Consommer du café réduit significativement le risque de maladies hépatiques chroniques

consommation cafe reduit risques maladies hapatiques chroniques couv
| Getty

Le café est une boisson consommée par des dizaines de millions de personnes chaque jour et, en plus de son effet énergisant, il protègerait également les consommateurs contre les maladies chroniques du foie. En effet, une équipe de chercheurs a récemment montré que la consommation quotidienne de café instantané ou moulu entraînait une réduction significative du risque de maladies hépatiques chroniques par rapport aux non-buveurs.

Boire du café caféiné (moulu ou instantané) ou décaféiné est associé à un risque réduit de développer une maladie hépatique chronique et des affections hépatiques associées, selon une étude publiée dans la revue BMC Public Health. Des chercheurs des universités de Southampton et d’Édimbourg, au Royaume-Uni, ont découvert que la consommation de tout type de café était associée à un risque réduit de développer et de mourir d’une maladie chronique du foie par rapport à la non-consommation de café, le bénéfice maximum se situant entre trois et quatre tasses par jour.

Les auteurs ont étudié les données de la UK Biobank sur 495 585 participants ayant une consommation de café connue, qui ont été suivis pendant une durée médiane de 10.7 ans pour surveiller le développement de maladie hépatique chronique et d’affections hépatiques associées. De tous les participants inclus dans l’étude, 78 % (384 818) ont consommé du café moulu ou instantané ou du café décaféiné, tandis que 22 % (109 767) n’ont bu aucun type de café.

Une réduction significative du risque de maladies hépatiques chroniques

Au cours de la période d’étude, il y a eu 3600 cas de maladie hépatique chronique, dont 301 décès. De plus, il y a eu 5439 cas de maladie hépatique chronique ou de stéatose (une accumulation de graisse dans le foie également connue sous le nom de stéatose hépatique) et 184 cas de carcinome hépatocellulaire, un type de cancer du foie.

À LIRE AUSSI :
Découverte de variantes génétiques rares réduisant considérablement les risques d'obésité

Par rapport aux non-buveurs de café, les buveurs de café présentaient un risque réduit de 21% de maladie hépatique chronique, un risque réduit de 20% de stéatose hépatique et un risque réduit de 49% de décès par maladie hépatique chronique. Le bénéfice maximal a été observé dans le groupe qui a consommé du café moulu, qui contient des niveaux élevés d’ingrédients Kahweol et cafestol, qui se sont avérés bénéfiques contre les maladies chroniques du foie chez les animaux.

resultats etude cafe foie
Diagramme-forêt montrant l’association entre la consommation de tous types de café et la survenue de maladies chroniques du foie (CLD), de stéatoses, de carcinomes hépatocellulaires (HCC) et la mortalité due aux maladies hépatiques chroniques. © Oliver J. Kennedy

Le café instantané, qui a de faibles niveaux de Kahweol et de cafestol, a également été associé à une réduction du risque de maladie hépatique chronique. Alors que la réduction du risque était plus faible que celle associée au café moulu, les résultats peuvent suggérer que d’autres ingrédients, ou potentiellement une combinaison d’ingrédients, peuvent être bénéfiques.

Une étude à approfondir

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Oliver Kennedy, l’auteur principal, indique que « le café est largement accessible et les avantages que nous constatons dans notre étude pourraient signifier qu’il pourrait offrir un traitement préventif potentiel pour les maladies chroniques du foie. Cela serait particulièrement utile dans les pays à faible revenu et à plus mauvais accès aux soins de santé, et là où le fardeau des maladies chroniques du foie est le plus élevé ».

Les auteurs avertissent que, comme la consommation de café n’a été signalée que lorsque les participants se sont inscrits pour la première fois dans l’étude, l’étude ne tient compte d’aucun changement dans la quantité ou le type de café qu’ils ont consommé au cours de la période d’étude de 10.7 ans. Comme les participants étaient majoritairement blancs et issus d’un milieu socio-économique plus élevé, les résultats peuvent être difficiles à généraliser à d’autres pays et populations.

À LIRE AUSSI :
Des pesticides responsables de lésions cérébrales chez les enfants

Les auteurs suggèrent que de futures recherches pourraient tester la relation entre le café et les maladies du foie avec un contrôle plus rigoureux de la quantité de café consommée. Ils proposent également de valider leurs résultats auprès de groupes de participants plus diversifiés.

Sources : BMC Public Health

Laisser un commentaire