Depuis ses révélations concernant les scandales d’écoute de masse des populations par la CIA, l’ex-expert en sécurité informatique Edward Snowden est régulièrement consulté pour ses opinions concernant les décisions gouvernementales sur l’ensemble du globe, et leurs répercussions sur les habitants. Shane Smith l’a ainsi interviewé sur la pandémie actuelle causée par le coronavirus SARS-CoV-2, et les mesures prises par les autorités mondiales pour endiguer sa propagation. 

L’avenir est peut-être imprévisible, mais pas les pandémies mondiales. Il n’y a pas un seul gouvernement sur la planète qui n’ait été averti, à plusieurs reprises, qu’à un moment donné une pandémie virale balayerait le globe, causant des morts et des perturbations économiques. Et pourtant, la plupart n’ont pas réussi à se préparer au nouveau coronavirus. C’est en substance les propos du lanceur d’alerte mondialement connu Edward Snowden.

« Tous les universitaires, tous les chercheurs qui ont examiné cette question savaient que cela allait arriver. Pourtant, lorsque nous en avions besoin, le système nous a fait défaut, et il nous a complètement fait défaut », déclare Edward Snowden. Snowden est le premier invité de la nouvelle série « Shelter in Place » qui débute sur VICE TV, et qui examine la réponse mondiale à COVID-19 et son impact durable dans le monde.

À l’heure où des entreprises comme Google et Facebook utilisent les données de leurs utilisateurs pour établir des cartographies du confinement, et que plusieurs opérateurs téléphoniques mondiaux collaborent avec différentes autorités publiques, dont la Commission Européenne, en partageant les données de géolocalisation de leurs clients, Snowden revient sur l’utilisation de ces données et leur traitement post-pandémie.

Smith : Pourquoi semble-t-il que nous soyons si mal préparés ?

Snowden : Il n’y a rien de plus prévisible comme crise de santé publique dans un monde où nous vivons les uns sur les autres dans des villes surpeuplées et polluées, qu’une pandémie. Et chaque universitaire, chaque chercheur qui a étudié cela savait que cela allait arriver. Et en fait, même les agences de renseignement, je peux vous le dire avec assurance, car elles lisaient les rapports, planifiaient des pandémies en avance.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Les régimes autocratiques sont-ils mieux à même de gérer de telles choses que les régimes démocratiques ?

Je ne pense pas. Je veux dire, certains avancent que la Chine peut faire des choses que les États-Unis ne peuvent pas faire. Cela ne signifie pas que ce que font ces pays autocratiques est en fait plus efficace.

Sur le même sujet : COVID-19 : Huit opérateurs téléphoniques européens partageront la géolocalisation de leurs clients

Si vous regardez des pays comme la Chine, où les cas semblent s’être stabilisés, à quel point pouvons-nous croire que ces chiffres sont vrais ?

Je ne pense pas que ce soit possible. En particulier, nous voyons le gouvernement chinois travailler récemment pour expulser les journalistes occidentaux précisément à ce moment où nous avons besoin d’informations indépendantes crédibles dans cette région.

Il semble que le coronavirus soit peut-être la plus grande question de l’ère moderne autour des libertés civiles, du droit à la vie privée. Pourtant, personne ne pose cette question.

À mesure que l’autoritarisme se répand, que les lois d’urgence se multiplient, que nous sacrifions nos droits, nous sacrifions également notre capacité à arrêter le glissement dans un monde moins libéral et moins libre. Croyez-vous vraiment que lorsque la première vague, cette deuxième vague, la 16e vague du coronavirus seront des événements oubliés depuis longtemps, que ces mesures ne seront pas conservées ? Que ces ensembles de données ne seront pas conservés ? Peu importe comment elles sont utilisées, ce qui se construit actuellement est l’architecture de l’oppression.

L’épisode complet de Shelter in Place, comprenant l’interview d’Edward Snowden :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.