au repos, et séparées par une distance infinie. Selon E = mc², elles possèdent une énergie de 1.8×1017 J. Maintenant, réduisons la distance qui les sépare :

  • avec une distance d’1 km, le système a perdu 6.67×10-14 J d’énergie
  • avec une distance d’1 cm, le système a perdu 6.67×10-9 J d’énergie
  • avec une distance de 10-15 m, le système a perdu 6.67×104 J d’énergie
  • avec une distance de 10-27 m, le système a perdu 6.67×1016 J d’énergie, soit 35% de l’énergie initiale
equation gravite newton

Même si la gravitation newtonienne a été supplantée par la relativité générale d’Einstein, elle reste un très bon outil pour comprendre les forces et énergies mises en jeu dans les interactions gravitationnelles. Crédits : Dennis Nilsson

Bien sûr, à ces échelles, c’est la relativité générale qui est utilisée, et non la gravité newtonienne, mais le phénomène demeure identique. Ce ne sont pas les trous noirs qui perdent de la masse, mais la quantité totale d’énergie du système qui est transformée d’une forme (deux masses séparées et non-liées), en une autre forme (des masses gravitationnellement liées + des ondes gravitationnelles).

Les propriétés orbitales et les masses des trous noirs déterminent quelle quantité de la masse totale initiale est convertie en énergie de liaison gravitationnelle. Lorsque les deux masses sont similaires, jusqu’à 5% de la masse peut être convertie. Si la valeur de leur spin est très élevée et que ces spins sont alignés, cela peut monter jusqu’à 11%. Mais lorsqu’un trou noir est bien plus massif que l’autre, ce pourcentage diminue. Par exemple, un trou noir d’une masse solaire fusionnant avec un trou noir d’un million de masses solaires ne peut convertir que 0.0001% de sa masse.

conversion masse trous noirs

Le pourcentage de masse perdue par les trous noirs lors d’une fusion dépend de certaines propriétés, dont la masse et le spin. Dans tous les cas, cette masse, transformée en ondes gravitationnelles, ne s’échappe pas de l’horizon des événements. Crédits : NASA/Ames Research Center/C. Henze

En résumé, lors de la fusion de deux trous noirs, rien ne s’échappe de l’horizon des événements. Les ondes gravitationnelles détectées par les interféromètres comme LIGO témoignent simplement du réajustement de l’espace-temps, sous l’effet de la libération de l’énergie de liaison gravitationnelle au cours de la coalescence et de la fusion.

2 Réponses

  1. Kevin Gautier

    Bonjour,
    Il y a des erreurs assez importantes dans la partie sur l’analogie avec la fusion nucléaire.
    Le deutérium n’est pas issu d’une fusion de deux protons mais d’un proton et d’un neutron !
    Il en est de même avec l’Helium-4 qui est composé de 2 protons et de 2 neutrons.
    Une erreur si importante de votre part est pas possible.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

trou noir supermassifUn trou noir est un objet compact au champ gravitationnel si intense qu'aucune matière ni aucun rayonnement ne peut s'en échapper. Puisque ces astres n'émettent aucune lumière, ils ne peuvent être... [...]

Lire la suite

trou noir supermassifUn trou noir est un objet compact au champ gravitationnel si intense qu'aucune matière ni aucun rayonnement ne peut s'en échapper. Puisque ces astres n'émettent aucune lumière, ils ne peuvent être... [...]

Lire la suite