Les scientifiques auraient enfin découvert pourquoi les menstruations peuvent être si douloureuses

regles menstruations douleurs crampes
| BBC
Écoutez la version audio de l'article en vous abonnant !

Les chercheurs expliquent pourquoi la douleur et le syndrome prémenstruel (SPM) peuvent être si importants chez certaines femmes. Dans une vaste étude menée en 2016, les scientifiques ont découvert un lien entre un biomarqueur de l’inflammation et la gravité du syndrome prémenstruel, ce qui suggère qu’une inflammation aiguë pourrait déclencher toutes les crampes et les ballonnements.

Les chercheurs savent depuis longtemps que les médicaments anti-inflammatoires peuvent grandement aider à soulager la douleur durant les menstruations. Cependant, il s’agit de la première étude à grande échelle ayant identifié un lien biologique entre l’inflammation et le syndrome prémenstruel.

Cette étude pourrait un jour permettre d’aider les scientifiques à trouver des traitements plus efficaces que les analgésiques en vente libre que nous utilisons massivement actuellement.

Après avoir interrogé 2939 femmes aux États-Unis, une équipe de l’Université de Californie, à Davis, a montré qu’il existait une corrélation importante entre la sévérité du syndrome prémenstruel et la présence d’une protéine C-réactive à haute sensibilité (hs-CRP).

Vous aimerez également :
Voici les 10 traitements médicaux les plus surutilisés selon les scientifiques

La Hs-CRP est un biomarqueur de l’inflammation dans le corps, de sorte que les chercheurs suggèrent que plus il y a de ces protéines dans le corps, plus il est probable que l’inflammation se développe et que le syndrome prémenstruel chez une femme soit douloureux.

« Le syndrome prémenstruel, les crampes abdominales et les maux de dos, les envies d’appétit, la prise de poids, les ballonnements et les douleurs mammaires, en excluant les maux de tête, semblent significativement et positivement liés aux taux élevés de hs-CRP, un marqueur biologique de l’inflammation », rapportent les chercheurs dans le Journal of Women’s Health.

Il s’agit d’une problématique importante. En effet, environ 80% des femmes déclarent souffrir du syndrome prémenstruel. Pourtant, que très peu de recherches ont été effectuées sur le sujet, ses causes ou encore ses options de traitement potentielles.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs viennent de recenser plus de 140 000 espèces de virus dans nos intestins !

En ce moment, les meilleures options disponibles sont de simples analgésiques en vente libre ou des anti-inflammatoires sur ordonnance. Cela signifie donc essentiellement que des millions de femmes à travers le monde n’ont guère d’autre choix que d’accueillir chaque mois, pendant la plus grande partie de leur vie, une mélange de crampes, de nausées, de vomissements et de dépression.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

En 2016, John Guillebaud, professeur de santé reproductive à l’University College London en Angleterre, a déclaré que la douleur pouvait s’apparenter à celle d’une crise cardiaque, ajoutant que le domaine de recherche est très négligé car « les hommes ne comprennent pas ce problème ».

Si nous pouvions en apprendre davantage sur les facteurs biologiques qui contribuent au syndrome prémenstruel, nous pourrions avoir une chance de développer de meilleurs traitements, ou du moins d’identifier ceux qui présentent un risque plus élevé. Déterminer le lien exact avec l’inflammation pourra donner aux scientifiques des indices sur ce qu’il faut examiner par la suite.

« Les résultats montrent également que les facteurs associés à chaque symptôme prémenstruel sont complexes, suggérant des mécanismes potentiellement différents pour les étiologies de certains symptômes… L’inflammation peut jouer un rôle mécaniste dans la plupart des cas, même si d’autres études longitudinales sont nécessaires », explique l’équipe de recherche.

Sources : Journal of Women’s Health, Quartz

Laisser un commentaire