Abonnez-vous pour supprimer toute la publicité

Les émissions des 1% les plus riches représentent deux fois celles des 50% les plus pauvres

emissions 1 pourcent plus riches deux fois celles des 50 pourcent plus pauvres rocinha favela
Rocinha, une favela de Rio de Janeiro qui surplombe le riche quartier de São Conrado. | AHLN/flickr, CC BY

Une nouvelle analyse révèle que les pays les plus riches ont épuisé près d’un tiers du « budget carbone » de la Terre depuis 1990. Plus précisément, il a été démontré que seulement 1% des personnes les plus riches sont responsables de plus de deux fois plus de pollution par le carbone que la moitié la plus pauvre de la population mondiale — représentant 3,1 milliards de personnes.

Malgré une forte diminution des émissions de carbone due à la pandémie, le monde continue de se réchauffer de plusieurs degrés au cours de ce siècle, menaçant les nations pauvres et en développement de toute la gamme des catastrophes naturelles possibles et imaginables, pouvant mener jusqu’aux tant redoutés déplacements de populations.

Une nouvelle analyse publiée ce lundi par l’Oxfam a montré qu’entre 1990 et 2015, lorsque les émissions annuelles ont augmenté de 60%, les nations riches étaient responsables de l’épuisement de près d’un tiers du budget carbone de la Terre. Le budget carbone est la limite des émissions cumulées de gaz à effet de serre que l’humanité peut produire avant de rendre inévitable une hausse catastrophique des températures.

Seulement 63 millions de personnes, soit un pour cent, ont absorbé neuf pour cent du budget carbone depuis 1990, selon une recherche menée pour l’Oxfam par l’Institut de l’environnement de Stockholm. Soulignant une « inégalité de carbone » toujours plus grande, l’analyse a indiqué que le taux de croissance des émissions du « pour cent » était trois fois plus élevé que celui de la moitié la plus pauvre de l’humanité.

À LIRE AUSSI :
Un duo d'enzymes bactériennes se montre ultra efficace pour décomposer le plastique

Quand les « riches » menacent les « pauvres »…

« Ce n’est pas seulement que l’extrême inégalité économique divise nos sociétés, ce n’est pas seulement qu’elle ralentit le rythme de la réduction de la pauvreté », a déclaré à l’AFP Tim Gore, responsable de la politique, de la défense des intérêts et de la recherche. « Mais il y a aussi un troisième coût, celui d’épuiser le budget carbone uniquement pour les personnes déjà riches, qui augmentent leur consommation ». « Et cela a bien sûr les pires impacts sur les plus pauvres et les moins responsables », ajoute Gore.

emissions 1 pourcent plus riches deux fois celles des 50 pourcent plus pauvres graphique oxfam
Ce graphique montre la différence d’émissions de carbone en fonction du revenu. La ligne verte en pointillé montre la répartition des émissions de CO2 en 1990, tandis que la ligne rouge continue montre les émissions de CO2 en 2010. La population est disposée verticalement et la part des émissions mondiales de carbone est indiquée horizontalement. Crédits : Oxfam
Cliquez ici pour supprimer les publicités.

L’accord de Paris sur le climat de 2015 engage les nations à limiter la hausse de la température mondiale à une valeur inférieure à deux degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Mais les émissions ont continué à augmenter depuis lors, et plusieurs analyses ont averti que sans une économie mondiale profondément réorganisée et donnant la priorité à la croissance durable, les économies de pollution dues à la COVID-19 auront un effet modérateur insignifiant sur le changement climatique.

Avec un réchauffement de seulement 1 °C jusqu’à présent, la Terre est déjà confrontée à des incendies de forêt plus fréquents et plus intenses, à des sécheresses et à des super tempêtes rendues plus puissantes par la montée des eaux.

Sur le même sujet : Ces vingt entreprises sont responsables à elles seules d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre mondiales

Égalité économique et lutte contre le changement climatique

Selon Gore, les gouvernements doivent placer le double défi du changement climatique et de l’inégalité au cœur de tout plan de relance COVID-19. « Il est clair que le modèle de croissance économique à forte intensité de carbone et très inégalitaire des 20 à 30 dernières années n’a pas profité à la moitié la plus pauvre de l’humanité », a-t-il déclaré. « C’est une fausse dichotomie que de suggérer que nous devons choisir entre la croissance économique et (régler) la crise climatique ».

À LIRE AUSSI :
Le changement climatique réveille des « tempêtes zombies »

Commentant le rapport d’Oxfam, Hindou Oumarou Ibrahim, militante de l’environnement et présidente de l’Association des femmes et des peuples indigènes du Tchad, a déclaré que le changement climatique ne pouvait être combattu sans donner la priorité à l’égalité économique.

« Mes peuples indigènes ont longtemps supporté le poids de la destruction de l’environnement », a déclaré Ibrahim. « Il est maintenant temps d’écouter, d’intégrer nos connaissances et de donner la priorité à la sauvegarde de la nature pour nous sauver nous-mêmes ».

Source : Oxfam

Plus d'articles
sondage ligne
Maîtriser l’information : comment bien réaliser et analyser un sondage d’étude en ligne ?