2.3K Shares

Elon Musk continue de propulser sa société d’aérospatiale SpaceX toujours plus haut, et dévoile ses futurs plans pour la Lune. Avec son nouveau lanceur Starship, l’entreprise prévoit de développer l’exploration lunaire ainsi que le tourisme spatial. Dans une série de tweets récents, Musk a révélé de nombreuses informations sur ce projet.

Pour Elon Musk et SpaceX, la société qu’il a fondée pour relancer l’exploration spatiale, beaucoup dépend de la création du Starship. Ce lanceur de charge élevée, qui a considérablement évolué au cours des dernières années, remplacera éventuellement le Falcon 9 et le Falcon Heavy en tant que pilier de la flotte SpaceX. Une fois opérationnel, il facilitera également les missions sur la Lune et, éventuellement, sur Mars.

Une fois encore, Elon Musk a utilisé sa plate-forme de réseaux sociaux de choix pour partager les derniers détails sur les progrès du Starship. Après avoir partagé une série de tweets qui a débutée le jeudi 31 janvier, la société a commencé les essais de mise à feu du moteur Raptor dans son installation de développement et d’essais des fusées située à McGregor, au Texas, et poursuit actuellement sa première mission.

Le Raptor est un moteur de fusée réutilisable à combustion par étapes, alimenté par du méthane et de l’oxygène liquide cryogénique (LOX), plutôt que par la combinaison kérosène et LOX (RP1) qui alimente les fusées Merlin, utilisées par la famille de fusées Falcon. Une fois terminé, le vaisseau comptera sept moteurs Raptor, chacun fournissant deux fois plus de poussée que le Merlin 1D utilisé par le Falcon 9.

Musk a publié deux photos du moteur du Raptor, accompagnées de la légende « Préparation au démarrage du moteur du vaisseau spatial Raptor ». En plus des photos, Musk a profité de l’occasion pour partager certaines spécifications. Par exemple, il a indiqué que la version actuelle du moteur est simplifiée par rapport aux versions ultérieures et adaptées à la vitesse :

« Initialement, il s’agit de créer un moteur développant une poussée de 200 tonnes sur l’ensemble du vaisseau et du propulseur pour atteindre la Lune aussi rapidement que possible. Les prochaines versions seront scindées en optimisation du vide (ISP de plus de 380 s) et optimisées pour la poussée au niveau de la mer (~ 250 tonnes) ».

Musk fait ici allusion à la première mission avec équipage du vaisseau spatial, qui devrait avoir lieu en 2023. Selon le plan qu’il annoncé en septembre, ce vol inaugural réunira le créateur de mode et conservateur d’art japonais Yusaku Maezawa et un groupe d’artistes pour un voyage autour de la Lune.

Cette mission, le projet #dearmoon, sera le premier vol privé lunaire pour passagers de l’histoire, et vise à contribuer au financement du développement du vaisseau spatial. Le vol durera une semaine entière. Cette mise à jour a été suivie le 2 février par Musk, qui a tweeté une photo de lui-même se tenant à côté du moteur et annonçant qu’il était parvenu aux installations de McGregor.

Sur le même sujet : Elon Musk dévoile le vaisseau spatial qui conduira ses passagers à destination de Mars

Le lendemain, Musk a publié deux autres tweets du moteur Raptor en cours de test. Les deux segments vidéo montrent le moteur en train de s’allumer et d’atteindre environ trois secondes de poussée nette avant d’être coupé. Comme on peut le voir sur les vidéos, le test consistait en une démonstration spectaculaire de lumière et de son.

Parmi les autres changements récemment partagés par Musk au cours des dernières semaines, il y a le fait que la première phase du système de lancement (le Super Heavy) pouvait initialement voler avec moins de 31 moteurs Raptor (comme proposé à l’origine). Selon Musk, le raisonnement derrière cela est que l’entreprise doit réduire ses pertes « au cas où il exploserait ».

spacex spaceship cargo

Vue d’artiste du vaisseau Starship déployant un cargo en orbite basse terrestre. Crédits : SpaceX

Musk a également indiqué que la conception des propulseurs du système de contrôle de la réaction (RCS) du vaisseau spatial serait simplifiée. Lorsqu’on lui a demandé s’il envisageait toujours d’utiliser du méthalox pour les alimenter, il a tweeté : « Uniquement des propulseurs à gaz froid. Les volets de caisse et les moteurs principaux seront utilisés pour l’orientation à l’atterrissage, il n’y aura donc pas besoin d’un contrôle élevé de la réaction de poussée. Cela simplifie considérablement les choses ».

Tout cela suggère que Musk cherche à réduire les coûts et à faire progresser la production. Cela soulève également la question de savoir si cela a quelque chose à voir avec l’annonce récente selon laquelle SpaceX licenciera près de 10% de ses employés, tandis que Tesla licenciera de même 7% de ses effectifs.

Musk a attribué ce dernier facteur à la croissance constante de l’effectif de la société, ce qui a entraîné la duplication non souhaitée de certains postes. Toutefois, dans le cas de SpaceX, Musk a affirmé que les licenciements avaient été causés par les projets « absolument insensés » de la société, notamment Starlink (l’initiative SpaceX visant à fournir un accès Internet haut débit par satellite).

spacex starship alpha

Vue d’artiste du vaisseau Starship Alpha. Crédits : SpaceX

Ces dernières mises à jour interviennent également peu de temps après que Musk ait révélé que la conception de la coque du vaisseau avait été modifiée. Cela était évident lorsque la version miniature — le « Starship Alpha » — a été photographiée en train d’être assemblée pendant les vacances.

Grâce aux nombreux photographes amateurs et journalistes qui surveillaient le site de lancement de South Texas, il devint évident que le vaisseau spatial — comme son prototype — serait construit en acier inoxydable plutôt qu’en composite de carbone (comme il avait été proposé à l’origine). Musk l’a confirmé peu de temps après, et l’a répété le 31 janvier en tweetant :

« Pour être clair, je suis convaincu qu’un vaisseau en acier inoxydable sera plus léger que l’aluminium ou la fibre de carbone de pointe, en raison de sa résistance au poids par rapport à la température et de la réduction du besoin de protection thermique ».

Source : Ars Technica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager via
2.3K Shares
2.3K Shares