Bien que l’Homme parcoure les océans depuis des centaines d’années, leurs profondeurs nous sont encore majoritairement inconnues. Les missions d’exploration sous-marines ne cessent de découvrir les richesses que cachent les fonds océaniques, et c’est l’un de ces trésors que des scientifiques ont récemment découvert à proximité de la côté américaine atlantique : un gigantesque récif corallien. 

À seulement 260 km de la côte de Charleston (Caroline du sud), les scientifiques ont découvert une série de récifs coralliens qui, combinés, ont une longueur totale de 155 km. Selon les experts, cet énorme récif corallien aurait commencé à se développer depuis aussi longtemps que les premiers Homos sapiens foulent la Terre.

« Cette découverte change ce que nous pensions à propos de l’existence de coraux le long de la Côte Est des États-Unis » confie Erik Cordes, biologiste à l’université Temple et chef scientifique de l’expédition.

« Et la fonction des récifs coralliens, en termes de recyclage et de nutriments, est crucial pour alimenter l’activité de surface et la pêche desquelles on dépend. Cette découverte modifie déjà nos modèles prédictifs concernant les coraux. Cela va inexorablement mener à d’autres découvertes dans la région une fois que nous aurons traité toutes ces informations. Ce qui pourrait prendre des mois, voire des années » ajoute-t-il.

Sur le même sujet :

Les coraux vivant au fond de l’océan produisent leur propre lumière pour survivre

Au-delà de l’aspect purement scientifique, l’existence de ces récifs coralliens implique aussi une importante dimension écologique. À l’heure où l’administration Trump souhaite autoriser l’industrie pétrolifère à forer le long des côtes, les chercheurs espèrent convaincre les autorités d’éviter certaines zones qui doivent être protégées.

deep search bateau submersible

Dans le cadre du projet scientifique DEEP SEARCH, les chercheurs parcourent les fonds-marins grâce à des submersibles spécialement équipés. Sur cette photo, le submersible Alvin est prêt à plonger. Crédits : BOEM, USGS, NOAA.

La découverte a été réalisée dans le cadre du projet DEEP SEARCH ; un projet sur cinq ans destiné à explorer les fonds marins des côtes de la Virginie et de la Caroline du sud et du nord. Le site Internet du projet définit ainsi ses objectifs comme l’exploration des « récifs coralliens en profondeurs, des grands canyons sous-marins et des populations sous-marines reposant sur l’énergie provenant des gaz naturels plutôt que sur l’énergie solaire ».

Des scientifiques de la NOAA, du Bureau of Ocean Energy Management (BOEM) et de l’US Geological Survey parcourent ainsi les côtes, par périodes de 15 jours, sur le bateau d’exploration Atlantis.

Quotidiennement, ils explorent les fonds marins grâce à Alvin, un submersible spécifiquement équipé pour la mission. Leur curiosité a été attirée par une découverte réalisée par les scientifiques du bateau Okeanos un mois avant : des monticules de ce qui s’est révélé être des débris de coraux, avec du corail vivant se développant au sommet.

Cette vidéo timelapse montre l’immersion d’Alvin au milieu du récif corallien :

« Nous pensions que la structure était surtout composée de roches, avec un peu de corail vivant au dessus » explique Cordes. « Mais en réalité, nous étions face à des structures presque exclusivement constituées de coraux, se développant depuis des milliers, voire des centaines de milliers d’années. Nous n’avons trouvé aucun rocher, seulement des coraux s’étendant sur des kilomètres et des kilomètres ».

Grâce à Alvin, les scientifiques en ont également profité pour recueillir des échantillons afin de les étudier plus en détail en laboratoire. Cette découverte intervient au moment où la Maison Blanche propose de lever l’interdiction sur le forage des fonds océaniques. Les baux de forage seraient ainsi rétablis ; proposition qui a reçu l’opposition de plus de 140 municipalités.

alvin echantillon coraux

Les scientifiques ont pu prélever des échantillons de coraux afin de les étudier pour mieux comprendre leur distribution. Ici, Alvin prélève un échantillon de Lophelia pertusa. Crédits : Woods Hole Oceanographic Institution

En janvier, l’administration Trump avait présenté un plan visant à autoriser les entreprises à forer dans les eaux continentales américaines, y compris dans les zones protégées des océans Atlantique et Arctique.

Le BOEM a identifié environ 47 zones où des entreprises pourraient acheter le droit de forer entre 2019 et 2024. Les lieux de forage potentiels ne sont pas encore clairement identifiés et les études du BOEM permettent de déterminer quelles sont les zones les plus vulnérables.

Selon Cordes, le récif corallien nouvellement découvert est l’une de ces zones. « L’objectif de ce projet est de découvrir de nouveaux et fragiles habitats, et d’en faire une priorité pour le BOEM dans le cas où ils seraient ouverts au forage » explique-t-il. « Il est crucial de savoir où ces endroits se trouvent, car les entreprises pourraient forer directement sur des récifs coralliens jusqu’alors inconnus ».

Source : The Washington Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.