La disparition de Néandertal pourrait être liée à une inversion des pôles magnétiques

disparition neandertal pourrait liee inversion poles magnetiques
| Ellen11/Getty

Bien que les données archéologiques concernant Néandertal se soient accumulées au cours des dernières années, permettant aux archéologues et anthropologues de brosser un tableau plus précis de cet ancien peuple, les causes de la disparition des néandertaliens demeurent toujours incertaines. En s’appuyant sur des relevés géophysiques et atmosphériques datant de plus de 40’000 ans, des chercheurs ont récemment proposé que cette disparition puisse être en partie due aux conséquences d’une inversion des pôles magnétiques terrestres. 

Le basculement des pôles magnétiques de la Terre, conjugué à une baisse de l’activité solaire il y a 42’000 ans, aurait pu générer un environnement apocalyptique qui aurait joué un rôle dans des événements majeurs, allant de l’extinction de la mégafaune à la fin des néandertaliens, selon les chercheurs.

Le champ magnétique terrestre agit comme un bouclier protecteur contre les rayonnements cosmiques nocifs, mais lorsque les pôles changent, comme cela s’est produit à plusieurs reprises dans le passé, le bouclier protecteur s’affaiblit considérablement et laisse la planète exposée à des particules de haute énergie.

L’événement Adams : un impact planétaire non négligeable

Une inversion temporaire des pôles, connue sous le nom d’excursion de Laschamps, s’est produite il y a 42’000 ans et a duré environ 1000 ans. Des travaux antérieurs ont trouvé peu de preuves que l’événement avait eu un impact profond sur la planète, peut-être parce que l’accent n’avait pas été mis sur la période pendant laquelle les pôles se déplaçaient réellement, selon l’étude.

Aujourd’hui, les scientifiques affirment que l’inversion, associée à une période de faible activité solaire, aurait pu être à l’origine d’un vaste éventail de phénomènes climatiques et environnementaux aux ramifications dramatiques. « Cela aurait probablement semblé à une fin apocalyptique », déclare le professeur Chris Turney de l’Université de New South Wales.

À LIRE AUSSI :
L’océan austral devient officiellement le cinquième océan de la planète !
evolution champ magnetique inversion poles
Graphiques montrant l’évolution du champ magnétique, de l’activité solaire et des rayonnements cosmiques sur la planète lors de l’inversion des pôles magnétiques, il y a 42’000 ans. Cette conjonction de plusieurs phénomènes aurait entraîné d’importants changements climatiques ayant contribué à la disparition de Néandertal. © Alan Cooper et al. 2021

L’équipe a appelé cette période « l’événement Adams », un clin d’œil à Douglas Adams, l’auteur du Guide du voyageur intergalactique dans lequel 42 était considéré comme la « réponse à la question ultime de la vie, de l’univers et du reste ». Dans la revue Science, Turney et ses collègues décrivent comment ils ont effectué des analyses au radiocarbone des anneaux d’anciens arbres kauri préservés dans les zones humides du nord de la Nouvelle-Zélande, dont certains avaient plus de 42’000 ans.

Excursion de Laschamp : un contexte de forts incidents climatiques

Cela leur a permis de suivre au fil du temps l’augmentation des niveaux de carbone 14 dans l’atmosphère, produite par des niveaux croissants de rayonnement cosmique de haute énergie atteignant la Terre pendant l’excursion de Laschamps. En conséquence, ils ont pu dater les changements atmosphériques avec plus de détails que ceux offerts par les documents précédents, tels que les gisements minéraux.

Ils ont ensuite examiné de nombreux sites et matériaux du monde entier, y compris des carottes de lacs et de glace, et ont constaté qu’une foule de changements environnementaux majeurs se produisaient en même temps que les niveaux de carbone 14 atteignaient un sommet. « Nous voyons cette croissance massive de la calotte glaciaire en Amérique du Nord… Nous voyons les ceintures de pluie tropicale dans le Pacifique ouest se déplacer de façon spectaculaire à ce stade, puis aussi les ceintures de vent dans l’océan sud et un dessèchement en Australie », indique Turney.

Les chercheurs ont également utilisé un modèle pour examiner comment la chimie de l’atmosphère pourrait changer si le champ magnétique terrestre diminuait et s’il y avait une période prolongée de faible activité solaire, ce qui aurait encore réduit la protection de la Terre contre le rayonnement cosmique.

Les analyses de carottes de glace suggèrent que de telles baisses de l’activité solaire, connues sous le nom de « grands minima solaires », ont coïncidé avec l’excursion de Laschamps. Les résultats révèlent que les changements atmosphériques auraient pu entraîner d’énormes changements dans le climat, des orages et des aurores colorées étendues.

À LIRE AUSSI :
COVID : les mesures de confinement ont réduit de 95 000 les décès liés à la pollution atmosphérique

Un lien avec la fréquentation des grottes et l’essor de l’art rupestre ?

Outre les changements environnementaux susceptibles d’accélérer la croissance des calottes glaciaires et de contribuer à l’extinction de la mégafaune australienne, l’équipe suggère qu’ils pourraient également être liés à l’émergence d’empreintes de mains avec de l’ocre rouge, l’hypothèse étant que les humains peuvent avoir utilisé le pigment comme un écran solaire contre les niveaux accrus de rayonnement ultraviolet frappant la Terre en raison de l’appauvrissement de l’ozone.

Ils suggèrent également que l’augmentation de l’utilisation des grottes par nos ancêtres à cette époque, ainsi que l’essor de l’art rupestre, pourraient être dûs au fait que les espaces souterrains offraient un abri contre les conditions difficiles. La situation a peut-être également stimulé la concurrence, contribuant potentiellement à la fin des néandertaliens.

Une hypothèse relativement compatible avec les données actuelles

Le champ magnétique terrestre s’est affaibli d’environ 9% au cours des 170 dernières années, et les chercheurs affirment qu’une autre inversion pourrait être envisagée. Richard Horne, responsable de l’espace, de la météo et de l’atmosphère au British Antarctic Survey, précise que les changements chimiques dans la haute atmosphère prédits par l’étude correspondaient à ce qui avait été mesuré à la station de recherche Halley en Antarctique pendant des événements forts mais de courte durée au cours desquels des particules énergétiques ont été émises par le Soleil.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Anders Svensson de l’Université de Copenhague, cependant, indique que les carottes de glace du Groenland et de l’Antarctique ne montrent aucune preuve d’un changement climatique dramatique survenu à l’époque de l’excursion de Laschamps, mais cela n’exclut pas que cela ait eu un impact. « Les changements dans la couche d’ozone et l’impact de l’augmentation du rayonnement UV sur les humains ne sont pas quelque chose que nous pouvons confirmer ou rejeter à partir des carottes de glace ».

À LIRE AUSSI :
Cinq millions d'années de changement climatique préservées au même endroit

Chris Stringer, qui étudie les origines humaines au Natural History Museum de Londres, déclare que le travail était important. Il précise que l’utilisation accrue des grottes comme abris est plausible, mais que le lien avec une augmentation de l’art rupestre est moins convaincant, car des peintures de porcs étaient apparemment produites à Sulawesi, en Indonésie, bien avant l’excursion de Laschamps.

« Les auteurs font également un lien avec l’extinction physique des néandertaliens il y a environ 40’000 ans, et je pense que cela aurait certainement pu contribuer à leur disparition. Mais ils ont survécu plus longtemps et se sont étendus plus largement que la seule Europe, et nous avons une très mauvaise idée du moment de leur disparition finale dans des pans de l’Asie », conclut Stringer.

Sources : Science

Laisser un commentaire