Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [+ supprimez la pub] [-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Des chercheurs auraient découvert où se « loge » le stress dans le cerveau humain

stress psychologique subjectif location cerveau
| AdobeStock

À l’heure actuelle, de nombreuses personnes sont soumises à une situation de stress, c’est indéniable. Mais bien que la sensation subjective de stress soit omniprésente et apparemment un élément incontournable de la condition humaine, il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas sur la manière dont nos sentiments se produisent.

Lorsque nous subissons un stress physiologique, comme la douleur, la faim ou tout autre stress physique immédiat, l’hypothalamus déclenche la production d’hormones appelées glucocorticoïdes à partir de nos glandes surrénales, aidant à réguler notre réponse au stress.

Mais qu’en est-il du stress subjectif, que nous pourrions autrement considérer comme un stress émotionnel ou psychologique ? Où exactement, ces sentiments négatifs de pression, d’anxiété et de pressentiment se situent-ils dans le cerveau ? À l’heure actuelle, les scientifiques n’en sont pas certains, mais des recherches antérieures ont indiqué que les sentiments de stress subjectif ou émotionnel (ci-après simplement « stress ») ne sont pas toujours liés au stress physiologique, ce qui suggère que les origines neurobiologiques du stress pourraient se trouver ailleurs.

Quant à savoir où cela pourrait se situer exactement dans le cerveau, de nombreuses preuves chez les animaux et les humains indiquent des mécanismes impliquant l’hippocampe : une région du cerveau qui aide à réguler la mémoire, les émotions et la navigation. Bien que les liens de l’hippocampe avec le stress aient été très étudiés, la nature de ces derniers reste floue.

Dans une nouvelle étude, des scientifiques de l’Université de Yale ont examiné de plus près ce qui se passe, nous donnant une nouvelle perspective sur la manière dont les fondements neurologiques du stress fonctionnent à l’intérieur du cerveau humain.

Les chercheurs ont recruté 60 adultes en bonne santé et leur ont montré une série d’images hautement aversives et menaçantes conçues pour produire une forme de réponse au stress (comme la colère, le dégoût, la peur et la tristesse), alternées avec diverses scènes neutres, conçues pour les aider à se détendre. Au cours de l’expérience, les participants ont vu leur activité cérébrale mesurée par imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), et ont également évalué dans quelle mesure ils se sentaient stressés et éveillés à partir de chaque ensemble d’images auxquelles ils ont été confrontés.

stress psychologique subjectif location cerveau
Réseaux de neurones émanant de l’hippocampe : les lignes rouges montrent les connexions à l’hypothalamus, prédisant des niveaux de stress plus élevés, tandis que les lignes bleues représentent les connexions au cortex frontal latéral dorsal, prédisant un stress plus faible. Crédits : Université de Yale

Lorsque l’équipe de chercheurs a analysé les résultats, ils ont constaté qu’une activité plus élevée liant l’hippocampe à l’hypothalamus, au cortex parahippocampique et au gyrus temporal inférieur, correspondait à un sentiment de stress accru chez les participants. Ceci, expliquent les chercheurs, était un exemple de réseau positif en matière d’expérience, où une plus grande activité équivalait à des niveaux de stress plus élevés.

À LIRE AUSSI :
Cancer : une technique basée sur CRISPR détruit efficacement les cellules cancéreuses

En revanche, la connectivité de l’hippocampe avec le cortex préfrontal dorsolatéral, le gyrus postcentral et le cervelet, constituaient un réseau négatif, avec une activité accrue entre ces grappes indiquant que les participants étaient moins stressés dans l’expérience.

Vous aimerez également : De quelles manières le stress chronique modifie-t-il le cerveau et comment s’en prémunir ?

De ce fait, les chercheurs ont constaté que le niveau de stress global des participants est déterminé par une interaction adaptative de l’activité entre ces deux réseaux, qui se combinent à la fois pour susciter et atténuer le stress qu’ils ressentent. « Malgré les rôles distincts de ces réseaux, nos résultats suggèrent que les individus ont engagé des réseaux positifs et négatifs de manière adaptative pour atténuer les sentiments de stress », expliquent les chercheurs dans leur étude. « C’est-à-dire que les participants avaient une connectivité plus élevée avec les réseaux négatifs (dont la force prédisait un sentiment moins stressé), mais, en même temps, avaient une connectivité plus faible avec les réseaux positifs ».

À LIRE AUSSI :
L'ACE2 soluble, un traitement prometteur contre la COVID-19 ?

Bien entendu, nous avons encore beaucoup de choses à apprendre et à découvrir pour réellement comprendre la manière dont l’hippocampe régule le stress, sans parler des autres mécanismes neurobiologiques qui y contribuent très certainement. Cependant, les chercheurs restent optimistes et pensent que ces découvertes pourraient un jour aider à développer de futurs traitements contre le stress : « Ces résultats peuvent nous aider à adapter l’intervention thérapeutique à plusieurs cibles, comme l’augmentation de la force des connexions de l’hippocampe au cortex frontal ou la diminution de la signalisation vers les centres de stress physiologique », explique Rajita Sinha, chercheuse principale et neuroscientifique.

Sources : Nature Communications, Neuropsychopharmacology

Plus d'articles
voyage temporel passé sans paradoxes théoriquement possible couv
Le voyage temporel dans le passé (sans paradoxes) serait théoriquement possible