8.1K Partages

Les océans sont loin d’avoir livré tous leurs secrets aux scientifiques. Sous les grandes étendues des eaux océaniques salées peuvent se cacher des eaux plus douces. C’est la découverte effectuée par une équipe de géologues dans l’océan Atlantique, non loin des côtes américaines. Les relevés ont mis en évidence l’existence d’un gigantesque réservoir d’eau douce souterraine ; de telles structures pourraient, selon les chercheurs, être répandues dans plusieurs régions du monde, constituant une immense réserve d’eau pour les populations.

Sous les eaux salées de l’Atlantique Nord, les géologues ont découvert un réservoir géant d’eau douce, au large de la côte américaine. Bien que la taille de cet énorme réservoir soit surprenante, elle n’est pas totalement inattendue. Les signaux indiquant la présence d’eau douce ont été détectés pour la première fois dans les années 1970, mais jusqu’à présent, personne ne soupçonnait que cet immense réservoir emprisonné dans des roches poreuses pourrait couvrir presque toute la longueur du nord-est des États-Unis.

« Nous savions qu’il y avait de l’eau douce là-bas dans des endroits isolés, mais nous ne connaissions ni l’étendue ni la géométrie » déclare la géologue Chloe Gustafson de l’Université Columbia. En 2015, certains des collègues chercheurs de Gustafson ont mené une étude pilote au large des côtes du New Jersey et de Martha’s Vineyard, dans le Massachusetts. À l’aide d’un récepteur électromagnétique déployé à partir du navire de recherche Marcus G. Langseth, l’équipe cherchait à recenser les gisements d’eaux souterraines en mer, enfouis dans des sédiments sous les plateaux continentaux.

Un réservoir détecté grâce aux ondes électromagnétiques

Des prospections menées par des compagnies pétrolières dès les années 1970 avaient parfois permis de découvrir de l’eau douce lors du forage du combustible fossile. Les scientifiques savaient donc qu’il y avait quelque chose là-bas, mais les données disponibles étaient rares. Pour remédier à cela, l’équipage de recherche du Marcus G. Langseth a inspecté les deux sites de la côte nord-est pendant 10 jours, à la recherche de signes de conductivité électrique dans les eaux situées sous le navire.

ondes em reservoir

Les chercheurs ont utilisé un réseau de balises mesurant la conductivité des différentes couches d’eau au moyen d’ondes électromagnétiques afin de détecter le réservoir d’eau douce. Crédits : Chloe Gustafson et al. 2019

L’eau salée étant un conducteur d’ondes électromagnétiques (EM) plus efficace que l’eau douce, les récepteurs EM déployés au large des côtes ont permis aux chercheurs de cartographier l’étendue de l’aquifère mystérieux.

Les résultats, publiés dans une étude expliquant la première tentative détaillée de cartographie de ce réservoir géant, révèlent un système aquifère sous-marin principalement continu, couvrant au moins 350 km de la côte atlantique des États-Unis et contenant environ 2800 kilomètres cubes d’eau de très faible salinité.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.
carte reservoir eau

Même si les données EM ne permettent pas de connaître exactement l’étendue du réservoir d’eau douce (quadrillage jaune), celle-ci dépasse tout ce que les géologues soupçonnaient jusqu’à maintenant. Crédits : Chloe Gustafson et al. 2019

En raison de la nature de la technique de cartographie EM, les résultats restent quelque peu interprétatifs pour le moment, mais l’équipe en déduit que le cache d’eau douce de l’aquifère s’étend probablement du Delaware (au sud) jusqu’au New Jersey, New York, Connecticut, Rhode Island et Massachusetts. Les détails de la découverte ont été publiés dans la revue Scientific Reports.

Des réserves d’eau potentiellement dispersées à travers le monde

« Si nous considérons les extensions potentielles nord-est et sud-ouest au-delà de nos profils d’exploration, il pourrait y avoir bien plus d’eaux souterraines sous la partie nord-est du plateau continental de l’Atlantique, ce qui représente une ressource en eau douce qui rivalise avec les plus grands aquifères côtiers » expliquent les auteurs.

Sur le même sujet : Une nouvelle technologie low-cost permet de transformer l’eau de mer en eau douce grâce à l’énergie solaire

topologie geologie reservoir

Les réservoirs d’eau douce souterrains, comme celui mis en évidence par les auteurs, pourraient résulter de la fonte des glaces datant de la dernière période glaciaire. Crédits : Chloe Gustafson et al. 2019

Les chercheurs suggèrent que ce réservoir s’est constitué quand de grandes quantités d’eau de fonte de la dernière période glaciaire ont été piégées dans des sédiments rocheux. Pour utiliser l’eau à des fins de consommation, il faudrait d’abord la dessaler, car certaines de ces eaux seraient saumâtres (légèrement salées), en particulier les plus proches de la périphérie d’eau de mer.

L’existence de l’aquifère géant suggère que des systèmes d’eau souterraine similaires pourraient facilement être cachés dans d’autres régions du monde plus chaudes et sèches, comme la Californie, l’Australie ou le Moyen-Orient. « Cela pourrait s’avérer être une ressource importante dans d’autres régions du monde » déclare Gustafson.

Sources : Scientific Reports

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8.1K Partages
8.1K Partages
Partager via
Copier le lien