De faibles niveaux d’oméga-3 associés à un risque plus élevé de psychose

faibles niveaux omega 3 associes risque plus eleve psychose
| iStock

Les acides gras oméga-3, tout comme les oméga-6, sont des acides gras essentiels — l’organisme humain en a absolument besoin, mais ne peut les produire lui-même. Nous savons que les oméga-3 possèdent de nombreux bienfaits, notamment en contribuant à un taux de cholestérol normal et au bon fonctionnement de certains mécanismes cérébraux. Et récemment, des chercheurs ont découvert qu’ils semblent également diminuer le risque de développer un trouble psychotique.

Plus précisément, les résultats ont révélé que les adolescents ayant des niveaux plus élevés d’oméga-3 dans le sang étaient moins susceptibles de développer un trouble psychotique au début de l’âge adulte, ce qui suggère qu’il pourrait avoir un effet préventif potentiel de réduction du risque de psychose. L’étude, menée par des chercheurs de l’université de médecine et des sciences de la santé RCSI, a été publiée dans la revue Translational Psychiatry.

Plus de 3800 personnes participant à l’étude de santé Children of the 90s de Bristol ont été évaluées pour des troubles psychotiques, des troubles dépressifs et des troubles anxieux généralisés à l’âge de 17 et 24 ans. Au cours de ces évaluations, des échantillons de sang ont été prélevés et les chercheurs ont mesuré les niveaux d’acides gras oméga-6, qui augmentent généralement l’inflammation dans le corps, et d’acides gras oméga-3, qui réduisent généralement l’inflammation.

Niveau d’inflammation : il influencerait l’équilibre mental

Bien qu’il y ait peu de preuves d’un lien entre les acides gras et les troubles mentaux à l’âge de 17 ans, les chercheurs ont constaté que les jeunes de 24 ans souffrant de troubles psychotiques, de troubles dépressifs et de troubles anxieux généralisés présentaient des niveaux d’acides gras oméga-6 supérieurs à ceux des acides gras oméga-3, par rapport aux jeunes ne présentant pas ces troubles.

À LIRE AUSSI :
De gros investisseurs, dont Jeff Bezos, misent sur la reprogrammation cellulaire pour l'immortalité

Ils ont également constaté que les jeunes de 24 ans souffrant de troubles psychotiques présentaient des taux plus faibles de DHA, un acide gras oméga-3 généralement présent dans les poissons gras ou les compléments alimentaires, que les jeunes de 24 ans ne souffrant pas de troubles psychotiques.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Dans un groupe de plus de 2700 personnes qui ont été suivies dans le temps, les adolescents ayant des niveaux plus élevés de DHA à l’âge de 17 ans étaient 56% moins susceptibles de développer un trouble psychotique sept ans plus tard, à l’âge de 24 ans. Cela suggère que le DHA à l’adolescence peut avoir un effet préventif potentiel en réduisant le risque de psychose au début de l’âge adulte. Ces résultats sont restés cohérents après prise en compte d’autres facteurs tels que le sexe, l’indice de masse corporelle, le tabagisme et le statut socio-économique.

« L’étude doit être reproduite, mais si les résultats sont cohérents, ils suggèrent qu’un apport alimentaire accru en acides gras oméga-3 chez les adolescents, par exemple par le biais de poissons gras comme le maquereau, pourrait empêcher certaines personnes de développer une psychose au début de la vingtaine », a déclaré le professeur David Cotter, auteur principal de l’étude et professeur de psychiatrie moléculaire au RCSI. « Les résultats pourraient également soulever des questions sur la relation entre le développement des troubles de la santé mentale et les acides gras oméga-6, que l’on trouve généralement dans les huiles végétales ».

À LIRE AUSSI :
Le tout premier rein bioartificiel autonome est en phase de test

« Nous devons approfondir nos recherches pour connaître les mécanismes à l’origine de cet effet, mais il pourrait être lié à la réduction de l’inflammation ou à la diminution de l’élagage inapproprié des connexions cérébrales pendant l’adolescence », a déclaré le Dr David Mongan, auteur principal de l’étude et doctorant en psychiatrie au RCSI.

Source : Translational Psychiatry

Laisser un commentaire