Une nouvelle étude révèle que la 5G ne présente aucun impact néfaste notable sur la santé

5g sante
| Shutterstock

La technologie successeur de la 4G, la 5G, a commencé à être déployée à travers le monde l’année dernière, et ce déploiement continu encore cette année afin d’élargir le plus possible la couverture réseau pour la nouvelle génération de téléphones portables capables d’exploiter son signal. Bien que de nombreuses personnes soient inquiètes quant à ses effets sur la santé, le consensus scientifique se range majoritairement aux côtés de l’innocuité de la technologie. Une nouvelle étude de l’État de l’Oregon menée sur des poissons zèbres vient conforter l’avis de la communauté scientifique.

La technologie sans fil de cinquième génération, ou 5G, qui a commencé à être déployée dans le monde entier en 2019, offre une connectivité plus rapide et plus de bande passante, ce qui signifie des vitesses de téléchargement plus élevées. Mais parce que la technologie 5G est si nouvelle, on en sait peu sur les effets potentiels sur la santé de son rayonnement radio, qui est plus élevé que la norme industrielle actuelle 4G. L’étude de l’État de l’Oregon amène des débuts de réponse.

« Sur la base de notre étude, nous ne pensons pas que le rayonnement 5G soit si nocif. C’est principalement bénin », déclare Subham Dasgupta, biologiste des rayonnements au laboratoire de Robyn Tanguay dans l’État de l’Oregon.

Les chercheurs ont mené des recherches à l’aide de poissons zèbres embryonnaires, un organisme modèle souvent utilisé pour découvrir les interactions entre les facteurs de stress environnementaux et les systèmes biologiques. Le poisson zèbre et les humains ont des processus de développement similaires et sont similaires au niveau génomique, ce qui signifie que la recherche sur le poisson zèbre peut facilement être appliquée aux humains.

À LIRE AUSSI :
COVID : le coronavirus peut survivre sur un écran de smartphone pendant 28 jours

Technologie 5G : aucun impact notable sur la mortalité ou le développement embryonnaire

Dans l’étude, publiée dans la revue PLOS ONE, les chercheurs ont exposé un poisson zèbre embryonnaire pendant deux jours à un rayonnement radiofréquence de 3.5 GHz, la fréquence généralement utilisée par les téléphones portables compatibles 5G. Ils n’ont trouvé aucun impact significatif sur la mortalité, la formation des embryons ou la réponse comportementale des embryons au rayonnement. Ils ont trouvé un impact modeste sur un test qui mesure la réponse des embryons à un son soudain qu’ils étudieront plus avant.

resultats 5g
Les embryons de poisson zèbre ont été exposés à un fréquence de 3.5 GHz ~ 30 dBm RFR, à un taux d’absorption spécifique (SAR) ≈ 8.27 W/Kg. (A) Résumé des effets sur les embryons notés au cours de l’étude ; seule la réaction au bruit soudain (LSR) a constitué un impact notable. B) Aucune incidence notable sur la réponse larvaire photomotrice. C) Réponse notable lors de l’émission d’un bruit soudain. Crédits : Subham Dasgupta et al. 2020

Sur le même sujet : La future technologie 6G pourrait être jusqu’à 8000 fois plus rapide que la 5G

À LIRE AUSSI :
5G et santé : que sait-on ?

Les recherches futures se pencheront sur les effets du rayonnement 5G sur le même poisson zèbre utilisé dans l’étude au niveau des gènes et à mesure qu’ils se développent d’embryons à adultes, indique Dasgupta. Les chercheurs aimeraient également étudier les impacts des fréquences plus élevées et des niveaux d’exposition plus élevés sur le poisson zèbre pour suivre le rythme de l’industrie changeante des téléphones portables.

Les recherches futures utiliseront la même configuration expérimentale standardisée utilisée dans cette étude. Il s’agit d’une boîte en cuivre. Les embryons de poisson zèbre sont placés sur des plaques disposées à l’intérieur de la boîte. Le rayonnement pénètre dans la boîte par une antenne et le cuivre le contient à l’intérieur de la boîte.

Sources : PLOS ONE

Plus d'articles
simulation comportement trou noir laboratoire impulsions laser
Des chercheurs simulent le comportement d’un trou noir en laboratoire à l’aide d’impulsions laser