Groenland et vague de chaleur : une fonte massive des glaces est attendue

fonte glace groenland
| Newcastle University

Cette dernière semaine, l’Europe a de nouveau affronté une intense vague de chaleur caniculaire ; les températures ayant brisé des records dans plusieurs régions. Cette masse d’air chaud ne compte toutefois pas s’arrêter en Europe, et se dirige déjà vers le Groenland où, selon les prédictions, elle devrait entraîner une fonte massive de glace.

L’air chaud originaire d’Afrique du Nord a récemment apporté une chaleur accablante en Europe. Un représentant de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a annoncé que le flux atmosphérique entraînerait cette chaleur caniculaire au Groenland, qui a perdu plus de 170 milliards de tonnes de glace en juillet et 80 milliards de tonnes en juin, provenant uniquement de la fonte de surface.

Lorsque cet air chaud arrivera au Groenland, il provoquera probablement « un autre pic majeur dans la zone de fonte » déclare Twila Moon, chercheuse au Centre national de données sur la neige et la glace (NSIDC). La fonte intense pendant les mois d’été est la norme plutôt que l’exception au Groenland depuis 2006, a rapporté le NSIDC en 2013. De plus en plus de glace est perdue chaque année, le taux de fonte s’accélérant rapidement.

Groenland : une fonte des glaces de plus en plus importante

Joyce Msuya, directrice exécutive par intérim de l’ONU Environnement, explique que cela pourrait avoir de graves conséquences à l’échelle mondiale en contribuant à l’élévation du niveau de la mer et en perturbant davantage le climat mondial. « Ce qui se passe dans l’Arctique ne reste pas dans l’Arctique. Une action plus urgente sur le climat est nécessaire pour s’éloigner des transitions critiques qui pourraient être encore plus graves pour notre planète que nous l’avions d’abord pensé ».

À LIRE AUSSI :
La calotte glaciaire du Groenland libère d'énormes quantités de mercure dans les rivières voisines

Au cours des années 1970 et 1980, le Groenland a perdu en moyenne 50 milliards de tonnes de glace chaque année. De 2010 à 2018, ce chiffre a grimpé en moyenne à 290 milliards de tonnes par an. Cet été, l’étendue de la fonte pourrait dépasser le record établi en 2012. Cette année-là, environ 97% de la surface de la calotte glaciaire avait fondu.

carte glace groenland
Durant l’été 2012, le Groenland a perdu une très grande partie de sa glace. À gauche le 8 juillet et à droite le 12 juillet. Les zones glacées sont indiquées en blanc, et les zones où la glace a fondu en rouge. Crédits : Climate Central

Sur le même sujet : Avec des températures 4.5 °C au-dessus de la normale, le Groenland perd 2 milliards de tonnes de glace en un jour

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« L’année 2012 a été marquée par une perte de glace particulièrement importante. Malheureusement, un événement de fonte précoce au Groenland en juin pourrait avoir préparé une partie de la surface de la calotte glaciaire à davantage de fonte » indique Moon. La banquise perd sa neige de surface. Le réchauffement crée également des lacs et des cristaux de glace à la surface, ce qui augmente le risque de fusion ultérieure.

Un bilan gain-perte défavorable pour la glace du Groenland

La bonne nouvelle est que même une perte de glace substantielle en un an seulement ne créera probablement pas un tournant irrécupérable pour la calotte glaciaire du Groenland. La mauvaise nouvelle par contre, est qu’une perte de glace importante au cours de nombreuses années, sans gain de glace au cours des années, signifie que celle accumulée au Groenland se perd à un rythme sans précédent.

À LIRE AUSSI :
L’océan austral devient officiellement le cinquième océan de la planète !

« Le maintien de cette perte de glace rapide sur de nombreuses années diminue la stabilité du Groenland et rend plus probable une perte de glace importante, ainsi qu’une élévation importante du niveau de la mer qui en découle. Nos actions collectives vont jouer un rôle majeur dans la détermination de l’ampleur et de la rapidité avec laquelle la glace se perd du Groenland et de la gravité des impacts qui en découleront » conclut Moon.

Sources : UN Environment

Laisser un commentaire