Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [+ supprimez la pub] [-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

Cette créature ressemblant à un calmar géant en forme de trombone pouvait vivre plus de 200 ans

diplomoceras maximum trombone geant esperance vie 200 ans
Vue d'artiste de l'étonnant Diplomoceras maximum. | James McKay

Des chercheurs ont récemment découvert que le Diplomoceras maximum, un animal aquatique datant de la fin du crétacé et dont l’étrange coquille de 1,5 mètre de long ressemblait à un trombone, avait probablement une espérance de vie de plus de 200 ans, ce qui est très étonnant pour un céphalopode. L’animal vivait il y a environ 68 millions d’années, ce qui en fait un contemporain des grands dinosaures.

Selon de précédentes études, D. maximum était une ammonite — un groupe de mollusques céphalopodes aujourd’hui disparu — mais dont la biologie était peut-être davantage celle d’un céphalopode actuel. La forme de sa coquille fait étonnamment penser à celle d’un trombone. « Il est difficile de ne pas être envoûté », déclare Linda Ivany de l’université de Syracuse, à New York. « Il est aussi grand que moi ».

L’inhabituelle géométrie de la coquille de D. maximum rend difficile l’élucidation de sa biologie, mais Ivany et sa collègue, Emily Artruc, ont maintenant découvert des indices selon lesquels certains individus auraient pu avoir une très longue vie. Les preuves proviennent de signatures chimiques enfermées dans des échantillons prélevés à intervalles réguliers, le long d’une section de 50 centimètres de la coquille d’un spécimen de D. maximum.

Une coquille toujours plus longue, chaque année

Lorsqu’elle et Artruc ont examiné les isotopes de carbone et d’oxygène le long de la coquille, elles ont identifié un schéma répétitif dans les signatures isotopiques qui, selon elles, reflète le rejet annuel de méthane du fond de la mer. Ce motif annuel correspondait aux arêtes ou aux nervures sculpturales perpendiculaires à la longueur de la coquille. Cela suggère que D. maximum a évolué en bénéficiant d’une nouvelle côte à sa coquille, chaque année. « Ces coquilles se développent par accrétion, ajoutant une nouvelle côte chaque année », explique Ivany.

À LIRE AUSSI :
Des visons qui se sont échappés pourraient propager le coronavirus aux animaux sauvages

Étant donné qu’une coquille de 1,5 mètre de long contient plusieurs dizaines de côtes, cela conduit à une conclusion évidente : « Le seul scénario qui semble fonctionner est de définir l’âge de cet animal à 200 ans », déclare Ivany. Elle et sa collègue ont présenté leurs conclusions lors d’une réunion en ligne de la Société géologique d’Amérique (GSA) la semaine dernière.

Une espérance de vie inhabituelle pour un tel animal

À première vue, un mollusque de 200 ans peut sembler banal, étant donné que certains mollusques modernes peuvent vivre plus de deux fois plus longtemps. Mais D. maximum était un céphalopode, et tous les céphalopodes modernes ont une espérance de vie très courte. Les pieuvres et les calmars par exemple (et même les plus grands), ne vivent pas plus de 5 ans environ. Les nautiles, des céphalopodes à coquille, peuvent survivre jusqu’à la vingtaine. « Ce ne sont pas des centenaires », affirme Ivany.

À LIRE AUSSI :
Des momies découvertes il y a 400 ans livrent enfin leurs secrets grâce à la tomodensitométrie

Pourquoi D. maximum aurait-il pu avoir une si longue durée de vie ? Il vivait autour de l’Antarctique, où la nourriture devait être difficile à trouver pendant le long et sombre hiver. Ivany spécule que l’ammonite aurait pu avoir un métabolisme lent pour faire face à la situation, et bénéficier d’une longue espérance de vie comme effet secondaire.

Une autre possibilité serait qu’une grande longévité aurait été une adaptation permettant de maximiser les chances de se reproduire avec succès dans un environnement aussi difficile. Quoi qu’il en soit, ces nouvelles preuves concernant la longévité permettront de mieux comprendre le mode de vie de ce trombone vivant, explique Ivany.

Plus d'articles
est-il possible d'augmenter son QI couv
Est-il possible d’augmenter son QI ?