Stimuler des zones clés du cerveau avec un champ magnétique pulsé pourrait représenter une solution pour certaines personnes souffrant de dépression chronique qui n’a pas pu être traitée à l’aide d’autres techniques ou médicaments conventionnels.

Les résultats très encourageants d’une expérience effectuée sur un petit groupe de volontaires suggèrent qu’un traitement stimulant certaines parties clés du cerveau avec un champ magnétique pulsé pourrait soigner la dépression chronique chez certaines personnes qui souffrent d’une dépression résistante à d’autres traitements conventionnels.

La base de ce traitement non invasif, appelé stimulation intermittente par rupture thêta (iTBS), a déjà été approuvée comme thérapie pour la dépression grave par la U.S. Food and Drug Administration (FDA).

Des chercheurs de l’Université de Stanford et de l’Université de Palo Alto aux États-Unis ont montré, lors d’un essai effectué sur 21 personnes, qu’administrer cinq fois la dose globale de pulsations sur un nombre plus élevé de séances quotidiennes semble non seulement sûr, mais pourrait permettre d’obtenir de bien meilleurs résultats.

Des impulsions magnétiques pour établir de meilleures connexions entre les neurones

Ce traitement implique de diriger des centaines d’impulsions magnétiques intenses dans une partie spécifique du cerveau, durant quelques minutes par jour pendant six semaines, ce qui permet d’encourager les neurones à établir lentement des connexions plus solides qui peuvent aider à atténuer les symptômes de la dépression chronique. Cette procédure s’est avérée suffisamment efficace pour donner de l’espoir aux 10 à 30% des patients souffrant de dépression, qui ne répondent pas facilement aux autres thérapies.

patiente depression

Deirdre Lehman, qui souffrait de dépression, avec Nolan Williams, qui a supervisé un essai clinique d’un traitement potentiel utilisant la stimulation magnétique transcrânienne (TMS). Sur cette photo, Williams et Lehman montrent comment un patient est positionné, et comment l’équipement est utilisé pendant le traitement. Crédits : Steve Fish

Une étude publiée en 2018 a révélé qu’un peu moins de la moitié des personnes diagnostiquées avec une dépression ont montré au moins une certaine amélioration après ce traitement, avec environ un tiers des individus en rémission. Et lorsque rien d’autre ne fonctionne, il s’agit de chiffres plutôt attrayants.

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Cependant, les chances de succès pourraient être meilleures, d’autant plus que la tentative de stimulation magnétique transcrânienne n’est pas nécessairement exempte d’effets secondaires, qui peuvent inclure des maux de tête et d’autres inconforts légers. Cette dernière étude suggère fortement que de bons résultats sont possibles, mais il est important de garder à l’esprit que l’expérience a été menée sur une très petite quantité d’individus, et sur une très courte durée. D’autant plus que l’étude n’avait pas de groupe témoin pour mesurer les résultats.

Sur le même thème : La FDA accorde le statut de « thérapie révolutionnaire » à la psilocybine dans le traitement de la dépression

Après cinq jours comprenant 10 séances iTBS à haute dose par jour, 19 des 21 volontaires ont exprimé une amélioration suffisante de leur dépression, pour compter comme étant en rémission.

Les chercheurs estiment que si les essais continuent à démontrer de tels résultats positifs, cette technique pourrait bien un jour aider jusqu’à 90% des personnes souffrant de dépression. « Il n’y a jamais eu de théra­pie pour les dépres­sions résis­tantes aux trai­te­ments qui ont présenté plus de 55% de rémis­sion dans des condi­tions simi­laires », a expliqué le psychiatre de Stanford, Nolan Williams.

Le trouble dépressif majeur est une maladie complexe que nous n’avons pas encore pleinement comprise et qui peut être provoquée par de nombreux facteurs (biologique, psychologique, social, fonctionnement du cerveau), qui ne sont eux-mêmes pas encore bien compris. Selon les chercheurs, une fraction de ces derniers ne pourrait pas être traitée à l’aide de produits pharmaceutiques conventionnels.

Sources : American Journal of Psychiatry, HCP Live, The Lancet, Stanford Medicine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.